Lady Killer : mère de famille et tueuse à gages !

1er août 2016 0 commentaire
  • Quelque part entre "Mad Men" et "Desperate Housewives", nous voilà, au début des années 1960, plongés dans le quotidien mouvementé de Josie Schuller, une mère de famille qui ne se contente pas d'élever sa marmaille, de préparer des petits plats pour son mari et d'endurer les humeurs de sa belle-mère : en plus de tout cela, Josie trouve le temps d'être... tueuse à gages !
Lady Killer : mère de famille et tueuse à gages !
Quand la double vie s’invite au diner familial
© Joelle Jones et Jamie S. Rich

Quand Josie joue la représentante de commerce, ce n’est pas pour arrondir les fins de mois de son ménage, pour égayer ses journées désœuvrées, ou pour visiter le voisinage. Non, quand Josie joue la représentante de commerce, c’est pour approcher une cible, sa prochaine victime, sa cliente au sens le plus mortel du terme. Car quand Josie joue la représentante de commerce, il ne s’agit que d’une couverture pour mener à bien le contrat dont on l’a chargée.

Deux emplois du temps terriblement serrés à concilier pour Josie, donc. D’une part mère irréprochable et épouse dévouée, dans une Amérique d’après-guerre de la consommation et du progrès où la femme est avant tout tournée vers son foyer. D’autre part, des contrats donnés par une mystérieuse agence pour éliminer tel ou tel individu. Sauf qu’à un moment donné, ces deux vies en viennent à se télescoper conduisant Josie à prendre des mesures drastiques pour sauver ce qui peut l’être.

Une tueuse qui ne réchigne pas à employer la manière forte, et toutes les armes qui peuvent lui tomber sous la main
© Joelle Jones et Jamie S. Rich

Il y a deux véritables points forts dans cette série proposée par Joelle Jones et Jamie S. Rich.

Le premier réside dans le portrait de femme brossé à travers le personnage de Josie. Housewife sortie de sa cuisine et de son voisinage pour aller étrangler, poignarder, ou fracasser les cibles qu’on lui désigne. Femme puissante s’il en est, évitant ou détournant les clichés de la femme fatale pour verser le plus souvent dans une violence brute et crue assez rafraîchissante.

Le second tient au cadre instauré et à l’atmosphère mise en place. Cette Amérique familiale triomphante des années 1960 est ici reprise dans un version comme pervertie par une pulsion de mort débordante qui s’exprime à travers une succession de crimes accomplis de manière jubilatoire. C’est à la fois intéressant dans les reconstitutions des procédures (sommaires, mais typées) de l’époque et drôle par le décalage ainsi ménagé.

Des pages de couverture qui pastiche les publicités des années soixante
© Joelle Jones et Jamie S. Rich

Malheureusement, Lady Killer souffre aussi de quelques limites, du côté de l’intrigue notamment. Il y a un sérieux souci de motivation des différents protagonistes et de mise en place du contexte dans lequel cette face cachée de l’Amérique se situe exactement.

Pourquoi et comment Josie s’est-elle retrouvée à jouer la tueuse ? Nous ne le savons pas encore. Qui sont ses employeurs ou ses victimes ? Rien non plus pour l’heure. Pourquoi se retrouve-t-elle soudainement menacée ? Cela semble vraiment très léger. Pourquoi ses opposants attendent-ils finalement qu’elle se prépare et passe à l’action elle-même ? Pour les besoins de l’histoire, manifestement...

Il y a clairement des rouages qui ne tournent pas rond dans la mécanique narrative de Lady Killer et c’est bien dommage. Car ces petites incohérences empêchent de s’immerger complètement dans l’univers créé et de se projeter, pour l’instant, à l’issue de ce tome 1, dans ces personnages. Il y a pourtant là une matière très prometteuse dont on espère qu’elle prendra véritablement forme au-delà de l’idée de départ.

Femme fatale, au sens propre
© Joelle Jones et Jamie S. Rich

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lady Killer T1 : "À couteaux tirés". Par Joelle Jones (scénario et dessin) et Jamie S. Rich (scénario). Traduction Philippe Touboul. Glénat Comics. Sortie le 1er juin 2016. 144 pages. 15,95 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?