La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée

10 septembre 2016 13 commentaires
  • La Fête de la BD à Bruxelles a accueilli le lancement de la FONDATION PAUL CUVELIER, composée "des membres de sa famille et d'enthousiastes" dont le but est de sauvegarder et valoriser l'œuvre du créateur de Corentin. Elle proposait pas moins de deux publications aux visiteurs du festival bruxellois.

Parmi les premières publications de la Fondation cornaquées par Philippe Capart, l’animateur de La Crypte tonique, il y a cette édition de luxe de Corentin que l’on voit ici maniée avec précaution par Alec Severin, admirateur de la première heure de Paul Cuvelier.

On retrouve un fac-similé des 64 planches originales de l’album, imprimée sur du papier de 315g au format original, et notamment de la couverture qui n’était pas encore ressortie au moment de la fameuse réédition de la Crypte tonique en 2014. On y a ajouté le carnet d’aquarelles que Paul montrait à ses jeunes frères et qui est à l’origine de la publication de cette série mythique. L’édition a été tirée à 50 ex. et signée par les frères cadets de Paul Cuvelier, Michel et Amédée (notre photo). Vendue très cher par souscription, au prix de 2500€ l’un, on ne sait pas s’il en existe encore des exemplaires à vendre. Adressez-vous directement à la Fondation Paul Cuvelier : (info@paulcuvelier.org).

La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
Alec Severin montre le coffret des planches en fac similé de Cuvelier tiré à 50ex.
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Michel et Amédée Cuvelier, les jeunes frères de l’artiste.

Les mêmes ont publié PolyEpoxy - La Case la plus copiée de Bernard Joubert qui reprend une case d’Epoxy qui a été joyeusement plagiée par un grand nombre de dessinateurs juste après sa parution en 1968. La ravissante demoiselle vient d’arriver dans l’Olympe et cela va être sa fête. Bernard Joubert et ses complices ont trouvé pas moins de 40 plagiats avérés de la pose alanguie de l’héroïne de Jean Van Hamme et de Paul Cuvelier dans les productions érotiques populaires italiennes notamment. Là encore, il faut écrire à la Fondation pour savoir comment l’acquérir ailleurs que dans la boutique de La Crypte tonique à Bruxelles.

PolyEpoxy de Bernard Joubert. Une édition de la Fondation Paul Cuvelier.


A partir de la case originale ci-dessus, Joubert a repéré pas moins de 40 plagiats qui en ont été tirés.
© Fondation Paul Cuvelier

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
    10 septembre 2016 02:09, par Burning Man

    Peut-être sont-ils simplement tous partis de la même photographie !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 10 septembre 2016 à  09:10 :

      Bonne objection. Mais non : il est connu que Paul Cuvelier dessinait d’après nature, ne fut-ce que pour choisir lui-même ses modèles. Dans le petit ouvrage décrit ci-dessus, on y publie des crayonnés qui ne laissent aucun doute sur l’origine de ce dessin : "Et on sait que, écrit Joubert, cette qualité, Cuvelier l’obtenait par un long travail préparatoire. Ses connaissances anatomiques lui venaient de modèles vivants qu’il faisait poser et on a retrouvé les croquis qui précèdent ce dessin. Il est exclu que, par coïncidence, il y eût à la base de tous ces dessins une même photo de pin-up glanée dans la presse." CQFD.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mircea Arapu le 10 septembre 2016 à  09:37 :

        Quand un seul dessin est bon, il n’y a plus aucun doute.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Jean-Paul Jennequin le 10 septembre 2016 à  13:24 :

        De plus, Bernard Joubert avait découvert que la case en question avait été reproduite dans la version italienne de l’ouvrage Les Filles de Papier de Jacques Sadoul. C’est probablement la source des plagiaires italiens, sauf si certains ont, à leur tour… pompé les pompeurs.

        Répondre à ce message

  • La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
    10 septembre 2016 12:14, par peebee

    Mais est-ce que ça ne peut pas être vu comme un hommage, un clin d’oeil, une référence à Cuvilier ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 10 septembre 2016 à  12:46 :

      Un hommage à Perlin Pinpin ? Vous êtes pervers, vous ;)

      Répondre à ce message

    • Répondu le 10 septembre 2016 à  16:10 :

      Je le vois comme ça aussi, un "private joke" entre dessinateurs, un clin d’oeil admiratif au somptueux travail de Cuvelier ! Un peu comme le cri de Wilhelm au cinéma :-)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Zot ! le 10 septembre 2016 à  20:59 :

        Surtout sans doute, l’occasion de gagner du temps pour ses nombreux imitateurs : la position est plus compliquée qu’un visage de face ou de profil !

        Répondre à ce message

      • Répondu par peebee le 11 septembre 2016 à  03:49 :

        Voilà, quelqu’un me comprend ! ;)

        Répondre à ce message

  • La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
    10 septembre 2016 18:53, par Frenchoïd

    La première femme de Van Hamme ayant posé pour Cuvelier, on peut se permettre de penser que, peut-être, Van Hamme serait bien placé pour nous parler de cette case...?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 septembre 2016 à  08:56 :

      Amusant : sur ma page Facebook perso, où j’avais reproduit cette case, ce dessin a été censuré par Facebook. Les culs-bénits sont de retour !

      Répondre à ce message

  • La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
    11 septembre 2016 11:28, par Julien

    Tout de suite "PLAGIAT" , le gros mot . ça va ! Pour une case ! UNE SEULE ! Si ce n’était une dizaine de pages du bouquin, mais non... même pas.

    Répondre à ce message

  • La case (de Paul Cuvelier) la plus copiée
    11 septembre 2016 20:29, par JFrançois

    C’est d’autant plus idiot que quand on fait du dessin d’après nature dans une académie (ce que tout dessinateur, surtout réaliste, devrait faire), on tombe souvent sur ce genre de pose, qui n’est pas plus difficile qu’une autre, mais où on apprend à gérer le raccourci de la jambe et la torsion du buste. Le dessin c’est un métier, il faudrait que les types soient un minimum professionnels et travaillent.

    Répondre à ce message