La bande dessinée au second degré sur les bords du Bosphore

18 juin 2011 0 commentaire
  • L’exposition « Parodies : la bande dessinée au second degré » que les festivaliers avaient pu voir sur les cimaises de la Cité de la BD à Angoulême en janvier dernier connaît une réplique à partir de cette semaine à l’Institut Français d’Istanbul. Les visiteurs pourront y découvrir une sélection d’une quarantaine d’œuvres pendant tout l’été.

Amateur de bande dessinée, le Consul Général de France à Istanbul, M. Hervé Magro, se réjouissait jeudi de l’ouverture d’une nouvelle collaboration entre l’Institut Français d’Istanbul et la Cité de la Bande Dessinée à Angoulême.

En effet, après l’exposition Cent pour Cent bande dessinée –« qui a marqué les esprits » nous dit le diplomate, c’est l’exposition « Parodies : la bande dessinée au second degré » de Thierry Groensteen qui prend place durant tout l’été dans ce lieu culturel incontournable d’Istanbul, au coin de la fameuse place Taksim et des « Champs Elysées » d’Istanbul, l’avenue Istiklal Cadessi.

La bande dessinée au second degré sur les bords du Bosphore
L’exposition "Parodies : la bande dessinée au second degré" à Istanbul
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Une sélection d’une quarantaine d’œuvres (contre plus de 200 à Angoulême) permettra au public stambouliote et aux touristes de passage de goûter le cheminement de la parodie dans la BD qui va de Gustave Doré et Cham, jusqu’à Mad Magazine créé en 1952 par Harvey Kurtzman et aux créations récentes de Gotlib, Fred ou Goossens. Une pédagogie amusante qui mène, à l’initiative de l’Institut Français, jusqu’à un rajout local fait d’œuvres turques où l’on voit Ersin Karabulut, Bulent Istin ou M.K. Perker se saisir des icônes de la bande dessinée comme Superman et Batman, ou des soaps de la télévision, pour les tourner en dérision.

La Turquie en effet, de Nişan Berberyan à Oğuz Aral, a une longue tradition de caricature et d’impertinence pétrie d’influences aussi bien orientales qu’européennes. Les régimes autoritaires successifs ont permis de cultiver un art de l’allusion, de la référence qui font de ce pays un des champions du second degré.
C’est d’ailleurs une des scènes mondiales les plus actives dans ce domaine comme en témoigne le lancement en mai dernier du mensuel Harakiri, en référence bien entendu au célèbre magazine du Professeur Choron. Nous vous en reparlerons dans pas longtemps.

Le Consul Général de France à Istanbul, M. Hervé Magro et M. Ümit Yaşar Gözüm, directeur général pour l’édition et la lecture publique auprès du Ministère de la culture et du tourisme de la République turque
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Cette inauguration avait été précédée d’une rencontre entre éditeurs français et turcs qui, sous la direction de Berrak Hadımlı de Akan Ajans, ont pu prolonger leurs entretiens dans des discussion un peu plus « business », Juliette Mathieu (Delcourt) soulignant, qu’en ce qui la concerne, la Turquie était « le cinquième marché mondial en terme d’export des droits pour les bandes dessinées. »

L’inauguration a été par ailleurs honorée par la présence de M. Ümit Yaşar Gözüm, directeur général pour l’édition et la lecture publique auprès du Ministère de la culture et du tourisme de la République de Turquie.

Rencontre entre éditeurs turcs et français : (de g. à dr.) : autour de Didier Pasamonik (éditeur-adjoint d’ActuaBD, au centre), Juliette Mathieu (Delcourt), Jérôme Baron (Mediatoon : Dargaud, Dupuis, Le Lombard…), Caroline Boixeda (Casterman), Sylvain Coissard (Gallimard BD, Futuropolis, Sarbacane), M. Emre Yavuz (Marmara Cizgi), Mme Elif Kutlu (NTV Yayinlari), M. Rasit Cavas (Yapi Kredi).
photo DR

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Institut Français d’Istanbul
Adresse : Istiklal Caddesi n°8, Taksim Istanbul

Tél : 0212 393 81 11
Fax : 0212 244 44 95
Adresse électronique : institut@infist.org
Site internet : www.infist.org

Horaires d’ouverture au public : Centre culturel : Du Lundi au Vendredi, de 09h à 13h00 et de 15h00 à 18h00 et le Samedi de 9h00 à 13h30.

  Un commentaire ?