Newsletter ActuaBD

La ballade des méchants

  • "Crapules et autres vilains de la bande dessinée", telle est la bande d'infréquentables que Christophe Quillien a décidé de nous présenter dans "Méchants" (Huginn & Muninn). Un angle éditorial jouissif.
La ballade des méchants
La méchanceté de l’éditeur n’a pas de limite : il n’y a as moins de quatre couvertures pour cette édition : une avec Joe Dalton, une avec Kriss de Valnor, une avec Olrik (en médaillon) et une avec Zorglub.
Méchants, crapules et autres vilains de la bande dessinée - Par Christophe Quillien - Éditions Huginn & Muninn.

Voici un livre comme on les aime : à l’iconographie abondante, habilement choisie, qui ne profite pas de la "belle ouvrage" pour nous tenir le discours empesé d’un savant qui considère son sujet aussi précieux que L’Iliade, mais qui, au contraire, par sa familiarité avec le sujet et par son ton, va chercher l’esprit des lecteurs en l’invitant à vagabonder dans le plaisir, sans inutile boursouflure démonstrative.

Les "méchants", que les Américains surnomment "villains" sont des personnages structurant dans l’univers de la bande dessinée. Comme dit Christophe Quillien, le méchant "fait frémir le lecteur avec délice" et permet, par ses travers, de s’identifier à ce qu’il y a de plus humain dans les personnages. Car "le héros est décidément trop fort", dit Quillien.

Mais au chapitre de l’inventaire, il n’est pas facile de les caractériser. Quillien y arrive pourtant distinguant les "faux méchants" et les "vrais fâcheux", les "franches crapules" et les "vilains messieurs", les "sales gosses", les "filous" et les "losers", les "génies du mal" et les "méchants flamboyants", les "fous de pouvoir" et les "savants fous" et puis l’autre moitié de l’humanité que sont les "petites pestes" et les "femmes fatales".

Méchants, crapules et autres vilains de la bande dessinée - Par Christophe Quillien - Éditions Huginn & Muninn.
DR

À l’invocation de leurs noms, les images surgissent et avec elles, des scènes mémorables, des profils redoutables : Zorglub, Barbe Rouge, Magneto, Kriss de Valnor, Joe Dalton, Carreidas, Chihuahua Pearl, Golgo 13, Les Pieds Nickelés, Abdallah, Lady X, Gargamel, les Rapetou, le Jeune Albert, Cancrelat, Rastapopoulos, Arbacès, Diabolik, Miss Tick, Tullius Detritus, Olrik, Axel Borg, M. Choc, Wampus, Thanos, Iznogoud, L’Ombre jaune, Septimus, Loki, le Bouffon vert ou encore L’Empereur Ming... Tous les genres sont abordés : BD franco-belge, comics, mangas, fumetti... et l’on retrouve parfois quelques méchants oubliés dans les pages de Pif ou dans les Petits Formats.

Pour chacun d’eux, Quillien dresse un portrait de médaille puis en ressort la mythologie. À chaque fois, c’est une puissante invitation à a lecture, à revisiter les chefs d’œuvre de notre bibliothèque. À l’heure où tant et tant d’ouvrages déferlent en librairie, Quillien revient sur nos fondamentaux, nos classiques.

On aurait aimé une bibliographie plus détaillée et une relecture plus soigneuse du texte (Tullius Detritus ne porte pas de barbe, il est tout au plus mal rasé, et Knerr reprend les Katzenjammer Kids dès 1912...) mais ne gâchons pas notre plaisir : cette ballade des méchants n’est pas destinée aux spécialistes et saura emmener le lecteur dans les méandres réjouissants de ses propres lectures.

Méchants, crapules et autres vilains de la bande dessinée - Par Christophe Quillien - Éditions Huginn & Muninn.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Méchants, crapules et autres vilains de la bande dessinée - Par Christophe Quillien - Éditions Huginn & Muninn.

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • La ballade des méchants
    18 janvier 2014 15:12

    On aurait aimé ...t une relecture plus soigneuse du texte ...mais ne gâchons pas notre plaisir : cette ballade des méchants n’est pas destinée aux spécialistes

    Curieux point de vue : pas grave qu’il y ait des erreurs,ce n’est pas destinée aux spécialistes.

    A part ça, ni Chihuahua Pearl ni Les Pieds Nickelés ne sont des méchants.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 18 janvier 2014 à  19:01 :

      La nuance, c’est pas votre truc.

      On peut trouver un livre estimable et lui trouver quelques défauts, considérer que ces quelques défauts ne seront remarqués que par les spécialistes.

      A part ça, ni Chihuahua Pearl ni Les Pieds Nickelés ne sont des méchants.

      Comme s’ils étaient blancs-bleus... Ouais, la nuance, c’est pas votre truc.

      Répondre à ce message

  • La ballade des méchants
    18 janvier 2014 16:27, par Simon

    quatre couvertures pour cette édition : une avec Joe Dalton, une avec Kriss de Valnor, une avec Olrik (en médaillon) et une avec Zorglub.

    Choix étrange, choix discutable.

    D’abord parce que c’est francobelgo-francobelge en diable comme couvertures, alors que le contenu se veut international : un personnage de comics et un de manga n’auraient pas fait de mal, tout méchants qu’ils soient.

    Ensuite parce que Zorglub est un peu comme le capitaine Haddock, moins un méchant qu’un antagoniste rapidement rédimé au contact des héros : en couverture, Monsieur Choc aurait été tout aussi vendeur et plus cohérent.

    Enfin et surtout parce qu’au lieu de quatre couvertures, une seule partagée en quatre médaillons (ou plus) aurait sans doute été plus parlante pour le chaland et plus pratique pour le libraire : tandis que là, il sera facile de passer à côté en pensant qu’il s’agit d’une énième monographie sur Jacobs ou Franquin.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD