La secte T1 - Par Mook - Big Kana

9 octobre 2008 0 commentaire
  • Fable urbaine poétique et violente, {la secte} repose sur une rencontre prédestinée qui cache visiblement bien des mystères.

Kyo-ui, un étrange garçon replié sur lui-même et cherchant à rejoindre une adresse inconnue, croise brutalement sur sa route un enfant caractériel et se retrouve dans la foulée embarqué dans un tourbillon de violence. Jun, jeune prostituée, tente en effet d’échapper à la Mohaiga, une puissante secte terrorisant la population. Grâce à l’intervention d’un guerrier nommé Jingaku, ils échappent à la mort. Mais le danger pèse lourdement sur la ville, et les trois personnages semblent dissimuler un passé douloureux.

Mook, illustrateur et manhwaga [1], explore un univers particulier, hors du temps, dans un récit singulier et dynamique. Les intentions des protagonistes sont obscures, les trois destins semblent s’entrecroiser pour des raisons précises, mais bien peu de choses sont dévoilées. Durant les combats chorégraphiés comme lors de passages plus intimistes, un parfum envoûtant plane en permanence sur cette œuvre à part et très graphique. D’un trait rappelant celui de Taiyou Matsumoto à un réalisme brut et hachuré, l’auteur marie plusieurs approches visuelles. Un parti pris qui se révèle maitrisé et judicieux.

Se concluant en cinq tomes, la secte convaincra certains grâce à son univers étonnant et sa mise en scène stylée. D’autres seront plus réservés face à une narration éclatée plutôt troublante et à une intrigue pour l’instant bien trop vague. Espérons que les quelques ouvertures perçues apportent suffisamment de profondeur au scénario, sans quoi l’intérêt de la série s’en trouverait fortement handicapé.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet

[1auteur de manhwa, bande dessinée coréenne

  Un commentaire ?