La rentrée 2016 du Lombard : Patrimoine et révolution

24 août 2016 4 commentaires
  • Nouveaux scénaristes pour Yakari, Thorgal et Léonard, une rétrospective de 777 pages pour célébrer leur 70e anniversaire, un album consacré à Magritte, et la prolongation de séries attendues et appréciées : tout un programme festif pour l'éditeur bruxellois !

On l’attendait : la rentrée du Lombard passe d’abord et avant tout par la célébration de ses 70 ans. En effet, l’éditeur a vu le jour le 26 septembre 1946 avec la publication du premier numéro du Journal Tintin. 70 ans, cela se fête, surtout pour une maison d’édition qui se targuait un moment de divertir les jeunes de 7 à 77 ans, soit 70 ans de lectures différentes à pourvoir.

Nous reviendrons ponctuellement sur les différents événements qui vont célébrer cet anniversaire, mais celui-se se fête surtout en librairie, avec sans doute l’une des plus grosses anthologies de bande dessinée jamais publiées à ce jour ! Jugez-en donc : elle propose 777 pages liées à la bande dessinée ! Cette collaboration entre Moulinsart et le Lombard reprend plus de 600 pages de bande dessinée composées des histoires complètes annoncées comme les plus belles, les plus rares ou les plus légendaires parues dans le journal !

La rentrée 2016 du Lombard : Patrimoine et révolution

De nombreuses pages sont inédites en album et trouvent ainsi une seconde vie après leur parution dans l’hebdomadaire. Par exemple le court récit de Jacobs dédié au Trésor de Tout-Ankh-Amon et qui était notamment paru dans un fascicule sur Jacobs édité chez Glénat ou encore que dans l’intégrale Rombaldi qui lui des Trésors du Journal Tintin, des ouvrages devenus rares. Cet sommeregroupe donc des pages de Hergé, Tibet, Martin, Rosinski, Franquin, Cuvelier, Pratt, Derib, Cosey, Graton, Vandersteen, Macherot, Hermann, Greg, Van Hamme, Turk, Vance, De Groot, Dany, et de dizaines d’autres auteurs qui ont participé à la légende du journal et des Éditions du Lombard.

L’ouvrage est organisé sur la base de la rétrospective réalisée en 1988 par Philippe Goddin dans les pages-mêmes du Journal Tintin, et pour annoncer la naissance de Tintin Reporter (voir les commentaires de Philippe Goddin ci-dessous). Et lorsqu’on parle de Goddin, Hergé n’est pas loin : en début d’album, plus de 70 pages évoquent sa collaboration au journal publié par Raymond Leblanc, que ce soit au travers des couvertures réalisées, souvent splendides, ou de ses multiples contributions aux différentes rubriques du journal.

Le Patrimoine mis à l’honneur

Dans cette ambiance, on ne s’étonne pas de voir le Lombard mettre son patrimoine en avant. On retrouve ainsi la troisième et dernière intégrale de Simon du Fleuve qui comprend le fameux diptyque des Naufragés, les albums les plus difficiles à retrouver pour les collectionneurs, et toujours avec un dossier très complet signé Patrick Gaumer ! Le Lombard ressort également la cinquième intégrale de Johan et Pirlouit au mois de novembre.

La surprise vient du western : en effet, Le Lombard réédite Comanche en albums, la série d’aventures réalisée initialement par deux monstres sacrés de la maison bruxelloise : Greg & Hermann. Les quatre premiers tomes seront proposés dès septembre au prix de 9,99 €, avec de nouvelles couvertures !

Enfin, les amateurs de Warnauts & Raives se réjouiront de leur place acquise auprès du Lombard. Alors que la seconde partie du diptyque des Jours Heureux paraît en septembre (une saga débutée avec Les Temps nouveaux), l’éditeur reprend sous forme d’intégrale la série Les Suites vénitiennes préalablement publiée chez Casterman. Chacun de ces trois recueils regroupera trois albums de la série, complétés d’un petit dossier, au prix de 20 € chaque.

Les surprises

Le grand retour attendu par le fan est bien entendu celui de Thorgal, avec le premier tome écrit par Xavier Dorison, mais il faudra attendre le mois de novembre pour profiter de ce renouveau.

En attendant, Thorgal n’est pas le seul grand héros du Lombard à changer de scénariste. En effet, après 45 ans de bons et loyaux services, Job tire sa révérence, et c’est Joris Chamblain qui va désormais présider à la destinée de Yakari. On connaît le scénariste-romancier pour ses nombreuses séries de romans et de bande dessinée pour la jeunesse, entre autres Les Carnets de Cerise qui ont été primés au FIBD d’Angoulême. Avec cette couverture un peu plus sombre que les précédentes, nous serons attentifs à suivre l’inflexion que prendront les aventures du jeune indien et ses amis. Il y a de l’orage dans l’air !

Autre série-phare qui change de scénariste, Bob de Groot cède la place au polyvalent Zidrou pour le 47e tome de Léonard ! Si le scénariste excelle maintenant dans des récits plus adultes, l’univers déjanté de L’Élève Ducobu qu’il a créé avec Godi lui permettait de prétendre à une reprise de Léonard qui instruit et égaye les lecteurs depuis quarante ans. Nous y reviendrons prochainement.

Dès la première page, Zidrou s'inscrit dans la continuité de Bob de Groot

Dernière surprise, le retour de Sherman pour une nouvelle et ultime aventure ! Avec la parution en intégrale, on pensait que Griffo & Desberg en avaient terminé avec la famille Sherman mais l’éditeur propose un « ultime » tome de cette saga, vingt ans après les épisodes précédents, et qui sera cette fois dessinée par Magda.

Des nouveautés

Conforme à sa stratégie qui consiste à réduire le nombre de ses publications, mais de mieux les accompagner, Gauthier Van Meerbeeck, le directeur éditorial du Lombard n’aligne que quelques réelles nouveautés dans cette période chargée de la rentrée. Bien lui en prend, car le premier tome des Trois Fantômes de Tesla procure un excellent divertissement, intelligemment construit et superbement mis-en-scène.

Avec Vertigo, on rejoint les univers bien composés et ultra-documentés de Nathalie Sergeef. Qui fait sa rentrée en force car la scénariste publie deux autres albums ces temps-ci :une nouvelle série chez Glénat et le second tome Hyver 1709 avec Philippe Xavier.

Avec Vertigo, la scénariste rejoint l’Amérique latine de sa précédente série, Juarez. À l’âge de treize ans, son personnage principal, Samuel, a été initié et intégré à une mara, un gang du Salvador dont la violence, la souffrance et le crime meurtrissent les chairs et s’affichent sur les corps tatoués de ses membres. La mort est la seule porte de sortie autorisée. Aujourd’hui, emprisonné à Caracas, lieu de sa rédemption, Samuel doit saisir l’unique chance de retrouver une partie de lui-même qui lui a été arrachée quatorze ans auparavant, et réécrire son futur par-dessus les tatouages de son passé.

Les romans graphiques sont également à l’honneur auprès de l’éditeur bruxellois ! Tout d’abord avec Perceval, un récit moyenâgeux de près de deux cents pages réalisé par Risbjerg & Pandolfo. Les deux auteurs revisitent le mythe du célèbre chevalier de la Table ronde qui vivait isolé avec sa mère et en communion avec la nature jusqu’au jour où il croise les chevaliers du Roi Arthur qui l’embarquent à leur suite…. Une épopée à échelle humaine au cœur des légendes celtiques.

La surprise vient sans doute d’un autre roman graphique consacré au peintre Magritte et qui paraît début novembre. Magritte, Ceci n’est pas une biographie est signé par Vincent Zabus & Thomas Campi qui nous avaient déjà ému avec Macaroni !, relatant les relations intergénérationnelles des émigrés italiens des charbonnages.

Enfin, après leur Cœur glacé qui nous avait laissé de marbre, Johan de Moor & Gilles Dal remettent le couvert avec La Vie à deux, pour livrer leur vision déstabilisante et loufoque sur ce sujet universel...

Et les aventures qui continuent…

On ne peut pas vraiment parler de série, mais d’une collection, pour La Petite Bédéthèque des Savoirs qui continue à se déployer au Lombard. Les quatre titres attendus pour le début du mois de novembre sont Le Féminisme, Le Minimalisme, L’Artiste contemporain ainsi qu’une étonnante Histoire de la prostitution dessinée par Agnès Mauprè.

Autre suite attendue : Clarke prolonge ses réflexions fantastico-graphiques des Réalités obliques avec un nouvel album intitulé Mondes obliques. Passé l’effet de surprise du premier opus, cette nouveauté qui traite plus de l’enfermement, de l’existence et de la séparation demeure un cran en-dessous de l’album initial, travaillant moins sur la mise-en-page que sur des angoisses anxiogènes.

Mais graphiquement parlant, Clarke se dépasse ! D’une séquence à l’autre, son style se module et évolue, se rapprochant parfois d’Andreas, tant dans la virtuosité de son trait que par ses cadrages osés, pour repartir dans d’autres directions à la séquence suivante. Touchant parfois au fantastique, ces réflexions personnelles et expérimentales affichent parfois seize cases par récit et valent plus que le détour !

Mondes obliques - Par Clarke - Le Lombard

Autre segment du Lombard qui progresse : les univers développés en triptyque avec les parutions rapprochées des premiers tomes, et qui se prolongent si le public accroche. Ainsi, Klaw termine son second cycle avec son tome 6, tandis que les auteurs d’Isabellae proposent le tome 5 de leur série qui mêle féodal japonais et légendes celtiques.

N’oublions pas non plus Louve, Ovalon, Angry Birds ainsi qu’Ernest & Rebecca (déjà le tome 7 de cette excellente série jeunesse) et la conclusion de la tétralogie Reconquêtes.

Ernest & Rebecca, T7

Les reprises des séries cultes : on passe la seconde !

Nous serons bien entendu attentifs au deux coups d’éclat du Lombard de 2015 : les nouvelles aventures de Bob Morane et de Ric Hochet.

Concernant le célèbre aventurier, rappelons que les auteurs l’avaient propulsé dans un futur proche, non sans revenir aux sources de la série. Ils devront maintenir le niveau après le cliffhanger du premier tome ; des surprises sont attendues !

Quant au célèbre journaliste de La Rafale, Zidrou a préféré faire machine arrière pour revenir aux ambiances originelles de la série. La première enquête avait déjà remué les lecteurs, mais le second opus s’annonce tout aussi passionnant, lorsqu’on aperçoit sur la couverture Ric Hochet embrassant...une autre femme que Nadine ?! À suivre…

Troisième vague : toujours au top !

Troisième Vague, la collection fétiche du Lombard, n’est pas à la traîne avec déjà le tome 3 de Koralovski, ainsi que le tome 2 de la série sobrement intitulée L’Avocat, et qui met en scène un avocat idéaliste qui doit trouver son chemin dans les méandres tortueux de la justice, des affaires et de la politique.

Mais la collection est surtout portée par le nouveau tome d’I.R.$ ! Sans spoiler les fans qui auraient loupé les précédents tomes, Stephen Desberg avait bousculé la série kusque dans ses fondations en présentant un Larry Max dégoûté de son institution et lançant sa démission à la tête de son boss. Après un rapide résumé, on retrouve donc le célèbre agent du fisc de l’autre côté de la barrière, en tant que conseiller en évasion fiscale pour milliardaires peu scrupuleux.

Ce passage de l’autre côté du miroir permet non seulement de s’intéresser à ces sociétés vantant les paradis fiscaux, mais également de mieux savourer la personnalité complexe de Larry Max. Plongé dans un autre monde, le héros se dévoile et le retour de Gloria révèle de ténébreux secrets de son passé familial.

Quant à Vrancken, ce 17e opus est sans doute l’un de ses meilleurs depuis longtemps. Sa couverture est tout bonnement exceptionnelle : son héros, le visage caché, se reconnaît pourtant aisément à sa chevelure caractéristique. Puis sa posture, le pistolet baissé, avec l’ombre de l’Ange noir derrière lui, le tout laissant présager un récit sombre, introspectif et de bon aloi.

En dépit de quelques découpages hasardeux et quelques visages moins expressifs, le contenu de l’album vaut le soin apporté à la couverture. Vrancken a maintenant parfaitement assimilé les appuis photographiques qui nous avaient tellement dérangés au début de l’intégration de cette technique dans la série. Le deux planches de résumé laissent d’ailleurs six pages en fin d’album que le dessinateur emplit de dessins afin de dévoiler sa technique.

Suspense, retournements de situation, implications personnelles et séquences pleines d’action : le cocktail de ce nouvel opus prouve que la série porteuse de la collection Troisième Vague ne démérite pas. Une belle occasion de s’y remettre pour ceux qui l’auraient laissée de côté.

Équilibrant quelques nouveautés avec une forte présence de son catalogue patrimonial tout en consolidant des séries et des univers bien en place, Le Lombard alterne les prises de risques avec un renouveau en profondeur de ses séries-phares. Nous analyserons bien entendu les sorties marquantes dans les prochaines semaines, à commencer par cette rétrospective de 777 pages qui inaugure une rentrée 2016 à la hauteur de nos espérances.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Lire également notre article concernant la rentrée de Vents d’Ouest

Commander :
- Mondes obliques chez Amazon ou à la FNAC
- I.R.$. T17 chez Amazon ou à la FNAC
- Léonard T47 chez Amazon ou à la FNAC
- La grande aventure du journal Tintin chez Amazon ou à la FNAC
- Ernest & Rebecca T7 chez Amazon ou à la FNAC

Tous les visuels sont (c) Lombard.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • La rentrée 2016 du Lombard : Patrimoine et révolution
    24 août 2016 22:23, par Philippe Goddin

    Contrairement à ce que vous indiquez, la rétrospective qui rythme le volume commémoratif de 777 pages coédité ces jours-ci par Le Lombard et Moulinsart, n’est pas celle (beaucoup plus sommaire) éditée en 1986, qui ouvrait l’album collectif "L’Aventure du journal Tintin - 40 ans de BD" (épuisé). Il s’agit en réalité des pages de rétrospective qui furent publiées dans l’hebdomadaire durant les six derniers mois de son existence, en 1988. Soit 21 x 4 pages spécialement composées à l’époque (quatre pages pour deux années du journal) au moyen d’extraits significatifs de l’hebdomadaire rassemblés pour la circonstance, de commentaires personnels sur le journal et son évolution, sans oublier des présentations des principaux héros remis dans le contexte de leur apparition, et rédigées dans l’esprit très particulier de leur récit inaugural. Ces 84 pages-là étaient inédites en album. La dernière livraison ( traitant des années 1986, 1987 et 1988) est même totalement inédite, le rédacteur en chef de l’époque ayant refusé mes commentaires trop critiques à son goût. Rien ne me laissait prévoir que ces pages seraient un jour rééditées. Je me réjouis qu’elles servent aujourd’hui à "lier une sauce" si riche d’arômes variés qu’elle aurait certainement pu s’en passer, et je considère que c’est un honneur pour moi d’être publié en compagnie d’un tel pannel d’auteurs.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 25 août 2016 à  06:36 :

      Bonjour Philippe,

      Merci pour ces précisions, voilà qui est corrigé.
      Cordialement

      Répondre à ce message

  • Je précise juste que le nouveau Sherman n’est plus dessiné par Griffo mais par Magda.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 26 août 2016 à  10:53 :

      Merci pour cette précision, c’est corrigé !

      Répondre à ce message