Newsletter ActuaBD

La bande dessinée au cœur de Cartoon Forum 2013

  • Le forum Cartoon Forum qui réunit les producteurs européens de séries d’animation s’est tenu cette semaine à Toulouse. 850 participants, dont les chaînes de télévision, ont pu découvrir 68 projets qui vont du simple “spécial” de 26 minutes à des séries ambitieuses sur des dizaines d’épisodes de 13 ou 26 minutes.

Comme chaque année, les trois quarts des projets s’adressaient à un public enfant de 3 à 12 ans avec de rares exceptions vers ce qu’on appelle désormais les “jeunes adultes”. Comme chaque année aussi, beaucoup de séries en images de synthèse, mais aussi quelques projets audacieux.

C’est un projet original non inspiré d’une bande dessinée qui a suscité le plus de curiosité : La science des Soucis proposé par le producteur Vivement Lundi !, part d’une idée originale : derrière chaque petit souci du quotidien -les clés oubliées dans le frigo, le stylo-bille qui roule du bureau par terre, le coin de table sur lequel on se cogne en se relevant, la mèche rebelle...- se cache un "trakazoaire". Ces parasites aux formes et couleurs diverses, à écail, à poil ou à cuirasse, sont de toutes sortes et pullulent dans nos intérieurs. La série de 39 épisodes de cinq minutes s’emploie à reprendre l’esthétique des séries documentaires animalières.

Chaque épisode présente un parasite en image de synthèse filmé dans son intérieur : le foyer d’une famille moyenne avec ados rebelles et parents plus ou moins patients, filmés en prise de vue réelle. Une voix off très subjective qui aurait en fait préféré déclamer du Shakespeare emballe le tout. La présentation a attiré un record de 350 professionnels sortis apparemment convaincus de la salle. Le projet est signé Isabelle Lenoble et Julien Leconte.

La bande dessinée au cœur de Cartoon Forum 2013
Les trakazoaires de la série “La Science des soucis” (Vivement Lundi !)

« Muslim Show » de Nordine Allam (Ed. Dargaud) à l’écran

Audacieux aussi, le projet de série de Nordine Allam adapté de sa bande dessinée parue chez Dargaud “Muslim’Show”. Walad and co (Studio Redfrog, Ellipsanime Productions) souhaite suivre les tribulations d’un enfant de huit ans né dans une famille musulmane en Europe et illustrer de façon comique le clash entre les cultures. L’auteur, né à Amiens dans une famille musulmane, avait eu envie de raconter sa vie, sa double culture, la vie à la maison dans la tradition, et la vie en dehors de la maison, dans la ville et à l’école laïque. Les personnages qu’il propose de mettre en scène dans cette série de 78 épisodes de sept minutes et des épisodes plus courts de 1 minute sont du jamais-vu à la télévision : un père de famille en djellaba et barbu, une mère qui porte le voile accompagnée de ses deux enfants, dont Walad, 8 ans. Les thèmes que veut évoquer Nordine sont passionnants, et la page facebook qu’il a lancée il y a moins d’un an connaît "déjà" près de 120 000 fans. Il y propose chaque semaine 3 épisodes. La frilosité des chaînes de télévision s’est immédiatement fait ressentir dans la salle lors de la présentation.

Walad and Co (Studio Redfrog, Ellipsanime Productions)

La bande dessinée reste l’une des principales sources de licences du dessin animé francophone

Les bandes dessinées continuent d’inspirer les producteurs de séries d’animation. Tanguy de Kermel a présenté l’adaptation en 26 épisodes de 13 minutes et en images de synthèse, à la fois du Scrameustache de Roland et Walter Goossens (Ed. Glénat) et des aventures des P’tits Bob et Bobette, d’après la célèbre bande dessinée flamande de Willy Vandersteen (Standaard Uitgeverij).

Nob a accepté de voir adapter à l’écran sa série Les Souvenirs de Mamette, qui raconte dans les années 1930 la vie à la ferme d’une petite citadine.

Benoît Feroumont, le talentueux directeur d’animation des Triplettes de Belleville, de Brendan et le secret de Kells et du prochain long métrage d’animation d’Astérix, Le Domaine des Dieux (prévu pour 2015), adapte sa propre bande dessinée parue chez Dupuis, Le Royaume.

Pour le passage à la télévision, il a choisi avec son producteur de rajeunir les personnages principaux, Anne, la servante, apprentie cuisinière au service de la Reine, Patricia l’horrible fille du roi, en leur donnant 13 ans d’âge pour mieux toucher le public des 6-10 ans. Le décor médiéval demeure, avec cette partie haute du village où vivent au château les nobles, et la partie basse où demeurent les manants. Les oiseaux, mini-punks volants, continuer de mettre leur grain de sel en considérant que le royaume est à eux. La série produite par Dupuis devrait consister de 52 épisodes de 13 minutes.

Le Royaume de Benoit Feroumont (Dupuis Edition et Audiovisuel/2 minutes)

Les producteurs de série d’animation piochent aussi dans le vivier des illustrateurs. L’un des plus beaux projets est une sorte de revival de Fantômette. Les aventures de Mirette est inspiré des livres de Fanny Joly et l’illustrateur et auteur de BD Laurent Audouin : une série comique et policière dont l’héroïne âgée de neuf ans, affublée de son masque sur les yeux, parcourt le monde. Chaque épisode situé dans une ville célèbre comme Pékin, New-York, Paris ou Londres, joue avec les clichés et quelques anachronismes.

Les Aventures de Mirette (Cyber group studios)

Des projets remarquables

Les Contes de l’apéro (Humpty Dumpty/Screbleu productions) est un projet plus audacieux, car destiné aux adultes,. Le concept s’inspire des Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau : et si on mélangeait les contes de fées ? Joël Henry en a imaginé une bonne dizaine : "Le Loup de Mr Seguin", "Le Vilain petit chaperon rouge", "Le Vieux Poucet", "Barbe au bois dormant". Chaque épisode est raconté par le pilier de comptoir du bar d’une quartier populaire. Le réalisateur Léo Puel souhaite puiser dans le vivier des illustrateurs pour que chaque épisode ait un graphisme différent : Matthias Picard, l’auteur de Jeanine à L’Association, a donné vie au pilote de la série, La Belle Beauté, en ne cachant rien dees qualités charnelles de la Belle au bois dormant affublée de grandes bottes sur son lit. L’épisode est dans une veine très comix underground, avec un peu de violence et des godemichets qui trônent sur la cheminée !

Les Contes de l’apéro (Humpty Dumpty/Screbleu productions)

Valeur sûre, Vincent Tavier est venu présenter les premières images du prochain épisode de Panique au village, La Bûche de Noël, un moyen-métrage de 26 minutes qui sera diffusé sur Canal + le 25 décembre. Au passage, le producteur en est venu à faire d’intéressantes confessions : revenant sur le long métrage de Panique au village, il a reconnu que “les contingences narratives inhérentes à un long-métrage de montrer les enjeux psychologiques des personnages avaient montré leurs limites”. Fini donc les longs-métrages, vive ce moyen-métrage où les auteurs Stéphane Aubier & Vincent Patar ont décidé de raconter franchement l’histoire pour un public d’enfants car leur expérience sur “Ernest et Célestine” leur a appris qu’ils pouvaient développer leur propre univers et leur fantaisie même dans ce cadre. Résultat à découvrir à Noël sur Canal +.

Arthur Qwak, le coréalisateur de Chasseur de Dragon, a, pour sa part, présenté Joe Gian, une série pour ados à l’esthétique léchée en images de synthèse de 26 épisodes de 26 minutes imaginée par Alexander Bar, l’auteur de la série “Mike the might”. Joe Giant est l’histoire d’une sorte de Hulk bleu, un adolescent de 14 ans qui découvre qu’il est le descendant d’une filiation de géants et qu’il est lui-même un géant. La série aux contours 3D est aussi une métaphore d’un adolescent qui a grandi trop vite et n’a pas conscience de sa force. Ce projet compte parmi ceux qui ont le plus convaincu les participants.

Présentation de Joe Giant au Cartoon Forum (TeamTo)

(par Laurent VALIERE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD