La douce nostalgie de "Kimi le vieux chien" (Nylso)

29 septembre 2018 0 commentaire
  • Humble et réaliste, désabusé mais pas amer, Kimi, vieux chien qui n'a plus de maître, revient sur sa vie. Il erre, aussi, dans une nature admirablement dessinée par Nylso, dont les éditions Misma viennent de publier le nouvel ouvrage, tout de délicatesse et propice à l'apaisement.

Le lecteur qui ne ferait que feuilleter trop rapidement Kimi le vieux chien de Nylso pourrait n’y voir qu’un amoncellement incohérent de petits traits, un livre en noir et blanc dont l’alphabet nous serait inconnu et dont le sens, par là même, nous échapperait. Ce serait aller bien trop vite en besogne.

Le dessin de Nylso, non seulement fait sens, mais est en outre l’un des plus vivants qui soient, car mouvant, vibrant, presque palpitant. La nature, avec lui, est belle et luxuriante, immuable et pourtant sans arrêt changeante. Nylso excelle à représenter la végétation, en particulier les arbres, grâce à un style unique fondé sur la variation de densité des traits couchés sur le papier.

La douce nostalgie de "Kimi le vieux chien" (Nylso)
Kimi la vieux chien © Nylso / Misma éditions 2018

Cette variation se retrouve également dans la composition de ses pages. S’il propose parfois des planches faites de nombreuses petites cases, des cases cependant toujours « détourées », il dessine aussi de superbes pleines pages, magnifiant ainsi encore davantage la nature, transmettant l’amour qu’il lui porte et rappelant la place qui nous revient face à elle : une petite place, modeste, à l’opposée de l’arrogance et de la toute-puissance que nous nous sommes nous-mêmes octroyés au fil des ans.

Cette humble position dans un environnement majestueux et indifférent à notre sort, Kimi, le vieux chien du livre édité par Misma, l’a totalement acceptée. Lui qui n’a plus de maître, qui est abandonné de tous, qui voit venir ses derniers jours, il se satisfait de son sort, admettant dans une sorte de fatalisme paradoxal, à la fois résigné et optimiste, ce que la vie et la mort lui réservent. Nostalgique de ses jeunes années, pleines d’entrain, de fougue et de joie, il sait pourtant qu’il ne les retrouvera jamais et qu’il doit dorénavant se contenter de petits plaisirs, rares et brefs, et qu’il doit donc les savourer entièrement.

Kimi, dessiné lui aussi de quelques traits, est parfois quasiment invisible dans la nature qui l’environne et le protège. Il erre à travers champs et forêts, se reposant dans un rayon de soleil, se baignant dans une rivière, traînant ses vieilles pattes de-ci de-là en attendant, sans impatience mais sans crainte, la fin. Il se crée au fur et à mesure de son errance une petite philosophie, Diogène canin qui a compris que la révolte et la colère ne sont plus d’aucune utilité quand arrive l’étape ultime de la vie.

L’adéquation entre ce personnage de vieux chien un peu philosophe, le propos à la fois modeste et fondamental de Nylso et son dessin minutieux et touffu est parfaite. Le tout se laisse apprivoiser avec plaisir et nous pouvons nous dire, en refermant Kimi le vieux chien : « Qu’il est rassurant d’avoir un tel livre chez soi ! »

Kimi la vieux chien © Nylso / Misma éditions 2018
Kimi la vieux chien © Nylso / Misma éditions 2018

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Kimi le vieux chien - Par Nylso - Misma éditions - 16,7 x 23 cm - 144 pages en noir & blanc - couverture cartonnée - parution le 12 septembre 2018.

Consulter le site de l’auteur & lire un extrait de l’ouvrage.

Consulter une biographie & lire un entretien avec l’auteur pour le site neuviemeart2.0 (propos recueillis par Thierry Groensteen en novembre 2014).

Dans le cadre du festival Formula Bula, Nylso participe à une rencontre sur l’agroforesterie, en compagnie d’Agnès Sourisseau, le dimanche 30 septembre à 17 h à la médiathèque Françoise Sagan (8 rue Léon Schwartzenberg Paris Xe).

  Un commentaire ?