Albums

La Ribambelle - Intégrale, tome 2 - Roba

Par Patrick Albray le 21 novembre 2003                      Lien  
Roba est principalement connu pour l'immense succès de sa série familiale "Boule et Bill". Il a pourtant également présidé à la destinée d'une bande d'enfants, la Ribambelle, dont les excellentes aventures firent les beaux jours du magazine "Spirou" des années 60. Dargaud en réédite l'intégrale en deux tomes.

Quarante ans et pas une ride. C’est l’impression que l’on a en relisant les trop rares récits de la Ribambelle, par un Roba en pleine forme graphique, aidé de scénaristes aussi grandioses que Maurice Tillieux ou Vicq.

Il est d’ailleurs scandaleux que, dans cette rédition, seul Roba soit crédité. "Dessin et scénario : Roba" pour "Le Ribambelle enquête" et "La Ribambelle contre-attaque" ? Faux : les scénarios étaient du génial Maurice Tillieux, dont on reconnaîtra la verve dans le moindre dialogue. "Dessin et scénario : Roba" pour "La Ribambelle aux Galopingos" ? Faux : le scénario était du fabuleux Vicq, dont on reconnaîtra l’imaginaire farfelu tout au long de ce récit abracadabrantesque. Des oublis d’autant plus incroyables que la mention du nom de ces scénaristes haut de gamme est plutôt un gage de qualité pour les albums auxquels ils ont collaboré.

Comme de coutume dans ces intégrales de Dargaud, on regrette le bâclage et l’indigence du mini-supplément historiquo-documentaire qui précède la réédition. Quatre pages rapidement bouclées, vite faites, vite lues, c’est un peu peu pour ce monument que fut la "Ribambelle".

Malgré ces faiblesses éditoriales qui persistent, on foncera sur les deux volumes de cette intégrale qui nous permettent de relire une série inusable qui résiste impeccablement au temps. Bien entendu, on n’échappe pas à certains clichés de la bande de gosses de l’époque, avec la jeune fille reléguée au reprisage de chaussettes et à la trousse de secours pour réparer les bobos des garçons, mais la personnalité bien installée des personnages (avec les hilarants "Caïmans", des "affreux" particulièrement stupides, et l’abominable financier Grosfilou), la qualité des scénarios et des dialogues (Aaaah, les répliques fleuries de Atchi et Atcha et les expressions d’Archibald Mac Dingeling !), ainsi que l’excellence imparable des dessins de Roba, pardonnent ce défaut typique de la BD des années 60. Et l’on se laisse vite embarquer dans ce monde gentil, drôle, humain et positif, jamais mièvre, en oubliant que trois ou quatre décennies ont passé depuis que ce véritable enchanteur qu’est Roba l’a imaginé.

Un grand classique, dont on regrettera toujours qu’il n’ait pas connu de suite. Mais le succès énorme de Boule et Bill a-t-il sans doute forcé Roba à faire un choix. Dommage pour la Ribambelle, qui méritait de vivre de nouvelles aventures.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR Patrick Albray  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD