La multiplication des succès selon Pika (2/2) : Monster Hunter

30 avril 2015 0 commentaire
  • Après la puissante licence manga {L'Attaque des Titans}, c'est avec un autre licence, videoludique cette fois, que Pika mène une offensive massive : {Monster Hunter}. Et l'éditeur ne lésine pas sur les sorties: pas moins de quatre titres concernés ! Deux nouveautés, une nouvelle édition et un prestigieux {Artbook.}

Monster Hunter constitue actuellement une référence majeure dans le monde du jeu vidéo. Créée il y a dix ans par Capcom, la saga propose au joueur d’incarner un chasseur de créatures fantastiques et de faire équipe en ligne avec d’autres joueurs afin de combattre et vaincre les monstres croisés. Il s’agit là d’un jeu dit "Action RPG" dont le succès peut se mesurer au nombre de titres écoulés depuis la création de la licence : 31 millions d’exemplaires.

Un phénomène dans le monde du jeu vidéo

La multiplication des succès selon Pika (2/2) : Monster HunterEn France, le lancement de la nouvelle console portable New Nintendo 3DS, en février dernier, se voit appuyé par la sortie du dernier opus de la saga : Monster Hunter 4 Ultimate. Un jeu dont les publicités inondent nos écrans de télévision au moment des programmes pour enfants et qui a déjà dépassé le million d’unités écoulées en Occident depuis sa sortie.

C’était l’occasion rêvée de sortir (et de ressortir) ce que Pika avait en stock autour de cet univers qui se décline dans son catalogue en quatre modalités différentes : une nouvelle édition pour Monster Hunter Orage, deux nouvelles séries avec Monster Hunter Epic et Monster Hunter Episodes et, enfin, l’Artbook de référence du jeu vidéo, Monster Hunter Illustrations 2.

La réédition d’une valeur sûre

Avec Monster Hunter Orage, Pika propose une valeur sûre dans une nouvelle édition lancée pour l’occasion et offrant surtout un nouvel habillage de couverture raccord avec les autres titres concernant la licence. Valeur sûre, car l’œuvre est signée Hiro Mashima, l’auteur à succès de Fairy Tail.

Fan du jeu vidéo, le mangaka avait entamé en 2008 la réalisation de cette série courte en quatre tomes. Des chapitres mensuels, livrés en parallèle de sa série principale Fairy Tail, dans lesquels il proposa sa version de l’univers Monster Hunter.

Très classique, l’histoire entraîne un jeune chasseur, héros typique de shonen, dans la quête d’une créature légendaire. Rencontrant divers compagnons de route qui se joindront à lui, accortes jeunes femmes et ténébreux rival, Shiki traquera le Miogaruna équipés de ses lames magiques, les sabres du vent.

Multipliant les scènes de combat dynamiques et efficaces, Monster Hunter Orage est un pur manga d’action dans la veine de ce que sait faire Hiro Mashima. On y retrouve les mêmes caractérisations de personnage et les mêmes ressorts dramatiques que dans Fairy Tail, appliquées au monde de Monster Hunter. Les amateurs de l’un et de l’autre devraient y trouver leur compte.

Deux nouvelles séries

JPEGLes véritables nouveautés consistent en deux séries du même auteur, Ryuta Fuse. L’une, Monster Hunter Episodes, finie en trois volumes. L’autre, Monster Hunter Epic, encore en cours de publication au Japon.

Le premier titre, Episodes est composé d’une série de nouvelles détachées les unes des autres. Chaque récit introduit de façon autonome son équipe de chasseurs, propose sa propre quête, développe ses propres thématiques. Le lien entre ces histoire étant assuré par un personnage, le conteur, témoin et relais des aventures, et qui assume la narration.

Le relationnel au sein des groupes, leur fonctionnement respectif, l’entraide comme condition de la victoire tiennent une large part du propos. Surtout, le format bref permet d’entrer rapidement dans l’action et d’offrir une vision intéressante du bestiaire de l’univers, un de ses points forts. Moments de bravoure en perspective...

À noter que le manga adapte un Light Novel de Keiichi Hikami que Ryuta Fuse avait illustré.

Des dangers des chasses sous-marines
Monster Hunter Episodes © CAPCOM CO., LTD.

Le second titre, Epic, s’avère plus classique dans sa structure et cette fois Ryuta Fuse assure dessin et scénario. On retrouve une quête au long cours construite autour d’un héros nekketsu typique dont l’apprentissage s’effectue au fil de quêtes diverses.

Animé par le rêve de devenir lui-même chasseur, à l’image de son mentor et modèle, voire d’égaler Kuja, Yamato quitte son village natal et part à l’aventure. Accompagné dans son périple par son amie d’enfance et d’une sorte de mascotte ayant connu Kuja, le voilà prêt à en découdre avec monstres écailleux et poilus, dans le but de retrouver son idole, mystérieusement disparu des années plus tôt lors de l’attaque d’un Rathalos d’Argent.

Divertissant et pêchu, Epic manque avant tout d’originalité. Brodant sur un motif vu et revu, son intérêt réside donc avant tout dans la licence qu’il exploite et dans un dessin de bonne qualité. Un réel atout cependant, puisque les immenses créatures de Monster Hunter, les chasses dont elles font l’objet et les confrontations sur lesquelles elles débouchent s’en trouvent bien rendues.

Kuja fait face au terrifiant Rathalos d’argent
Monster Hunter Epic © CAPCOM CO., LTD.

Un impressionnant et luxueux artbook

Enfin, et c’est sans doute de toutes ces sorties la plus impressionnante et celle qui justement s’écarte dans la bande dessinée pour s’inscrire pleinement dans la sphère vidéoludique, Pika propose aux fans du jeu l’Artbook de référence dans sa deuxième version.

Dans un beau format à l’italienne de 21 x 29 cm, protégé par un fourreau joliment décoré, ce large volume, composé d’une partie en couleurs et d’une autre dite "monochrome", présente plus de 400 pages d’Artworks, d’illustrations d’éléments (monstres, équipements, etc.) et de scènes des différents jeux. Sélection de planches dans le portfolio de l’article.

Très riche, assez fascinant, cet objet s’adresse quand même aux amateurs fortunés puisqu’il faudra débourser près de quarante euros (39.95 € pour être précis) pour l’acquérir. Mais quand on aime, on ne compte pas, et la qualité de l’ouvrage peut justifier son prix.

Pour conclure dans un souci d’exhaustivité, notons que dans le même temps, courant mai, s’achèvera une autre série dédiée à l’univers Monster Hunter, mais publiée chez la concurrence : Monster Hunter Flash, édité par Kazé [1].

Après dix volumes publiés depuis le printemps 2013, le titre de Keiichi Ikami, auteur du Light Novel Episodes, et Shin Yamamoto tire sa révérence. Très fidèle à l’univers du jeu, il aura défriché le terrain en s’adressant avant tout aux fans de la saga.

La communauté francophone des joueurs de Monster Hunter se voit donc proposer une vaste offre en matière de manga pour prolonger son expérience vidéoludique. Ce large public potentiel, mis en appétit par la sortie d’un nouveau développement de la saga, valait bien qu’on lui consacre une opération éditoriale de grande ampleur, rondement menée par Pika en ce printemps 2015.

Extrait de la partie consacrée aux créatures
Monster Hunter Illustrations 2 © CAPCOM CO., LTD.
Documents

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le tome 1 de Monster Hunter Orage chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 2 de Monster Hunter Orage chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 3 de Monster Hunter Orage chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 4 de Monster Hunter Orage chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 1 de Monster Hunter Epic chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 1 de Monster Hunter Episodes chez Amazon ou à la FNAC
Commander Monster Hunter Illustrations 2 chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 1 de Monster Hunter Flash chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 10 de Monster Hunter Flash chez Amazon ou à la FNAC

Lire la première partie du diptyque consacrée à L’Attaque des Titans

[1Pour tenter de comprendre pourquoi tel titre fut publié par Kazé tandis que tel autre l’est par Pika, il faut, pensons-nous, regarder du côté des éditeurs japonais : Monster Hunter Orage fut publié par Kodansha, partenaire privilégié de Pika, qui éditait déjà l’autre titre de Hiro Mashima, Fairy Tail. Monster Hunter Flash fut quant à lui publié par Enterbrain et arriva en France au moment où les adaptations de licences de jeux vidéo en manga commençaient seulement à devenir à la mode. Kazé put alors se positionner sur le titre. Pour les nouvelles séries, Episodes et Epic, Capcom lui-même, l’éditeur du jeu vidéo, se réserva les droits d’édition des mangas dérivés. Nouvel éditeur et donc nouveau partenaire : ce fut donc Pika qui put remporter la licence.

  Un commentaire ?