Le 16e Festival de la BD francophone de Québec remet ses prix

16 avril 2003 0 commentaire
  • Malgré les temps difficiles - guerre et neige - le 16e Festival de la BD francophone de Québec (3 au 6 avril 2003) fête Bob Morane et remet ses prix.

La plupart des auteurs invités y étaient donc (malgré de petites défections pour cause de guerre, de microbes ou de tempête de neige) et les amateurs de BD du Québec ont pu recevoir leur dose printannière de rencontres, de beaux ex-libris et de dédicaces. De plus, le Festival - qui en est à sa seizième édition, quand même - avait décidé de fêter le cinquantenaire de Bob Morane en invitant des dessinateurs qui ont transposé en BD le héros des romans d’Henri Vernes : Dino Attanasio et Gérald Forton étaient donc là pour l’occasion, pour le banquet et pour déguster la "Cuvée Bob Morane" (Merlot ou Chardonnnay) sous étiquette signée Forton. En tout, donc, une vingtaine de bédéistes invités d’Europe et du Québec, que cotoyait un fanzinat local dynamique et créateur. Tradition oblige, le Festival décernait ses Bedeis causa :

Le 16e Festival de la BD francophone de Québec remet ses prix le Grand prix de la ville de Québec fut remis à Frank LeGall pour Théodore Poussin et pour l’ensemble de son oeuvre.

- le Prix Réal-Fillion de la meilleure BD québécoise fut remis à Michel Rabagliati pour Paul a un travail d’été.

- le Prix Maurice-Petitdidier pour la meilleur BD Hors Québec fut remis à Jacques Ferrandez pour La guerre invisible.

- le Prix Humour pour la meilleur BD humoristique fut remis à Line Arsenault pour La vie qu’on mène 5 : On se faxe, on se digitalise, on se téléporte et on déjeune !

- le Prix spécial du jury fut remis à Philippe Berthet pour Pin-ups.

- le Prix Espoir de la Bande Dessinée Québécoise fut remis à François Lapierre pour Sagah-Nah.

L’équipe du site internet BDQuébec en profita également pour dévoiler les gagnants du vote populaire réalisé via courriel : Michel Rabagliati remporte la palme dans la catégorie "professionnelle" pour Paul a un travail d’été (La Pastèque) tandis que Jimmy Beaulieu recevait les honneurs dans la catégorie "fanzine" pour Viscéral (et archétypique) chez Colosse. Pour Rabagliati, c’est donc un deuxième doublé, après avoir remporté deux prix Bédélys (Québec et Médias) à l’automne.

Le mauvais temps du samedi n’a donc pas dérangé Frank LeGall, qui a trouvé que le Festival avait bien grandi depuis sa dernière visite, ni Jacques Ferrandez qui, lui, semblait plutôt amusé de la mine déconfite des québécois qui croyaient réellement que l’hiver les avait quittés, ni non plus Claire Wendling, peut-être un peu étonnée d’avoir encore autant de fans malgré sa longe absence depuis le dernier tome des Lumières de l’Amalou. Pour une idée de l’ambiance, voir l’album de photos sur le site de BDQuébec

Un beau Festival, somme toute, malgré les temps difficiles, mais il y aurait eu de la place pour plus de nouveautés du côté des albums et surtout, pour des auteurs "jeunesse" : il faut bien préparer le lectorat de demain !

(par Le Bédénaute)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?