Newsletter ActuaBD

La guerre et les documentaires au cœur de Cartoon Movie 2014

  • 60 projets de longs métrages d’animation à différents stades d’évolution ont été présentés cette année à Lyon, entre le 5 et le 7 mars 2014, au cours de la 16e édition de cette « foire aux producteurs européens de longs métrages d’animation ».

Maybe Movie et Dupuis audiovisuel ont présenté l’avancement de l’un de ses tout premiers projets soutenus par Dupuis audiovisuel : l’adaptation de Zombillénium d’Arthur de Pins.

Présent au Forum, l’auteur de cette bande dessinée best-seller éditée par Dupuis réalise lui-même le film. Devant un parterre de partenaires présents (diffuseurs, producteurs...), notre dessinateur a indiqué ce qui, selon lui, caractérisait son projet : le mélange d’un thème social et d’un lieu ludique : un parc d’attraction situé dans une France touchée par le chômage- avec un genre particulièrement à la mode ces temps-ci, le film de zombies.

La guerre et les documentaires au cœur de Cartoon Movie 2014
Zombillénium de Arthur de Pins
(c) Maybe Movie et Dupuis audiovisuel

Un pilote prometteur a déjà été réalisé : il s’agit du nouveau clip du groupe Skip the use, qui signe la BO du film : une sorte de bande-annonce utilisée, selon le producteur de Maybe Movie, Henri Magalon, comme une sorte de publicité subliminale, d’ « implant mental » , pour faire du buzz autour du film sans pour autant le citer.

Plus en amont, nous vous en avions parlé, la société Atopic a présenté son projet d’adapter la bande dessinée de David B, L’Ascension du haut mal (L’Association). Quelques images-témoins qui conservent le trait du dessinateur ont été montrées. Selon le réalisateur Christophe Gérard, le film qui parle de la maladie du frère de l’auteur sera traité comme un film épique, illustrant le combat d’une famille dans les années 1970, en lutte contre une situation difficile, d’où surgira du fantastique au milieu d’une animation réaliste.

Projet d’adaptation de la bande dessinée de David B, L’Ascension du haut mal (L’Association)
(c) Atopic / David B

Les autres projets d’adaptation de bandes dessinées présentés cette année concernaient Diplodocus de Tadeusz Baranowski, auteur de BD polonais, compagnon de route de Grzegorz Rosinski, mais dont la carrière s’est plutôt exprimée dans le monde de l’animation, et surtout le best-seller le plus récent des éditions Dupuis, Les Nombrils, la série de Maryse Dubuc & Marc Delafontaine, également présenté par Dupuis audiovisuel en coproduction, on l’aura deviné, avec le Canada. Un film réalisé par Benoit Godbout.

Les Nombrils, la série de Maryse Dubuc et Marc Delafontaine, un film réalisé par Benoit Godbout
(c) Dupuis Audiovisuel

Dessin animé du réel

Cartoon Movie 2014 a se signale cette année par un nombre croissant de projets destinés aux adolescents et aux adultes. Dans la lignée de Valse avec Bachir, plusieurs traitent de la guerre. Dans The Tower, Mats Grorud raconte le quotidien dans une tour d’un camp de réfugiés au Liban et mêle animation de marionnettes et animation traditionnelle en deux dimensions.

"The Tower" de Mats Grorud

Projet entièrement bouclé, Chris the Swiss de Anja Kofmal raconte, dans une mélange d’animation traditionnelle et d’images en prise de vue réelle, l’histoire vraie en Croatie d’un journaliste tombé durant la guerre.

Enfin, Funan de Denis Do, qui a pour ambition d’être le premier film d’animation sur les khmers rouges, racontera la séparation tragique d’une mère et de son fils lors de l’évacuation de Phnom Penh en 1975.

Dans une lignée distincte, le film Yellowbird de Christian De Vita a une vocation à la fois ludique et documentaire : ce dessin animé qui sortira l’an prochain d’abord aux États-Unis avant l’Europe suit un oiseau migrateur qui a perdu le nord. Malheureusement les croquis préparatoires de personnages signés Benjamin Renner (le réalisateur nominé aux Oscars pour Ernest et Célestine) ont perdu de leur caractère en passant sous la souris des ordinateurs.

Yellowbird de Christian De Vita, design de Benjamin Renner

D’autres beaux projets à venir : le premier long métrage très ambitieux de Jérémie Clapin, repéré pour son histoire surréaliste d’homme qui vit littéralement « à coté de la plaque » dans Skhizein. Cette fois, il prépare pour Marc du Pontavice, le producteur de Oggy et les cafards et des séries TV Lucky Luke ou encore Les Dalton, «  I lost my body », l’histoire d’un main à la recherche de son corps sur un scénario de Guillaume Laurant, l’auteur de «  Amélie Poulain ».

La palme du projet le plus ambitieux revient à Pierre Földes, fils du précurseur de l’animation par ordinateur, Peter Földes : le romancier japonais Haruko Murakami l’a autorisé à adapter en animation trois de ses romans surréalistes. Le pilote au trait simple et au propos décalé est enthousiasmant. Reste à voir si les producteurs se bousculeront pour financer ce projet intitulé « Blind Willow, sleeping woman ».

« Blind Willow, sleeping woman » de Pierre Földes, d’après Haruko Murakami
DR

(par Laurent VALIERE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Retrouvez Laurent Valière chaque semaine le dimanche matin à 11h30 dans "42e rue" sur France Musique, magazine hebdomadaire consacré au théâtre musical.

Photos : L. Valière.

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD