Largo Winch vous donne rendez-vous à Citéco, la Cité de l’Économie

25 juillet 2020 2 commentaires
  • 30 ans et pas une ride ! Largo Winch, l'aventurier le plus riche du 9e art créé par Jean Van Hamme, dessiné par Philippe Francq et scénarisé par Eric Giacometti fête cette année son trentième anniversaire dans nos librairies. Et pour l'occasion, il s'invite à la toute nouvelle Cité de l'économie le temps d'une exposition qui, en plus de nous immerger dans l'univers de la série, décrypte pour nous les rouages du monde de l'économie. Une exposition à retrouver dès le 17 octobre 2020, avec pour commissaire un certain Didier Pasamonik...

Qui n’a jamais rêvé de recevoir d’un coup plusieurs milliards de dollars comme tombés du ciel ? C’est à ce destin peu commun qu’accède Largo Winch quand, à 26 ans, il hérite de l’empire financier de son père. Seulement, la vie de magnat n’est pas tout à fait au goût de cet aventurier toujours plus enclin à courir le monde qu’à siéger dans des conseils d’administration.

Sa fortune faisant de lui une cible de choix pour ses nombreux adversaires, il sera dès lors sans cesse entraîné dans d’innombrables aventures, entre action trépidante et investigations captivantes. Fort d’un succès peu égalé en librairie (12 millions d’exemplaires vendus), la série fête en 2020 son 30e anniversaire, et pour l’occasion la Cité de l’Économie, dont c’est la première exposition temporaire "maison", a décidé de lui dédier un espace privilégié en octobre.

"Largo Winch - Aventurier de l’économie", c’est le nom de cette installation qui nous immerge dans différentes facettes de l’œuvre, en la connectant aux évolutions du monde de la finance ces trente dernières années. L’exposition en devient ainsi autant artistique que pédagogique, et nous propose de jeter un regard inédit sur le monde complexe et néanmoins fascinant de l’économie.

Largo Winch vous donne rendez-vous à Citéco, la Cité de l'Économie
Quand Largo visite Hong Kong, ce n’est pas comme tout le monde...
© Dupuis

Dans le parcours, on découvrira qui sont les créateurs (le script original et les premiers projets inédits du dessinateur américain John Prentice sont dans l’expo), qui sont les amis et les amies, mais aussi les ennemis et les ennemies du beau Largo avec une reproduction "en vrai" du Big Board du Groupe Winch face à une grande verrière qui donne sur les toits de l’hôtel particulier, propriété de ka Banque de France ; les villes qu’il a visitées et enfin un panorama de l’économie de ces 30 dernières années qui a obtenu la caution scientifique d’Olivier Bossard, professeur de finance et directeur exécutif du MSC Finance à HEC, que les amateurs de Largo connaissent puisqu’il est l’auteur d’une Introduction à la finance avec Largo Winch (Ed. Dupuis). Un grand nom qui vient s’ajouter à celui du commissaire de l’exposition, qui n’est autre que le directeur de la rédaction d’ActuaBD.com, Didier Pasamonik que nos lecteurs connaissent bien.

La Winch Tower Mnasion de Chicago, siège social actuel du groupe
© Dupuis

L’exposition nous présente de multiples médias, allant de planches originales en passant par des documents précieux et inédits et... un hologramme de la Winch Tower Mansion de Chicago d’une hauteur de près de deux mètres...

"Largo Winch - Aventurier de l’économie" sera sans aucun doute l’un des événements marquants de cet automne.

L’ambition ne fait pas tout...
© Dupuis

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Largo Winch, l’aventurier de l’économie", une exposition temporaire de Citéco, la Cité de l’Économie, à retrouver du 17 octobre 2020 au 21 février 2021.

Citéco - La Cité de l’Économie,1 place du Général-Catroux, 75017 Paris.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Quel magnifique raccourci du bras gauche, sur cette affiche.
    Chapeau l’artiste !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Eric B. le 26 juillet à  11:30 :

      Ha oui, bien vu. Quand je pense que j’ai été un fan de Largo Winch de la première heure... Mais la flamme n’y est plus. Le départ de Van Hamme y a été pour beaucoup. Le changement de format des albums aussi. Les films ne sont pas passionnants. Et Philippe Francq n’a pas su fidéliser son lectorat en festival...

      Répondre à ce message