La Tour fantôme T8 - Par Taro Nogizaka - Glénat

14 octobre 2015 0 commentaire
  • Taïchi triomphe: le trésor est à lui et l'identité de l'Horloge de la mort nous est enfin dévoilée. Pourtant, une ultime quête attend nos héros sitôt la tour fantôme quittée.

On pensait Taïchi, Satoko et Tetsuo arrivés au bout de leur peine avec les derniers mystères levés et les pièges de la Tour surmontés. Mais la victoire de notre héros a des conséquences sur son complice de toujours, désormais aux mains de Marube. C’est à présent autour du but poursuivi par ce dernier que l’intrigue se recompose pour un final qui s’annonce une fois encore surprenant.

Cette surenchère dans le déploiement à tiroirs de l’intrigue aurait pu lasser le lecteur, mais il n’en est rien ici. L’inscription de La Tour fantôme dans cette tradition des récits fantastiques et policiers feuilletonnants continue à s’effectuer de manière remarquable. La relance de l’action doit ainsi permettre de confronter les personnages d’importance directement entre eux, tout en élucidant les dernières zones d’ombre et en brassant les grands motifs de l’œuvre.

La découverte du nouveau cadre conjugue alors un imaginaire issu de Frankenstein, qui rappelle le côté série B du manga et sa dimension horrifique, aux thèmes de l’identité sexuelle et de la fusion avec l’être aimé, qui ont sous-tendus l’ensemble des relations entre les personnages depuis le début d’une aventure elle-même, et c’est somme toute naturel, méandreuse.

La folie semble définitivement devoir s’emparer du dénouement, attendu dans le prochain et dernier volume, et une forme de lâcher-prise total s’empare de personnages appelés à livrer leur ultime bataille.

Mais cette fois non pas au cœur d’un labyrinthe physique, extérieur, mais bien dans un dédale intérieur, psychique. La Tour fantôme, une fois vaincue, se révèle en fin de compte la métaphore des errances de nos héros qui se trouvent à présent confrontés à des choix véritablement déterminants pour leur être-même. Et il nous tarde d’en découvrir les conséquences.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Tour fantôme T8. Par Taro Nogizaka, d’après le roman de Ruiko Kuroima. Traduction Yohan Leclerc. Glénat Manga, collection Seinen. Sortie le 23 septembre 2015. 224 pages. 7,60 euros.

Lire les précédente chroniques consacrées à La Tour fantôme :
- Chronique du tome 1
- Chronique du tome 2
- Chronique du tome 3
- Chronique du tome 4
- Chronique du tome 6
- Chronique du tome 7

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?