La fin de Pif Gadget ?

  • Les temps sont durs pour la presse magazine dans son ensemble. {Pif Gadget} est en sérieuses difficultés, sa société d'édition étant en période d'observation consécutive à sa mise en redressement judiciaire depuis avril. Le licenciement récent de trois salariés, dont son rédacteur en chef et son directeur artistique, suscite de sérieuses interrogations quant à sa survie.

Ces derniers sont furieux : « Nous sommes en colère écrivent le rédacteur en chef François Toulat-Brisson et le Directeur artistique Alain Béthune dans un communiqué. Comment ne pas l’être quand sont licenciés ceux qui n’ont jamais compté leurs efforts et leur temps pour respecter les lecteurs, malgré les bâtons dans les roues d’une direction maintenue dans son pouvoir de nuisance ? Forts du soutien de nombreux auteurs, nous ne comptons pas assister en silence à un nouveau « chien écrasé »... Nous tenons à Pif Gadget. Ce titre peut non seulement être sauvé, mais également faire l’objet d’un vrai développement. À condition d’être confié à des professionnels. »

Un surprenant Phénix

Relancé avec enthousiasme sous la forme d’un mensuel en juillet 2004, rencontrant la sympathie de milliers de nostalgiques, le mythique Pif Gadget, un titre jeunesse lié au Parti Communiste Français, avait créé la surprise. Mais la suite de l’aventure ressemble plutôt une longue descente aux enfers : perte des lecteurs (110 000 lecteurs perdus depuis le n°2, dont 25 000 sur le seul mois de janvier 2006, selon le même communiqué), réduction progressive de la pagination, congés payés non versés aux dessinateurs et aux scénaristes qui menacent d’arrêter de fournir, collaborateurs payés au lance-pierre, fournisseurs impayés acculés au dépôt de bilan, incohérences dans les plannings et dans la gestion,... Tout ceci a finalement conduit à la mise en redressement judiciaire de la société en avril avec la mise en place d’une période d’observation pour six mois et la nomination d’un administrateur-judiciaire.

« Incompétence, opacité, autoritarisme... »

Comment en est-on arrivé là ? Les cadres licenciés pointent « une incurie patente », un « dilettantisme dans la gestion », de la part d’un « directeur de la rédaction, M. Patrick Apel-Muller, salarié du quotidien L’Humanité en tant que « Rédacteur en chef exécutif » et « détaché » à Pif Éditions (dont il est cependant actionnaire...) ». En bref, selon le communiqué, le titre aurait été victime d’une « conjonction d’incompétence, d’opacité et d’autoritarisme ». Un certains nombre de questions sont posées par le communiqué et notamment celle de savoir comment M. Patrick Apel-Muller pourra redresser une entreprise alors que la majorité de son temps est consacrée au quotidien L’Humanité et que sa rédaction, suite aux licenciements, se trouve décapitée ? Les auteurs du communiqué ne voient pas dans les dernières décisions prises les conditions d’une quelconque « continuation de l’activité ».

Est-ce le signe d’une prochaine liquidation de la société et/ou d’une cession du titre ? C’est possible. L’avenir nous le dira.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Le Meilleur de Pif (Vents d’Ouest)

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • > La fin de Pif Gadget ?
    8 août 2006 16:51, par HEEZA

    Je présente sur mon site www.heeza.fr l’ouvrage de MEDIONI "La véritable histoire de Pif Gadget" depuis sa première édition.
    Alors que je montre habituellement plusieurs images des produits, j’ai vite été ramené à l’ordre d’une manière peu aimable par une société représentant les ayants-droits de PIF : pas d’images, sauf la couverture de l’ouvrage, ou alors je mettais un lien vers une page d’abonnement vers PIF GADGET. Sinon, je risquais des ennuis.
    N’aimant pas le chantage, j’ai enlevé toutes les images, me refusant à mettre un lien de cette façon.
    Si vous visitez mon site, vous verrez que je mets volontiers des liens extérieurs, quand je pense qu’ils apportent un plus. J’aurais donc volontiers mis en lien vers PIF, seule la façon de m’y "obliger" m’a empêché de le faire....
    En 8 ans d’existence du site, c’est la SEULE fois où on m’a menacé, et c’était un ami d’enfance..... snif

    Voir en ligne : La véritable histoire de Pif Gadget

    Répondre à ce message

    • Répondu par Captain le 14 février 2007 à  15:09 :

      Bonjour, heeza !!!
      Je suis navré pour cette affaire et trouve absurde ce comportement.Moi perso,j’ai fait un petit site web dédié au nouveau Pif Gadget, j’ai envoyé ma demande à Patrick Appel Muller, et personne ne m’as fait d’ennuie.
      C’est un site web dédié aussi,
      si on me demande de l’enlever, je l’enlèverai, et j’en ferais un pour disney ! (Je plaisante !)
      Cordialement...

      Voir en ligne : http://connexionpif.fr

      Répondre à ce message

      • Répondu par captain le 8 octobre 2008 à  14:52 :

        Bien, plusieurs mois aprés cette histoire de liquidation, le magazine a tenu la route.
        Je n’ai eu qu’un trés bon accueil de la part du magazine, et tout roule.

        Aprés, je pense qu’il faut voir le contexte actuel des ventes de la presse pour comprendre que ce n’est plus comme autrefois et que nos magazines illustrés ne se vendent plus comme antan.

        Pif Gadget est une structure plus modeste que ces collègues "Disney et Spirou", mais représente quand même notre patrimoine illustré populaire francais. En celà, je pense qu’il faut l’encourager. De plus, de nouveaux auteurs talentueux sont publiés : Je pense à Herlé, BenGrrr, ect ...

        Voir en ligne : Mon site pif gadget

        Répondre à ce message