La foire aux cochons T.3 : Le vent de l’histoire a tourné - Par Ptiluc - Vent des Savanes

14 juillet 2008 0 commentaire
  • A côté des Rats bien connus, ce sont les cochons qui inspirent un des auteurs les plus impertinents du 9ème art : les ex-grands de ce monde se réincarnent sous cette forme afin d'expier leur ancienne vie. Très drôle, mais à lire par petites doses pour éviter la lassitude.

Qui n’a jamais imaginé ce que se seraient dites les plus grandes figures de l’Histoire si elles s’étaient toutes rencontrées ? Et si elles vivaient aujourd’hui ? Effectivement, aucun des personnages les plus célèbres de l’Histoire n’a atteint la postérité qu’il espérait : ils se sont tous réincarnés ici-bas, en cochons ! Ainsi Staline, Lénine, Hitler, De Gaulle ou Napoléon se retrouvent-ils, dans l’enceinte d’une ferme, à confronter leurs points de vue – décapants – sur leurs vies actuelles et passées, et sur l’impact réel qu’ont eu leurs entreprises sur le destin du monde. Un sort plus enviable que celui des anciens papes qui, eux, sont devenus des truies !

Dans ce troisième opus, le joyeux troupeau va se trouver confronté au réchauffement climatique, à la grippe aviaire et aux vaches folles, à l’écologie et à la sauvegarde de la nature, au capitalisme à outrance et au problème d’approvisionnement en pétrole, au choc des civilisations entre musulmans et occidentaux ! Bref, rien n’échappe à la moulinette des cochons.

La foire aux cochons T.3 : Le vent de l'histoire a tourné - Par Ptiluc - Vent des Savanes
Hitler, Lénine et Churchill rivalisent ... d’innovations artistiques.

Ptiluc est une référence les plus iconoclastes de la bande dessinée. Il ne gâche pas ce titre en s’en donnant à cœur joie dans cette série où il égratigne sans vergogne les grands noms de l’Histoire. En réunissant dans ce microcosme animal les divers courants politiques, on retrouve les dérives humaines de ces derniers millénaires, avec une prépondérance sur les soubresauts de ces dernières années.

L’arrivée de Jean-Paul II sauvera-t-elle Napoléon de la réincarnation ?

Il faut reconnaître que derrière quelques blagues faciles, Ptiluc tire souvent juste, n’ayant pas manqué de bien se renseigner sur ces illustres personnages avant les vitrioler avec complaisance. Pourtant, ces tabloïds, publiés dans un premier temps dans L’Écho des Savanes, sont souvent denses en dialogues et fort chargés. De plus, on peine parfois à distinguer les différents interlocuteurs, chacun pouvant intervenir sous plusieurs formes dans la même séquence, au gré de ses réincarnations. On doit donc se baser sur les divers accents, et les rares caractéristiques physiques des cochons pour les identifier. Il vaut donc mieux éviter l’overdose en espaçant ses temps de lectures pour profiter pleinement du délicat esprit sarcastique de l’auteur.

Comme pour d’autres séries, Vent des Savanes réédite les deux premiers tomes avec des couvertures brillantes sur fond mat. L’occasion pour les néophytes de découvrir cette excellente satire politique, pleine d’inventivité, mais dont il faut mesurer la lecture.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?