La peau des ombres - H.A.N.D. n°1 - Vegliona et Pelot - Dupuis

11 décembre 2002 0 commentaire
  • Voici une nouvelle série. Fait assez rare pour les éditions Dupuis, c'est de la SF. Ce premier album nous raconte une chasse à l'homme, où l'homme en l'occurence est ici une petite fille aux moustaches de chats. Nous y ferons également la connaissance d'une multitude de personnages, dont la plupart ne sont guère - c'est un euphémisme - sympathiques!

Laboratoires de la Explor Inc., la nuit. Les caméras de surveillance détectent une frêle silhouette qui s’enfuit dans le noir. D’apparence, il s’agit d’une petite fille ordinaire. En réalité, son évasion va provoquer un séisme et déclencher une traque sans merci. Que ce soit les Genomods olfactifs de la Police de Sécurité Scientifique de la Explor ou les traqueurs de la Anato Corporation, tous partent à la recherche de cette "fille sujet", véritable bombe à retardement. C’est Chago Dieciocho, simple policier de la Police Urbaine, qui va la retrouver par hasard, au cours d’une mission. En informant son supérieur de sa découverte, il va, sans le savoir, signer son arrêt de mort. Car personne ne doit être témoin de cette expérience inavouable des laboratoires Explor. Pour que le scandale ne vienne pas entacher deux des plus grands responsables de la H. A. N. D., qui contrôle Explor et Anato entre autres. Pour Chago, une seule solution : aller se réfugier en zone hors contrôle, en périphérie de la ville, en espérant que sa "découverte" ne devienne pas complètement incontrôlable.

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La première page est très prenante. L’histoire commence par une image choc, une héroïne qui se coupe une oreille ! Et le suspens est bien mené, car on ne saura pourquoi qu’à la fin du premier tome. Hélas, entre ce début prometteur et cette fin qui … laisse le lecteur sur sa faim, plein de choses se passent mais on ne parvient pas à rentrer dans l’histoire, trop complexe. C’est sans doute en partie dû au trop grand nombres de personnages (dont certains ont en plus des clones), à leur noms tellement compliqués qu’on ne les retient pas, et peut-être aussi à un découpage trop serré, trop condensé. Pourtant l’idée de départ semble bonne, même si l’on retrouve tous les éléments hyper-classique de la SF actuelle. Je suis néanmoins partisan de penser que ce n’est qu’un début, et si la suite corrige les défauts actuels, cela pourrait devenir une bonne série.

Lire un extrait

  Un commentaire ?