La rentrée Glénat 2014, entre frissons et délices

  • On ne passe pas à côté des nouveautés Glénat en cette rentrée 2014. L'éditeur grenoblois fait lui aussi montre de diversité et de vitalité en s'appuyant sur ses fondamentaux : l'histoire, l'humour, notamment jeunesse, l'étrange et le fantastique et les classiques comme Mafalda et Disney.
La rentrée Glénat 2014, entre frissons et délices
"Plus fort que la haine" de René Follet & Pascal Bresson

L’histoire chez Glénat est une spécialité fondatrice du catalogue de la maison, lancée dès le début des années 1980 autour du magazine Vécu.

Les frissons de l’histoire passent par Plus fort que la haine de René Follet & Pascal Bresson (septembre 2014) qui nous conte les combats d’un jeune boxeur noir dans l’Amérique raciste des années 1930. Une célébration du noble art magnifié par René Follet dont le talent semble éternel. Une exposition de ses travaux démarre à la Galerie Glénat ce soir à Paris. Les amateurs pourront admirer (et acheter pour les plus riches d’entre eux) le splendide travail à la gouache de ce géant de la bande dessinée belge.

L’autre point fort de septembre chez Glénat dans ce domaine est La Patrouille des invisibles d’Olivier Suppiot (septembre 2014) où le Prix du meilleur dessin à Angoulême aborde à son tour la "Grande Guerre" de 1914 (c’est le moment ou jamais...) contant les exploits du jeune aviateur Hubert Lessac dont l’appareil est abattu et qui, rescapé par miracle, se retrouve avec une escouade de poilus peu ordinaire.

Les frissons de l’histoire

La collection des personnages historiques que Glénat publie en coédition avec Fayard continue : en septembre, ce sera Soliman le magnifique de Clotilde Bruneau, Esteban Mathieu & Christian Pacurariu qui caracolera dans les étals. Dans le même registre, on retrouve Les Mystères de la IIIe République dont le T3 évoque les ferments du fascisme des années 1930, mélange des revanchards de l’antidreyfusisme et des ultras de l’antibolchevisme.

L’autre événement de la saison, toujours sur fond historique est le T26 des Aigles décapitées, la formidable évocation du Moyen-Âge de Michel Pierret (septembre 2014). On retrouve Sigwald au retour des croisades. Évidemment, certains ont quelque peu profité de son absence...

"Shadow Banking" de Corbeyran, Bagarry et Chabert

Les frissons du suspense passent par Shadow Banking, joint-venture entre un ancien trader, Frédéric Bagarry et le prolifique scénariste Éric Corbeyran et au dessin d’ Éric Chabert (septembre 2014) où les auteurs reviennent sur la crise des subprimes de 2008 et les soubresauts qui ont suivi, notamment la faillite de la Grèce dont des aigrefins ont su tirer profit. C’est un des albums-clés du catalogue Glénat en cette rentrée.

On ne ratera pas le tome 2 de Promise de Thierry Lamy & Mikaël (septembre 2014), un thriller dans le Grand Ouest américain en 1864 où un prêcheur charismatique et quelque peu prophète subjugue la petite ville de Promise.

Quasiment le même décor, mais cent ans plus tard pour le T3 de Mexicana de Mars, Matz & Gilles Mezzomo (septembre 2014) où un cartel du crime a fort à faire avec le père d’un enfant kidnappé vraiment très fâché.

Les frissons de l’étrange

Le Syndrome d’Abel T2 de Dorison et Marazano

L’événement à ne pas rater en cette fin d’année chez Glénat est le grand retour de Richard Marazano dans Le Syndrome d’Abel qu’il dessine, cette fois, sur un scénario de Xavier Dorison. Cela faisait quelques années que l’on attendait la suite du tome 1. Cette fois, c’est le T2 et le T3 qui nous sont offerts d’un seul coup ! (août 2014) Le retour d’Abel Weiss dans sa ville en 1983 suite à un accident qui n’a duré pour lui que quelques heures mais qui, en réalité, s’est déroulé il y a sept ans a toutes es caractéristiques du cauchemar : pour l’administration, il n’existe plus, sa maison a été remplacée par un building... Pire : il semble que tout soit fait pour effacer jusqu’au souvenir de son existence...

L’autre événement est le lancement d’une nouvelle série de Jean-Luc Istin, auteur et éditeur-vedette des éditions Soleil. Avec La Nuit des mots-vivants dessiné par Bonetti (septembre 2014), Istin réanime un film-culte, œuvre fondatrice de la tendance actuelle des zombies cinématographiques et audiovisuels.

La nouvelle pièce du puzzle de La Guerre des Sambre, dont on publie cette fois le T1 pour achever l’emboitement, toujours un peu sophistiqué chez Yslaire, est dessinée par l’excellent Marc-Antoine Boidin qui donne à la saga Sambre toute la consistance de la malédiction qui frappe sa lignée. Dans Maxime & Constance (septembre 2014), le duo est à son sommet.

Suite aussi pour Elric de Blondel, Cano, Poli, Recht & Telo qui livrent le tome 2 de l’adaptation du grand classique de la Fantasy par Michaël Morcoock (août 2014), de même que pour ce fascinant voyage dans l’autre monde qu’est Vito d’Éric Stalner dont le tome 3 sort également en août.

Nous avons déjà mentionné L’Ombre des Chinobis de Sylvain Runberg et Xu Zhifeng (août 2014) dont nous attendons beaucoup en dépit d’un premier volume en rodage nous semble-t-il.

"Red Skin" T1 de Xavier Dorison & Terry Dodson

Les Frissons de l’aventure

Autre titre fort attendu de Dorison en ce mois de septembre : Red Skin T1 (sept 2014). Son héroïne, Vera Yelnikov, a tout pour convaincre : elle est sexy, espionne et va tenter en pleine Guerre Froide d’infiltrer les super-héros américains de Los Angeles pour mieux servir les camarades du Kremlin. Son job-couverture pour cacher son identité de super-héroïne ? actrice porno. Se déshabiller pour mieux se cacher, il fallait y penser, bravo Dorison ! Le dessin, quant à lui, fait appel au dessinateur américain Terry Dodson, connu pour avoir œuvré sur les comics de Spider-Man, Wonder Woman, Avengers, X-Men, Songes... Rien que ça !

On prolonge les séries avec L’Or sous la neige T3 de d’Éric & Jean-Marc Stalner d’après le roman de Nicolas Vanier (août 2014), anciennement publié chez 12bis dont Glénat a acquis le fonds (Bourgeon excepté), Down Under T2 de Nathalie Sergeef & Fabio Pezzi (septembre 2014), Josse Beauregard T2 de Thomas Mosdi & Majo (août 2014), Johnny Jungle T2 de Jean-Christophe Deveney & Jérôme Jouvray (août 2014) sans oublier le très beau Ambre Gris - Deuxième partie - de Michel Durand (septembre 2014).

"La Légende du Little Boost" de ’Fane & Juan

Les délices de l’humour

L’humour n’est jamais absent chez l’éditeur de Titeuf. On y retrouve les fondamentaux du catalogue avec La Petite Philo de Mafalda de Quino (Septembre 2014), à réviser absolument pour le BAC, et un nouveau Ralf Koenig relié plein queer : Cornet d’Amour, (Août 2014).

On regardera avec intérêt la nouvelle série du dessinateur de Joe Bar Team, ’Fane, qui signe avec Juan La Légende du Little Boost sous le label 12bis (août 2014)

Game Over de Midam & Adam, dont la maison d’édition a récemment été incorporée dans le groupe Glénat, fait aussi sa rentrée avec son T12 (août 2014). On en reparlera.

On ne ratera pas non plus Geronimo Stilton T13 (août 2014), ni Franky Snow T12 de l’excellent Buche (septembre 2014) et encore moins Ratafia T7 de Nicolas Pothier & Johan Pilet (septembre 2014)

"In Vino Veritas" T2 de Corbeyran & Luca Malisan

Pour les plus jeunes on signale deux nouvelles séries attachantes : Lilou & Filou de Fanny Ruelle (août 2014) et Nas, poids plume T1 d’Ismael Mezziane (Août 2014), de même que l’album moitié BD, moitié illustré, Papa ne sait pas de Alain Dary, Bastien Griot & Cécile (septembre 2014).

Enfin les suites de Big Bang Cats de Grimaldi & Anna Catish (T2 , septembre 2014) et Max & Nina de Dodo & Ben Radis (T7, septembre 2014)

Vendanges obligent, les délices du Vin sont au rendez-vous avec Chateaux Bordeaux T5 de Corbeyran & Espé (septembre 2014) et In Vino Veritas T2 de Corbeyran & Luca Malisan (septembre 2014). La récolte est bonne, on attend de savoir si elle a un goût banane ou fraise des bois...

Les délices du passé sont signés Disney avec les Irrécupérables Rapetout (septembre 2014) et surtout La Dynastie Donald Duck de Carl Barks (septembre 2014).

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Ca existe encore 12bis ?

    Répondre à ce message

  • La rentrée Glénat 2014, entre frissons et délices
    3 septembre 2014 22:08, par jacques paril

    La couverture de René Follet est superbe !
    Un grand Monsieur de la BD qui mériterait d’être un peu plus mis en avant quand on voit le niveau actuel...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 3 septembre 2014 à  23:29 :

      René Follet est un immense dessinateur, mais son dessin, trop illustratif, ne fonctionne pas dans la narration en bande dessinée. En Bd on doit passer d’un dessin à l’autre sans heurt, si le dessin est trop beau, trop fini, trop illustration, il n’incite pas à passer au suivant, c’est le cas de René Follet, ça n’enlève rien à son talent de dessinateur, mais il n’a pas toujours eu des scénaristes à la hauteur de son talent, il lui faudrait un story boarder.

      Répondre à ce message

      • Répondu par patrick le 4 septembre 2014 à  07:49 :

        Argument tout à fait personnel de votre part et certainement pas une vérité.
        Quand je vois le nombre d’albums qui sortent de gens qui ne savent ni tenir un crayon, qui n’ont aucune technique, qui cumule les plans fixes, et dont on passe le temps à cirer les pompes (Vives, Ruppert et Mullot etc...), il y a de quoi réviser votre argumentaire.
        En ce ui me concerne, je suis heureux de voir de temps en temps, des pépites de gens comme ce monsieur, quien plus d’une technique incroyable, on une humilité qui devrait donner leçon à bon nombre de freluquets tendances...
        Et ce Monsieur a plus de 80 ans et travaille toujours avec autant de force .

        Répondre à ce message

        • Répondu le 4 septembre 2014 à  16:08 :

          gens qui ne savent ni tenir un crayon, qui n’ont aucune technique, qui cumule les plans fixes, Vives

          Pour vous Bastien Vives ne sait pas tenir un crayon, n’a aucune technique et cumule les plans fixes ? Vous vous ridiculisez tout seul, ouvrez les livres avant d’écrire des conneries.

          Répondre à ce message