La bande dessinée ouvre les autistes au monde

28 décembre 2012 0 commentaire
  • La bande dessinée peut être un vecteur bien plus important que le langage oral pour les autistes, peu ou très enfermés dans leurs univers intérieurs. Focus sur l'initiative de la Cité de la Bande Dessinée et de l'Image d'Angoulême, une série réalisée par un autiste et une vente aux enchères en ligne au profit d'une association d'aide aux personnes affectées par ce handicap.

Difficile de caractériser l’autisme, tant chaque personne atteinte présente des symptômes particuliers à des degrés différents, et sa propre façon d’"exprimer" son handicap. Globalement, cela se caractérise par une interaction sociale et une communication anormales, avec des comportements restreints et répétitifs. Il semble que l’autisme affecte la façon dont le cerveau traite les informations en modifiant, de manière encore non connue, l’organisation des réseaux de neurones durant le développement. On rencontre différents types d’autistes, certains très intelligents mais ne parvenant pas toujours à l’exprimer, la plupart supportent une régression soudaine et un retard dans le développement qui restera leur vie durant. Quoiqu’il en soit, tous souffrent d’une grande difficulté de communication, et la base écrite, dessinée et symbolique demeure un moyen d’interaction privilégiée.

La bande dessinée ouvre les autistes au mondeLa méconnaissance de cette maladie et le retard dans sa prise en charge sociale rend difficile l’élaboration d’une statistique précise de cas, mais on estime qu’actuellement, près d’un enfant sur 100 présente des symptômes autistiques. Un chiffre plus qu’interpellant face à la méconnaissance populaire de cet handicap, et aux manques d’investissement des pouvoirs publics.

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image s’engage

L’autisme a heureusement été déclaré grande cause nationale pour l’année 2012. Ce label permet de mieux faire connaître les difficultés que rencontrent les personnes en situation d’autisme pour appréhender le monde qui les entoure et inviter chacun à les accueillir et les aider en milieu ordinaire.

Première initiative de ce type en France, la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême s’engage pour cette grande cause et s’implique dans la prise en compte de l’accueil des personnes concernées. Les parents d’enfants en situation d’autisme, les familles, les associations, les éducateurs qui les accompagnent ont besoin d’éléments pour planifier leur venue et entreprendre la visite du musée et des expositions.

Pour cela, la Cité met à leur disposition un guide qui a pour but de leur apporter des informations et suggestions afin de les aider dans leur visite de la Cité. Ce guide est agréé par l’association Agir et Vivre l’Autisme. Il est disponible en téléchargement sur le site de la Cité.

Comme ce guide l’explique : "Les troubles et comportements relatifs à l’autisme étant différents selon chaque enfant, les parents ou travailleurs sociaux ont besoin d’éléments pour planifier et entreprendre leur venue à la Cité."

Ce guide dispense donc des informations ciblées pour le public autiste :

- Comment éviter les foules qui créent parfois un sentiment de panique
- Quel matériel prendre pour envisager une visite sereine
- Où se garer pour avoir la meilleure entrée
- Quelles sont les commodités ou accès pour personnes handicapées

Ainsi qu’une série de trucs et astuces pour profiter au mieux de sa visite, et éviter que chaque petit tracas ne vienne perturber la concentration et la sérénité des autistes qui visitent la Cité.

De plus, le guide permet effectivement de mieux préparer la visite :

- Une série de photos peut être présentées avant la visite, afin de refaire le lien le jour-même
- Des éléments sonores spécifiques des vidéos sont indiqués aux encadrants, afin qu’ils y fassent directement référence lors de la visite
- Les espaces interactifs sont mis en avant, dont les écrans tactiles, un outil fort apprécié par les autistes.
- Des emplacements spécifiques pour profiter pleinement d’une présentation, les horaires conseillés, ainsi qu’une série de recommandations pour agrémenter de cette visite.

Nombreux sont les autistes qui s’éveillent au monde grâce aux livres d’enfants et à la bande dessinée. Nous saluons donc cette heureuse initiative de la Cité : elle pourrait permettre à de nombreux autistes de faire le lien entre leurs héros de papier et d’autres expériences qui s’y rapportent. Une façon complémentaire de les ouvrir aux autres, chaque petit effort permettant de briser les murs derrière lesquels ils sont enfermés.

Des bandes dessinées réalisées par des autistes

Ce n’est bien entendu pas une information très connue, mais certains auteurs de bande dessinée ont été diagnostiqués comme autiste dans leur enfance. L’un d’entre au moins est d’ailleurs devenu un auteur très réputé. Faire vivre l’imaginaire que l’on a dans sa tête revêt donc un aspect positif, presque thérapeutique.

Le lien ne se ferait donc uniquement de la bande dessinée vers l’autisme, ils peuvent également devenir acteur du milieu. Ainsi, prenons l’exemple de Guillaume Perfetti, qui vient de publier Alien Safari, le premier tome d’une série intitulée U.B.K.

Vivant à Angoulême, Guillaume Perfetti a manifesté très tôt les signes du syndrome d’Asperger mais, en raison du retard de la France en ce qui concerne l’autisme, il ne sera diagnostiqué qu’à l’âge de 31 ans. Son autisme se caractérise par des difficultés significatives d’interactions sociales ce qui lui aura valu une scolarité difficile, les autres élèves le considérant au mieux comme un excentrique... Son intégration professionnelle n’a pas été plus simple, mais il a toujours continué à pratiquer la bande dessinée. C’est par son dessin qu’il surmonte aujourd’hui ces difficultés.

De quoi traite sa série UBK ? Uchuu Bishoojo Keiji, c’est à dire : les jolies policières de l’espace. Yoko, Sachiko, Tetsuwan, Kawaï, Sakura sont de ravissantes enquêtrices de science-fiction, intrépides et gaffeuses, au physique calqué sur ceux de starlettes nippones.

Passionné de comics et de tokusatsu, les films et séries japonais de science-fiction auxquels il lui arrive de collaborer, Guillaume Perfetti a développé une connaissance encyclopédique des actrices de série Z. C’est là, dans ces images de starlettes court-vêtues jouant maladroitement la comédie sur des scénarios instables, que Guillaume puise son inspiration : ses héroïnes de papier héritent de leurs cousines de celluloïd la perfection plastique, le destin aventurier et… une tendance certaine à la gaffe. Il truffe donc ses récits d’un humour décalé, tout en bénéficiant d’un dessin d’une précision affutée.

Si cette série trouvera sans doute son public parmi les amateurs de second degré et ceux qui partagent la passion des séries Z japonaises, il faut reconnaître un talent certain à Guillaume Perfetti, tant dans son imaginaire que dans la clarté de son dessin. Cette expérience concluante vient se rajouter aux précédentes pour renforcer le lien entre BD et autisme.

Une vente aux enchères pour soutenir l’intégration des enfants autistes

La planche originale offerte par Adrien Floch et vendue au profit des enfants autistes

Nous évoquions précédemment l’action des auteurs de bande dessinée engagés dans le caritatif. François Schuiten expliquait d’ailleurs qu"Il faut réinventer le caritatif [pour] trouver dans nos sociétés une nouvelle façon de penser vers les autres. Le mécénat existe sans doute encore un peu, mais nous sommes arrivés au bout d’un système ; l’état a également de moins en moins d’argent. [...] Le Monde change, nous devons changer avec lui."

C’est dans cette direction que se sont engagés une fois de plus une série d’auteurs pour participer à une soirée de dédicaces pour soutenir un centre bruxellois d’accueil et d’intégration d’enfants autistes.

Ces mêmes auteurs ont voulu accompagner leur démarche d’une mise en vente aux enchères. Les dons récoltés seront une fois de plus consacrés au centre des autistes "Nos Pilifs", et les donateurs pourront recevoir une attestation de déductibilité fiscale. De quoi encourager leur achat qui se double d’une bonne action.

On pourra retrouver aux enchères :
- une dédicace de Daniel Kox dans le tome 28 de L’Agent 212
- une planche gracieusement offerte par Adrien Floch et tirée du T10 des Naufragés d’Ythaq
- une dédicace d’Olivier Speltens dans le T1 de sa nouvelle série historique L’Armée de l’Ombre
- un exemplaire d’une sérigraphie spécialement réalisée par JF Charles avec les personnages d’India Dreams
- une splendide double dédicace, réalisée par Philippe Geluck en joignant les deux pages de ses deux nouveaux albums du coffret limité du Chat Erectus

Pour conjuguer l’isolement des autistes, on voit donc que les initiatives sont diverses, de l’implication des auteurs aux initiatives des structures officielles de la bande dessinée. Espérons que cette prise de conscience continuera à croître, pour démontrer que la bande dessinée n’est pas qu’un média populaire, mais bien un vecteur spécifique pour rassembler des personnalités aussi riches de part et d’autre, mais qui ont parfois du mal à se comprendre.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Voir les objets mis en enchères sur Ebay

Commander U.B.K. T1 Alien Safari sur le site de l’éditeur ou plus directement sur cette page

  Un commentaire ?