La relance de Corto Maltese s’accompagne d’une exposition... au Musée Hergé !

7 octobre 2015 2 commentaires
  • La reprise du héros fétiche d'Hugo Pratt reste l'un des événements-clés de 2015. Elle n'effacera évidemment pas l'œuvre monumentale qu'a laissée son créateur que le Musée Hergé accueille pour la première fois à Louvain la neuve.

Le personnage de Corto Maltese était si étroitement associé à la personnalité d’Hugo Pratt qu’on se demandait si cela revêtait un intérêt (autre que commercial) de laisser de nouveaux auteurs prolonger ses aventures.

Si l’on ne peut nier la classe et la passion de Pellejero & Canalès dans la restitution d’une ambiance familière sans pour autant copier le maître, l’autre grand avantage est de pouvoir remettre le héros au goût du jour, et de rappeler aux lecteurs ses incroyables aventures.

La relance de Corto Maltese s'accompagne d'une exposition... au Musée Hergé !
La couverture spéciale du tirage de la FNAC...

« Dans notre travail de mémoire, nous explique Patrizia Zanotti, légatrice universelle de Pratt et directrice de Cong SA, la société qui gère les droits du maître vénitien, Nous avons tout d’abord voulu mettre en avant l’œuvre d’Hugo et publier les livres nécessaires. Puis, nous avons beaucoup discuté sur l’opportunité ou non de reprendre Corto. C’était une décision lourde de sens ! En en parlant autour de nous, l’idée a fait son chemin, et c’est ainsi que je me réjouis de la complicité qui nous unit maintenant avec Juan (dont Pratt est à l’initiative de sa décision de devenir scénariste) et Rubén.

Je cherchais des auteurs qui partaient des récits édités, mais qui n’allaient pas copier. Cette demande est d’ailleurs à l’origine de l’accord avec Rubén. Il était important qu’ils trouvent leur propre chemin et livrent une nouvelle interprétation de l’œuvre. Bien entendu, chaque récit de Corto comporte ses propres particularités et ses sujets de prédilection : onirisme, aventure, la guerre, etc. Le lecteur s’est donc formé une image plus complète de Corto, même si on ne retrouve pas toutes ses thématiques dans une seule histoire. Certains lecteurs pourront donc trouver qu’ils manquent une part de Corto dans Sous le Soleil de minuit, mais il faut laisser le temps au auteurs pour qu’ils puissent glisser toutes les facettes de Corto dans les différents albums, parus ou à paraître. »

... et le tirage de luxe

Casterman s’est donné le moyen de montrer au public l’événement que représente cette nouveauté dans son catalogue. Toutes les aventures du marin ont ou vont être republiées dans un nouveau format en couleur à un prix très abordable, des fac-similés très recherchés les accompagnent, et le battage médiatique rend incontournable cette parution. Sous le Soleil de minuit est d’ailleurs disponible en quatre versions différentes : une version couleur qui s’inscrit dans la nouvelle édition, un album édité par la FNAC avec une couverture alternative, une version noire et blanche accompagnée d’un dossier bardé d’explications et d’études graphiques, sans oublier un superbe tirage de luxe.

Cent ans après les événements évoqués Sous le Soleil de Minuit, Corto reste toujours d’actualité selon Benoît Mouchart qui signe quatre pages dans le cahier du tirage noir et blanc. On appréciera surtout le texte de Tristan Garcia qui contextualise avec brio le parallèle entre les événements des aventures de Corto et les faits contemporains.

Pratt au Musée Hergé

Patrizia Zanotti

Les passionnés d’Hugo Pratt ou ceux qui voudraient mieux découvrir son univers multiple ne devront pas manquer la magnifique exposition qui lui est consacrée jusqu’au 6 janvier 2016 au Musée Hergé à Louvain la neuve en Belgique. On peut s’étonner que ce musée accueille cette exposition, les deux grands auteurs ayant finalement moins d’affinités que leurs globe-trotters respectifs !

« J’étais en conversation avec Nick Rodwell [Le patron de Moulinsart, la société qui gère les droits d’Hergé. NDLR.] il y a quelque temps, nous explique Patrizia Zanotti, Et je lui expliquais que nous n’étions pas certain de réaliser notre prochaine exposition en Suisse, car les travaux du lieu avaient pris du retard. Il m’a alors immédiatement proposé de réaliser cette exposition au Musée Hergé. J’étais ravie et j’ai accepté, avant de rencontrer Sophie Tchang dans la foulée. Nous nous sommes très vite comprises : j’étais partie sur le fait de présenter Pratt via ses auteurs fétiches et la littérature, un point de vue rarement abordé précédemment, et Sophie a approuvé, surtout dans un musée consacré à un autre grand auteur. Nous avons donc choisi de raconter Pratt, comme le musée raconte Hergé, au-delà de Tintin. Pour présenter une telle diversités d’originaux et surtout ceux qui font le lien avec la littérature, nous avons contacté beaucoup de collectionneurs, et mis les maisons de vente à contribution afin qu’ils nous communiquent les coordonnées des acheteurs des pièces que nous cherchions. »

Charlotte Gallimard se replonge dans la biographie de cet illustre auteur

On retrouve dans cette exposition des aquarelles d’Hugo Pratt (certaines sont devenues mythiques, mais d’autres sont moins connues car plus rares), mais aussi une quantité de planches et de couvertures qui n’avaient sans doute jamais été réunies dans le même lieu. Corto Maltese est naturellement mis à l’honneur : on le suit de la première planche où il apparaît dans La Ballade de la Mer salée, à l’ensemble de ses aventures. C’est l’occasion de remarquer le trait rapide pour des cases qui sont devenues des véritables images de référence pour le public, mais également de noter l’évolution dans le format des planches et la façon de les dessiner.

Outre l’incroyable qualité de l’échantillon rassemblé (plus de 140 œuvres originales), le parcours des figures littéraires chères à Pratt ne manquera pas de séduire le passionné. Le visiteur pourra aussi s’intéresser à l’interview filmée ou aux documents présentant des récits moins connus. C’est l’occasion d’en savoir plus sur certains auteurs déjà connus comme Stevenson, ou d’en découvrir d’autres, même si Pratt les avait distingués dans ses récits.

Au centre de cette exposition, une salle regroupe les originaux et études de Pellejero pour le nouvel album. À quelques mètres d’intervalle, l’occasion est donc donnée de comparer les styles et les techniques respectives de l’ "élève" et du "maître" : passionnant ! Cette exposition fait sans doute partie des plus belles qui ait été réalisée sur le travail de Pratt. Un défaut cependant : une bande son lancinante qui vous poursuit sur tout le parcours et qui tape rapidement sur les nerfs ! Un accompagnement inutile : chaque planche originale confère sa propre musique !

Photo : Charles-Louis Detournay

Et après…

Comme l’expliquent les auteurs, un second album de Corto est prévu, sans doute pour 2017 ou 2018. En attendant, Patrizia Zanotti nous détaille les prochains trésors que sa fondation pourrait encore exhumer :

« En parallèle de Corto, des collectionneurs nous contactent en nous informant de leurs découvertes, surtout concernant l’immense travail que Pratt a réalisé en Argentine et dont une partie reste méconnue. Même si ces publications s’adresseront à un public potentiel moins important que celui de Corto, nous allons continuer de publier des livres pour les amateurs. Ainsi, nous venons de publier El Cacique Blanco en Italie (NDLR : un récit dessiné par Hugo Pratt sur un scénario d’Umberto Ungaro et paru dans Mistérix en 1951.), Il certainement édité prochainement en français ».

Il apparaît certain que, quel que soit l’accueil de la critique, le nouvel album caracolera en tête de les liste des best-sellers de cette année. Combien d’exemplaires vendus dans les prochaines semaines ? Nul ne sait. Mais c’est un résultat qui ne devrait pas laisser indifférents les observateurs de Moulinsart…

Propos de Patrizia Zanotti recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Hugo Pratt, Rencontres et passages, une exposition au Musée Hergé du 2 octobre au 6 janvier 2016.
Musée Hergé
Rue du Labrador
B-1348 Louvain-la-Neuve (Belgique)
Du mardi au vendredi inclus de 10h30 à 17h30
Le samedi et le dimanche de 10h00 à 18h00
www.museeherge.com

Toutes les photos sont : CL Detournay.

 
Participez à la discussion
2 Messages :