Romans Graphiques

La servante écarlate adaptée en roman graphique par Renée Nault

Les éditions Robert Laffont ont récemment publié une adaptation du roman éponyme de Margaret Atwood, "La servante écarlate", transcrit en roman graphique par Renée Nault. Après le premier succès du roman en 1985, l'histoire de la jeune esclave, Defred, avait trouvé une deuxième avec sa traduction en série télévisée par Bruce Miller. Le succès consacrât la protagoniste en tant qu'icône contemporaine face à l'oppression des femmes et des luttes qu'elles mènent dans des sociétés réactionnaires. Plus fidèle au texte de base, cette nouvelle version nous replonge dans l'univers dystopique de la République de Galaad et livre un récit soigné sur la condition humaine.

Après une sanglante guerre civile, les États-Unis tombent sous la coupe d’une théocratie ultra-rigoriste, inspirée partiellement par le totalitarisme fasciste, le zèle religieux des révolutionnaires iraniens et la cosmovision des évangéliques de nouvelle génération. Dans cette réalité, notre héroïne est une jeune femme réduite en esclavage, une servante écarlate, dont le devoir est subvenir aux besoins de procréations de la caste dirigeante, stérile pour la plupart. Ancienne éditrice et divorcée, elle doit composer avec sa nouvelle réalité, aussi brutale qu’étrange, tout en essayant de trouver les forces en elle-même, pour ne pas succomber.

Son récit prend place dans les beaux quartiers de la Nouvelle-Angleterre, où la nouvelle caste dominante, les Commandants, ont élu résidence. Après avoir éradiqué presque tous les symboles de la modernité, la République de Galaad a reconstruit le monde à l’image des peintures paisibles de Vermeer et Georges de La Tour, des images hors du temps avec de forts contrastes clair-obscur, imprégnés de sens cachés…

La servante écarlate adaptée en roman graphique par Renée Nault
La servante écarlate. Ed Robert Laffont

Après avoir fait preuve de son talent avec Witchling et Sandpipers (en tant qu’illustratrice et narratrice) Renée Nault a assumé l’adaptation du scénario et le graphisme de cette nouvelle adaptation, qui met l’accent sur les conflits internes des personnages et les stratégies qu’ils emploient pour les surpasser ou les dissimuler. L’album se compose de beaux lavis, alternant avec l’encre de Chine pour certains détails expressifs. Nault fait valoir l’éloquence des tons forts, même si c’est souvent dans la gamme des pastel, au sein d’un monde où la codification des classes et des genres s’exprime principalement par le biais chromatique. Puisqu’en effet, la société de Galaad se divise dans une dizaine de castes différenciées par les habits et leurs couleurs (vert pour les servants domestiques, bleu marine pour les épouses des commandants, noir pour les soldats, rouge pour les servantes, etc.).

Grâce à cette esthétique, les compositions incorporent fréquemment des références picturales aux grands maîtres du baroque dans la lignée du Caravage, reconstituant des scènes tendues où la vie et la mort se décident sur un geste esquissé, un mot chuchoté. Par moments, les planches deviennent très dynamiques, décomposent les scènes et les points des vues avec des phylactères évoluant sur les silhouettes en fonction des dialogues, afin de transmettre en quelques mots, le plus d’informations possible sur le passé et le présent des personnages.

La servante écarlate. Ed Robert Laffont

Dans cette nouvelle adaptation, Nault reprends l’histoire originale presque dans son intégralité. Nous suivons Defred [1], à travers les réflexions (et confessions) qu’elle a enregistrée dans des cassettes audio, et explorons les épreuves de sa nouvelle vie (l’absence de sa famille, le besoin de se sentir humaine, désirée, la recherche de liens amicaux, etc.). Contrairement à la série télévisée, cette version n’offre pas une version marmoréenne de la jeune esclave/résistante, mais au contraire, elle nous permet de connaître l’ampleur des contradictions et des faiblesses qui la tourmentent au quotidien.

On apprend qu’elle aspire à retrouver son mari, tout en cherchant le confort dans les bras du chauffeur du commandant, se lamente de son sort d’esclave tout en critiquant par moments les conduites "inappropriées" d’autres femmes… Là où la série avait fait de Galaad une entité machiavélique, ici elle devient surtout une entité omniprésente, même dans l’esprit de la protagoniste qui a parfois du mal à retrouver la direction de ses propres pensées.

La servante écarlate. Ed Robert Laffont

La république puritaine de Galaad reste toujours un point d’interrogation majeur, puisque les lecteurs tentent de saisir le cheminement plausible d’un pays moderne occidental vers une théocratie quasi moyenâgeuse. Quelques pistes parsèment le récit à travers des flashbacks, mais l’originalité d’Atwood se clarifie dans la construction d’un avenir tout aussi dystopique que familier, ancré dans le sillon de mouvements sociaux et politiques de longue haleine aux États-Unis. Au fil des dialogues entre les fidèles au régime, on distingue des allusions aux discours illuminés de John Winthrop (avocat puritain du XVIIe) et de Ronald Reagan, ainsi que des slogans du mouvement Moral Majority (dont le but était de faire pression pour des lois favorables aux groupes évangélistes) et bien d’autres. À travers ces références, Galaad se précise au fur et à mesure des pages, plus dans la continuité d’une tradition américaine que d’un accident historique inopiné.

Dans le même intérêt, nous retrouvons des évocations à des courants féministes conservateurs (si un tel oxymore nous est permis), tel le Women’s Temperance Movement ou le S.T.O.P, de même qu’à d’autres penchants progressistes comme le féminisme anti-pornographique des années 70/80.. Ainsi, le roman de d’Atwood se veut moins une prophétie, mais plutôt une étude du processus par lequel des citoyens ordinaires, capables d’articuler leurs idées politiques, décident d’accepter l’abominable dans leur quotidien, jusqu’à ce qu’ils parviennent à regarder d’un mauvais œil les temps de liberté, puis rebâtissent "les mauvais vieux temps”.

C’est grâce à ce patchwork d’idéologies que Galaad aborde les traits d’un dieu Janus, sauveur et destructeur a la fois. Le récit de Defred parvient ainsi à nous proposer une réflexion plus subtile qu’on lui prête souvent, allant au-delà de la critique aux institutions patriarcales et religieuses. En particulier, elle alerte sur le danger intrinsèque des orthodoxies de tout genre et nous engage à nous interroger la présence des possibles graines de Galaads réels : ne seraient-elles pas plus répandues qu’on ne les soupçonne, n’attendant qu’un moment propice pour fleurir ?

La servante écarlate. Ed Robert Laffont

Illustrée et composée avec virtuose, cette traduction en roman graphique de La servante écarlate se distingue d’un lot d’autres adaptations (parfois ayant loupé le coche) [2], tout en apportant son accent d’originalité aux décors et aux intrigues du texte initial.

On apprécie particulièrement la représentation de la scène finale où la protagoniste embrasse le geste célinien du roman, avec un dernier saut vers l’inconnu, ne sachant si la vie ou la mort l’attendent à l’intérieur d’une fourgonnette, mais s’apprête à accepter l’obscurité et sa promesse de libération.

Voir en ligne : La servante écarlate : Margaret Atwood

(par Jorge SANCHEZ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782221250389


La Servante Ecarlate - Par Margaret Atwood et Renée Nault (dessin et adaptation du scénario). Traduction de Michèle Albaret-Maatsch. Éditions Robert Laffont.
248 pages - 23€.

- La chronique "
"Nil", la minutieuse dystopie de James Turner" par Frédéric Hojlo

[1De-Fred, nom d’esclave signifiant son appartenance.

[2Série, opéra, pièce de théâtre et film.

à partir de 17 ans Science-fiction politique-fiction Drame intimiste Canada France 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Sublime ! Dans la qualité du dessin, dans l’approche du médium BD et dans la démarche audacieuse du découpage des planches. Belle mise en tension de l’austérité cléricale. Les voies du seigneur ne sont pas si impénétrables...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 février à  12:25 :

      Comment surfer sur un succès sur tous les supports… et avec un graphisme proche de l’amateurisme…

      Répondre à ce message

      • Répondu par Henri Khanan le 27 février à  21:07 :

        Bof, pas plus moche que pas mal de bouquins récents.
        On reste très loin du talent des auteurs du XXème siècle, publiés dans Pilote, Métal et cie.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 28 février à  09:13 :

          Exact. On n’enseigne plus le dessin à l’école depuis 40 ans. On fait de « l’art plastique ».

          Répondre à ce message

Dans la rubrique Romans Graphiques
Derniers commentaires
Agenda BD août 2022
Du 25 août au 23 septembre (...)
du 25/08/2022 au 23/09/2022
Exposition-vente virtuelle - Romain Baudy - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Festival
du 27/08/2022 au 28/08/2022
11e Festival BD "De Bulles en Bulles" (Hotton, Belgique)
Salon
du 27/08/2022 au 28/08/2022
BD Plage à Sète (Hérault)
Agenda BD septembre 2022
Du 8 au 24 septembre 2022,
du 8/09/2022 au 24/09/2022
Exposition-vente - Antonio Cossu - à la galerie Comic Art Factory (Bruxelles)
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Newsletter ActuaBD