La pagode des brumes - Yoko Tsuno - Roger Leloup - Dupuis

8 septembre 2001 0 commentaire
  • C'est l'une des rares héroïnes de la bande dessinée qui ne soit pas le reflet des fantasmes d'auteurs et de lecteurs masculins. Depuis une trentaine d'années, Yoko Tsuno, humaine et fragile, de la planète Terre à Vinéa, traversant l'espace et le temps, nous offre des aventures d'une rare densité.

Sin-Yi, sauvée du passé par Yoko (voir La Jonque Céleste), coule des jours paisibles à notre époque. Mais, pour une petite fille qui a été la troisième épouse d’un empereur médiéval chinois, il n’est pas facile de s’acclimater à l’ère du Coca-Cola et des jeux vidéo. Dans son sommeil, elle ne cesse de réclamer sa petite servante Mei-Li, tant et si bien que Monya décide d’aller la rechercher au cœur de la Chine de l’an 1021 de notre ère... au grand dam de Yoko, qui juge l’entreprise insensée. Hélas !, Mei-Li a disparu ! Avec d’autres petites musiciennes, elle a été conduite vers la sinistre "Pagode des Brumes", gardée par une mystérieuse créature...

Avec La Pagode des Brumes, Roger Leloup retourne pour notre plus grand plaisir à l’une de ses passions, la Chine médiévale, et signe une nouvelle aventure haletante, pleine de magie, de rebondissements et d’amitié. De son trait virtuose, il fait revivre une Chine tout droit sortie des estampes et des peintures d’époque où les brumes légères noient les vallées encaissées et de fins nuages nimbent les pics arrondis. Un cadre grandiose pour une nouvelle aventure de Yoko, dans laquelle Roger Leloup marie, avec sa maestria coutumière, le suspense, l’action et l’émotion. Accessible dès 8 ans, cette histoire, où le merveilleux le dispute à l’aventure, passionnera les lecteurs et lectrices de tout âge.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La précision et la beauté des décors de Roger Leloup, élevé à l’école d’Hergé, sont époustouflantes et la mise en couleurs du studio Léonardo les met superbement en valeur. Le récit, riche et rythmé, n’accorde aucune seconde de répit au lecteur : la moindre case, le plus infime dialogue, a son importance. L’écriture est parfaite, et les sentiments toujours bien présents. Féru de science-fiction et de culture asiatique, Roger Leloup réussit une fois de plus à fondre ses deux passions en une belle histoire humaniste, qui séduit et émeut.

  Un commentaire ?