La rentrée 2013 Futuropolis : grands noms, thèmes forts

27 août 2013 4 commentaires
  • Une majorité de one shots et des auteurs reconnus : l'éditeur parisien mise encore et toujours sur une ambition dopée à la culture : l'histoire, l'actualité, la littérature.
La rentrée 2013 Futuropolis : grands noms, thèmes forts
"Cher Régis Debray". Le philosophe dialogue avec Alexandre Franc
Ed. Futuropolis

Davodeau, Muñoz, Dumontheuil : des fidèles qui feront la rentrée de Futuro, parmi d’autres auteurs aux personnalités aussi affirmées.

Pour la maison du 10e arrondissement, l’heure n’est pas au divertissement léger. Les parutions à venir évoqueront Régis Debray, compagnon du Che en 1967 puis de la gauche française ; Maël et Olivier Morel retracent le parcours d’un documentaire sur les soldats américains de retour d’Irak ; et Ducoudray et Vaccaro reviennent sur la carrière de Victor Perez, boxeur juif mort dans le camp d’Auschwitz. Un thème déjà traité magnifiquement par Lapière et Samama dans A l’ombre de la gloire, paru l’an dernier. Voilà une audace sans équivalent : un même thème et un même personnage pour le même éditeur, et à quelques mois d’intervalle...

Bien installé chez Futuro, Davodeau livre un nouvel opus (mi-octobre) avec Le Chien qui louche, dans une comédie sociale qui semble le ramener à ses œuvres plus anciennes (en attendant l’adaptation cinématographique de Lulu femme nue).

Dans un registre romantique plus flamboyant, Cyril Bonin propose avec Amorostasia un récit d’anticipation où l’amour devient une maladie paralysante... Pas si éloigné de son formidable L’homme qui n’existait pas.

planche extraite du "Chien qui louche" de Davodeau
(c) Davodeau / Futuropolis 2013
"La Colonne" de Dumontheuil et Dabitch.
Ed. Futuropolis

Futuropolis nous a aussi habitués à des témoignages, souvent liés à l’actualité ou de grands événements historiques. Le diptyque de Dumontheuil et Dabitch, La Colonne, raconte ainsi la dernière expédition française au Tchad en 1899. Le tome un est sorti en cette fin août.

Plus près de nous, avec Revenants, Maël permet à Olivier Morel de transposer en album son documentaire L’Âme en Sang, sorti en 2010 et diffusé par Arte.

Impossible d’oublier le tsunami de 2004 en Indonésie : Pendanx et Piatzszek en font la toile de fond d’un album de quête familiale, dix ans après le drame.

"Revenants" de Maël et Olivier Morel
Ed. Futuropolis

L’ambition du témoignage et de l’engagement citoyen ne s’arrête aux parutions puisque la maison d’édition s’associe au Musée de l’histoire de l’immigration de Paris pour une grande exposition couplée à un ouvrage à paraître en collaboration à l’automne.

Plus surprenant, Cher Régis Debray illustre une correspondance graphique entre Alexandre Franc et le fameux philosophe engagé

Dans la lignée du Journal d’un corps de Pennac illustré par Larcenet, paraîtra en septembre Le premier Homme de Camus avec des dessins de José Muñoz. Ces classiques mis en image représentent désormais une tradition chez Futuropolis.

Une seule suite à signaler pour finir : le second tome de Kililana Song (Benjamin Flao), prévu mi-octobre.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Ducoudray et Vaccaro reviennent sur la carrière de Victor Perez, boxeur juif mort dans le camp d’Auschwitz. Un thème déjà traité magnifiquement par Lapière et Samama dans A l’ombre de la gloire, paru l’an dernier. Voilà une audace sans équivalent : un même thème et un même personnage pour le même éditeur, et à quelques mois d’intervalle...

    Audace ou désir de profiter de l’actualité puisque le film Victor Young Perez de Jacques Ouaniche avec Brahim Asloum dans le rôle titre va sortir.

    Répondre à ce message

  • La rentrée Futuropolis fait penser à un programme d’Arte
    28 août 2013 10:02, par Oncle Francois

    des thêmes grâves, pas beaucoup d’humour et de fun.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 28 août 2013 à  14:30 :

      Euh, "Fururopolis"

      Répondre à ce message

    • Répondu par Zombi le 29 août 2013 à  14:51 :

      Pardon, mais si Arte c’est le plus souvent du divertissement chiant, c’est du divertissement quand même.

      Répondre à ce message