La bataille d’Astérix : L’affaire s’envenime

3 février 2009 22 commentaires
  • Albert Uderzo ne décolère pas. La tribune qu’a fait paraître sa fille dans Le Monde du 14 janvier dernier où celle-ci elle « entrait en résistance » contre un « quarteron de conseillers » fomentant « une manipulation destinée à changer le cours naturel de la vie et de la survie d’une oeuvre artistique... » ne lui a pas plu du tout.

On sait qu’Albert Uderzo a vendu sa participation dans les éditions Albert-René conjointement à Anne Goscinny. Le groupe d’Arnaud Lagardère contrôle désormais la destinée du petit Gaulois.

Interrogé dans Le Figaro par notre confrère Olivier Delcroix, Uderzo explique en partie la mésentente avec sa fille : « Avec son mari [1], je l’ai quand même entendue me dire que je « dilapidais leur patrimoine » . À un moment donné, il a même été question de me mettre sous curatelle. J’ai répondu que pour l’instant j’étais toujours là et qu’ils aient au moins la pudeur d’attendre mon décès… J’arrive à un âge sérieux, 82 ans. Mon avenir se réduit.  »

Il annonce qu’une audience attend son gendre, Bernard Boyer de Choisy qu’il surnomme « Iznogoud », devant le Tribunal de commerce de Nanterre le 5 février prochain : « Nous avons lancé une action en justice à [son] encontre... Nous allons enfin pouvoir mettre les choses au point. » Il lui reproche notamment d’avoir vendu la couverture de La Rose et le glaive qu’il avait offerte au mariage de sa fille et d’avoir détourné une planche d’Oumpah Pah prêtée à la Fondation Raymond Leblanc, annonçant des faits plus graves qu’il a décidé de soumettre à la justice. Il lui reproche aussi le barnum fait en Belgique pour dévoiler la couverture d’Astérix, « Le Ciel lui tombe sur la tête. » Il en aurait conçu « la honte de sa vie. »

La bataille d'Astérix : L'affaire s'envenime
Bernard Boyer de Choisy et Albert Uderzo en 2005 en Belgique, lors de la promotion du dernier album d’Astérix. De ce barnum, le dessinateur aurait eu "la honte de sa vie".
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Quant à son changement de position sur une suite éventuelle aux aventures d’Astérix, il précise « J’ai d’abord pensé que le personnage mourrait avec moi. C’était un peu idiot, je m’en rends compte. J’ai vu ce que faisait Achdé de Lucky Luke après le décès de Morris. J’ai tenu à le féliciter pour ça. Même chose pour la reprise de Blake et Mortimer. Astérix est plus fort que moi. Il me survivra. »

Bernard Boyer de Choisy, directement mis en cause, réplique dans le même numéro. Concernant la vente de l’original d’Astérix, il assume. Uderzo venait de l’écarter de la gestion d’Albert René. Il était colère, il a vendu la couverture par dépit. Concernant la campagne de presse en Belgique, il ne peut que constater son succès, découvrant cette nouvelle version des faits de la part d’un Albert Uderzo qui aurait vécu, selon lui, « quatre jours de liesse.  » Il accuse l’avocat d’Uderzo, Me Yves Sicard, son « ennemi personnel », de manipuler le dessinateur dans l’ombre.

Quant à Uderzo, il pense se rapprocher de la Bibliothèque Nationale pour lui léguer l’ensemble de ses planches originales : « Je ne veux pas qu’après ma mort tous mes dessins soient disséminés ou vendus à des collectionneurs !  » déclare-t-il à Olivier Delcroix.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
22 Messages :
  • La bataille d’Astérix : L’affaire s’envenime
    3 février 2009 16:39, par ludvig

    malgres des choix moisis concernant les derniers asterix, uderzo reste pour moi un des plus grand. encore aujourd hui l’energie de ses personnage est intacte.
    C’est un trés grand monsieur.

    Répondre à ce message

    • Répondu par lolita le 4 février 2009 à  08:19 :

      Non, tout petit, Goscinny était grand, Uderzo n’a même pas été capable de respecter l’esprit des personnages, les parents qui interviennent, Obélix qui boit de la potion magique, maintenant le ciel qui tombe sur la tête...
      Non, faut arrêter, Uderzo a massacré Astérix, et le fait que d’autres puissent enfin reprendre (peut-être) un niveau correct pour les personnages n’est pas un mal.

      Répondre à ce message

  • La vraie "honte de sa vie", ce n’est pas le barnum, mais bien l’album « Le Ciel lui tombe sur la tête »,et ce n’est pas son gendre qui a commis cet Astérix absolument honteux.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 février 2009 à  19:31 :

      "Honteux"... le terme est un peu fort. Regardez autour de vous, et vous verrez des choses vraiment honteuses !

      Répondre à ce message

    • Répondu le 3 février 2009 à  21:02 :

      Son gendre est peut être en partie responsable du scénario. Monsieur de Choisy a, en effet, des prétentions de scénariste.

      Répondre à ce message

  • Malgré le manque de qualité des derniers albums, moi je dits RESPECT.

    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et Uderzo ne veux pas priver ses lecteurs.

    Répondre à ce message

  • La bataille d’Astérix : L’affaire s’envenime
    3 février 2009 21:52, par Jean Latuelle

    L’affaire s’éclaircit et on se rend compte que les dents de la fille d’Uderzo (et de son mari) rayent le parquet ! On se croirait dans un mauvais remake du "Viager" de Tchernia & Goscinny...

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 3 février 2009 à  22:26 :

      Un mauvais remake du viager ? Il y a du vrai dans ce que vous dites ! Moi-même, avec deux femmes divorcées, et plusieurs enfants, je n’arrête pas d’arroser !! Pensions, aides, assistances, rentes. Et je suis loin d’etre aussi riche que Monsieur Uderzo, je pense que vous me croirez sans problème sur ce point !! Une fois tout réglé (taxes et impots divers sans oublier le denier du culte sans les deux dernières lettres, bien sur !!°), il me reste à peine de quoi m’offrir quelques BD, ce qui explique la selectivité extrème de mes choix. Bah, les bonnes BD que j’ai accumulées dans mon grenier-bibliothèque (Franquin, Goscinny, Tillieux, Peyo, Van Hamme, Charlier et Giraud, sans oublier d’autres moins réputés) se lisent et se relisent toujours avec le même plaisir. Voila un conseil d’ami qui fera economiser beaucoup aux fidèles d’actua-BD.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Moynot le 4 février 2009 à  01:13 :

        Monsieur Pincemoi, taisez-vous une fois pour toutes. Que viennent faire vos récriminations personnelles populo-poujadistes dans ce débat ?

        Répondre à ce message

      • Répondu par Isa le 4 février 2009 à  02:35 :

        Un meilleur conseil serait de ne pas changer de femme comme de chemise pour aller courir la gueuse (je vous cite :"je suis d’ailleurs toujours attiré par le même type de femme : un mélange subtil de Natacha, Chihuahua Pearl et Barbarella, agée de 22 à 32 ans ; 90Bà 95C, 36 à 38 de confection, cela depuis bientôt quarante ans.". comme vous traitez les femmes comme des objets démodés dès qu’elles passent la barre des 32 ans, vous n’avez qu’à vous en prendre qu’à vous même vieux phallocrate pervers, encore heureux que vous payez pour traiter les gens comme des marchandises.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 4 février 2009 à  09:01 :

          Le sujet est-il l’affaire Uderzo ou les femmes à Pincemi ??
          Pincemi a peut être une vie dissolue et assumée, mais enfin, il me semble qu’il n’a pas à être jugé, surtout sur un forum BD !

          Répondre à ce message

        • Répondu le 4 février 2009 à  09:37 :

          François Pincemi n’existe pas. C’est une invention d’Actua BD pour animer les débats. Pilote avait son Achille Talon, Actua BD a son François Pincemi.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 4 février 2009 à  15:08 :

            En ce qui me concerne, je n’ai rien à voir, ni de près, ni de loin avec ce M. Pincemi que je ne connais pas.

            Ceux qui me lisent le savent bien.

            Répondre à ce message

        • Répondu par flebus le 4 février 2009 à  11:59 :

          Dire que les scénarios d’Uderzo n’atteignent pas le niveau de ceux de Goscinny est un doux euphémisme. L’erreur qu’il a faite c’est de ne pas vouloir s’adjoindre un scénariste après la mort de Goscinny comme a pu le faire Morris par exemple et vouloir reprendre la totalité de la réalisation des albums.

          En ce qui concerne l’affaire "Astérix", il semble avant tout que ce soit une affaire de gros sous. Mais, même si sa fille et son gendre l’accusent d’être mal conseillé, il ne me semble pas que Monsieur Uderzo soit complètement gaga. Il sait ce qu’il fait. Astérix lui appartient ainsi qu’à Anne Goscinny et ils ont le droit d’en faire ce qu’ils veulent, que ça plaisent ou non aux uns ou aux autres.

          Lorsqu’il a repris tous les albums qui restaient chez Dargaud pour les confier à Hachette, on aurait dit qu’à cause de ce geste, l’éditeur ne s’en sortirait plus financièrement car il reposait sur les ventes d’Astérix. Apparemment, Dargaud n’est pas mort.

          Pour moi, Uderzo restera l’un des plus grands dessinateurs français. Pour s’en convaincre, il suffit, en faisant abstraction des scénarios, qu’ils soient de Goscinny ou de lui-même, d’ouvrir quelques Astérix et de regarder les images.

          On n’aurait pas droit à tant d’histoires si Astérix ne génèrait pas autant de profit. Mais peut-on reprocher à Uderzo et Goscinny -pour une fois, changeons l’ordre de citation des auteurs- d’avoir ou d’avoir eu du talent, si ce n’est du génie.
          On aurait peut-être dû conseiller à Uderzo de dessiner moins bien afin qu’Astérix marche moins bien.
          Il y a beaucoup de jalousie derrière tout ça.

          A mon avis, plus d’un auteur de BD (ou d’auteur tout court) aimerait être à sa place. Pas pour le ramdam mais pour le succès bien sûr...
          C’est le rêve de tout créateur, non ?

          Voir en ligne : http://pot-a-crayons.over-blog.com

          Répondre à ce message

        • Répondu par François Pincemi le 4 février 2009 à  23:49 :

          merci pour votre conseil, Madame ou Mademoiselle Isa. Apparemment vous vous croyez très maligne en faisant des copiés-collés d’autres posts. Voyons voir, vous me reprochez d’etre attiré par un genre précis de femmes depuis quarante ans. Aprés vérification sur le BDM, je ne peux que vous confirmer que le premier Barbarella broché est sorti en 1968 ; le Chihuaha Pearl en 1972, et le premier Natacha en 1971. Ancienneté moyenne de ces albums phares de la gent féminine (je donne à chacune de ces héroines entre 22 et moins de 32 ans d’age virtuel papier, mais il faudrait plutôt demander à leurs créateurs !°) de l’ordre de quarante ans, avec les arrondis, c’est la raison pour laquelle je disais que ce type de femme m’attirait depuis bientôt quarante ans.
          Quant au denier du culte dont je parlais, il s’agissait de l’achat d’albums de BD sexys style Taboo ou Dynamite. Pas de quoi me traiter de vieux phallocrate pervers, la prochaine fois de vous exciter toute seule, aller réviser votre histoire de la BD francobelge, ou aller tester les toys en forme de canard (pas Donald Duck) dont on parle beaucoup ces temps-çi, cela sera certainement plus agréable.
          On m’avait dit que le public d’actua-BD avait un bon niveau en connaissances BD, je vois qu’il faut en fait tout expliquer par le détail si l’on ne veut pas susciter de réactions offusquées. Bizarre...

          Répondre à ce message

          • Répondu par Isa le 5 février 2009 à  14:23 :

            Vous n’assumez même pas vos propos (pris sur le sujet "Le retour du charme"), et je vois que vous êtes un goujat doublé d’un imbécile, et l’un des pires, ceux qui se croient cultivés et intelligents alors qu’ils ne sont que de la bêtise la plus crasse. Vous êtes la pustule ou le chancre mou de Actuabd, monsieur l’anonyme qui se cache sous un pseudo ridiculement infantile qui vous va très bien.

            Répondre à ce message

  • La bataille d’Astérix : L’affaire s’envenime
    4 février 2009 16:10, par jean-yves

    concernant les participations affligeantes de monsieur pincemi c’est vrai qu’a un moment j’ai cru aussi que le site actuabd etait ds le coup( pince moi je rêve !?!?!!)....sans commentaires ...

    concernant l’article , uderzo parle d’un leg a la BNF ....euh , il connait le musée de la BD à Angouleme ?
    a ce propos , la BNF a-t-elle d’ailleurs des planches de bd ou tout est-il transferé à Angouleme ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par lewis troncdarbre le 4 février 2009 à  18:08 :

      Pincemi dit souvent des vérités qui dérangent, mais c’est pas pour autant qu’il faut lui interdire de s’exprimer - rappellez vous Voltaire : je ne partage pas vos opinions mais je lutterai pour que vous puissiez les exprimer ;-)

      Enfin, si Pincemi est pas un Troll

      Répondre à ce message

      • Répondu le 4 février 2009 à  23:28 :

        bien-sûr que si Pincemi est un troll, il n’est même que ça.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 5 février 2009 à  01:58 :

        Pincemi dit souvent des vérités qui dérangent,

        Tu parles, il dit surtout des monceaux de conneries, c’est ça qui saoule.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jean-Louis Pincemi le 5 février 2009 à  23:41 :

          Aahahaha !!! Très très Troll !

          Répondre à ce message

  • La bataille d’Astérix : L’affaire s’envenime
    5 février 2009 21:11, par nullix

    Je n’ai que feuilletté les derniers Astérix, pour moi il sont de plus en plus mauvais au niveau du scénario. Quand j’ai vu des extra terrestres débarquer là j’ai su que le fond était atteint.
    Par contre les plus anciens sont toujours réjouissants et même les premiers fait par Uderzo seul s’en tiraient pas trop mal.

    Je garde une rancune tenace envers les éditions Albert-René depuis qu’ils ont attaqué en justice un projet informatique libre dont le nom se rapprochait (de loin) trop d’un de leur personnage. Pour moi Asterix et Obelix font partie de l’imaginaire collectif et à moins de tirer profit de leur utilisation je pense qu’une utilisation approximative involontaire ou non de ces noms ne mérite pas une telle réponse. Je m’interdis volontairement d’acheter des BD Albert-René depuis lors. De toutes façons je ne manque pas grand chose...

    Dire que l’argent dégrade tout dans ce cas est un euphémisme : celui détruit la qualité de la bd et cela détruit aussi les relations familiales. Voir Astérix comme une idole commerciale c’est l’oublier en cours de route. Je plains Albert Uderzo de devoir faire face à cela, mais c’est malheureusement un peu la rançon du choix du tout commercial.

    On peut toujours imaginer ce que serait devenu Astérix si Goscini n’avait pas disparu... Nous ne le saurons jamais.

    Répondre à ce message