Newsletter ActuaBD

Le Bel Âge T1 – Par Merwan – Dargaud

  • Premier volet d’une histoire sentimentale désenchantée qui croise le destin de trois jeunes femmes, « Le Bel Âge » de Merwan se distingue par une narration chorale ambitieuse et dynamique.

Violette, Lila et Hélène ne sont plus des adolescentes, pas encore tout à fait des adultes. Coincées dans ce « bel âge », parfois ingrat, qui relie ces deux périodes de la vie, les trois jeunes femmes se débattent avec leurs sentiments, leurs aspirations et leurs déceptions. Par de curieux hasards de la vie, les trois ne vont cesser de se croiser tout au long de ce premier album introductif. Violette se remet d’une rupture, Lila subit les conséquences d’une trahison et Hélène est submergée par une thèse qui l’étouffe à tous points de vue,… Alors que le spleen est partout, c’est une petite annonce va précipiter la rencontre de ces trois prisonnières du bel âge.

Le Bel Âge T1 – Par Merwan – Dargaud
Un extrait du "Bel âge"
© Merwan - Dargaud

Il est amusant de constater que c’est toute une génération (Bastien Vivès, Thomas Cadène,…) qui manifeste ardemment le désir de raconter la comédie des sentiments. De manière plus dramatique que chez les précédents, la comédie sentimentale de Merwan s’ouvre de façon résolument mélancolique. L’histoire saute d’un personnage à l’autre, d’une intrigue à l’autre dans un petit périmètre de scènes. On suit le récit choral du « Bel Âge » en devinant qu’une vision plus large viendra éclairer le tout. Un album introductif donc, qui égratigne les sentiments de ses héros, en attendant les beaux jours à venir dans la suite de la trilogie ?

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

A propos de Merwan, sur ActuaBD :

> "Pour l’Empire" est prétexte à une histoire un peu métaphysique" (entretien en mai 2010)

> Fausse garde

> Pour l’Empire T1, T3

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • On retrouve comme chez Vives, de fins traits à côté de gros traits comme au marqueur, un nouveau style qui naît ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 janvier 2012 à  01:36 :

      Ca existe depuis la nuit des temps. Milton Caniff puis le studio où exerçait Pratt avant qu’il ne s’empare lui-même du style. etc etc

      Répondre à ce message

    • Répondu le 12 janvier 2012 à  01:40 :

      José Muñoz fait ça depuis longtemps (ce qui n’enlève rien au talent de Merwan, soit dit en passant)

      Répondre à ce message

  • Le Bel Album de Merwan !!
    11 janvier 2012 22:52, par Oncle Francois

    Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai acheté ce livre sur la recommandation du libraire récemment. Je ne connais pas Merwan, dont le dessin me semble ressembler à du Bastien Vivés qui s’appliquerait ! En revanche, le thême m’a séduit : celui de tranches de vies contemporaines de petites jeunettes, trois au total, comme les fameux mousquetaires sans d’Artagnan, ou comme la sainte-trinité si vous préférez. Bien évidemment, il n’est pas difficile de les rencontrer, il suffit d’aller au Centre Commercial du coin, et de leur proposer un petit café amical, si elles ont le temps ! ou plus simple encore, de leur offrir une cigarette ou les prendre en stop !

    Donc je croyais par mes nombreux dialogues "amicaux" connaitre les représentantes de la nouvelle génération.Que nenni ! Merwan m’a ébloui sans me faire mal aux yeux ! Le dessin semble couler de source, toujours juste, extrèmement fin dans les expressions. Quant au scénario, il donne dans l’intimisme sans donner dans le voyeurisme, exposant sans complexe ni clichés les psychés de nos trois jeunes femmes.
    Violette a voulu une rupture, elle la regrette (le mec était sans attrait particulier), Lila trompe sa colocataire avec son mec (qui saute sur la bonne occasion !)et Hélène essaie de réussir ses études. Tout cela pourrait donner un excellent film, Monsieur Merwan, il faudra vous mettre en quète d’un producteur si votre trilogie se termine aussi bien qu’elle a commencé. Je suivrai à l’avenir vos publications. Très cordialement. François Pincemi

    Répondre à ce message

    • Répondu par BOB le 23 avril 2012 à  12:39 :

      "Bien évidemment, il n’est pas difficile de les rencontrer, il suffit d’aller au Centre Commercial du coin, et de leur proposer un petit café amical, si elles ont le temps ! ou plus simple encore, de leur offrir une cigarette ou les prendre en stop !"

      Oncle François il est trop lol.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD