Le Berceau des esprits, T5 - Par Kei Sanbe - Ki-Oon

5 janvier 2013 1
  • Un virus meurtrier se propage à chaque étage du paquebot, modifiant le comportement de ses passagers. La traque entre humains et zombies s'accentue.
    Un "Survival" crispant dans la lignée de "Doubt" et de "Suicide Island"!

Des lycéens se retrouvent condamnés sur un bateau de croisière qui s’est mystérieusement retourné et qui sombre dans les profondeurs. Une panique générale saisit la foule mais un autre danger guette ses occupants : un maniaque découpe à la hache chaque personne qu’il rencontre. Une contamination fulgurante s’est propagée sur le paquebot, modifiant le comportement de ses victimes qui deviennent des zombies assoiffés de meurtre, comme l’homme à la hache.

Yuya, récemment mordu par Kana, sait que son temps lui est compté.
Il décide néanmoins de poursuivre le voyage, afin de guider ses camarades vers la sortie. Mais tout le monde ne le voit pas de cet œil. Les zombies ne pas représenter le seul danger pour les passagers : les humains entre eux demeurent incapables de se gérer face au péril.

Le Berceau des esprits, T5 - Par Kei Sanbe - Ki-Oon

L’auteur de l’île d’Hôzuki propose de nouveau un manga de qualité. Dans ce huis clos haletant, toutes les expressions se lisent sur les visages et force est de constater avec quelle facilité Kei Sanbe parvient à modeler chaque émotion. Bien que ses personnages soient conventionnels, ils se démarquent nettement les uns des autres. Toute la panoplie des expressions humaines défilent : colère, peur, désespoir défilent et marquent le lecteur, en dépit de la pauvreté graphique des décors.

Changement de décors, changement de personnages, mais ambiance tendue : les recettes sont les mêmes que pour l’île d’hôzuki. Cela n’est pas pour nous déplaire car l’habileté de l’auteur à nous diriger vers des fausses pistes est à l’arrivée plutôt agréable. Le découpage est relativement dynamique et permet au lecteur de ressentir pleinement cette sensation d’enfermement et de claustrophobie. Mais cette lecture n’échappe pas à des moments d’ennui, en raison de dialogues parfois trop longs lors des séquences de stress.

Ce cinquième tome est dans la ligne de ses prédécesseurs, trempée d’hémoglobine et de sueur. Entre le mémorable Doubt de Yoshiki Tonogai et Suicide Island de Kouri Mori

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Le Berceau des esprits T1 sur Amazon ou à la FNAC
- Le T5 sur sur Amazon ou à la FNAC

Commandez l’île d’Hôzuki T1 sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Le Berceau des esprits, T5 - Par Kei Sanbe - Ki-Oon
    13 janvier 2013 22:49, par cielo

    Faire un rapprochement entre L’Ile de Hohzuki et Le Berceau des Esprits me parait ahurissant tant les deux s’avèrent différents dans leur construction narrative. Là où le premier nous proposait un thriller court et intense dans lequel se mêlait psychologie et paranoïa à travers un point de vue unique, celui de l’imagination de très jeunes enfants, et dont la véracité était loin d’être évident, le second lui joue avec une mise en scène plus qu’explicite où la violence gratuite est reine. Au détriment de toute subtilité et d’ambiguïté scénaristique.

    Comment peut-on écrire des personnages aussi peu inspirés sur des ficelles aussi grosses n’étant que prétexte à mettre en scène du gore et du nichon, après être passé sur quelque chose d’aussi subtilement emmené que L’Ile de Hohzuki ? J’ai du mal à concevoir qu’on ait eu affaire à un même scénariste... Je n’ai même pas envie de parler du fond de l’intrigue, du grand mystère derrière les mésaventures de nos héros, où l’on arrive quand même à atteindre un niveau de ridicule assez hallucinant !

    Mauvais manga d’horreur pour adolescent sans aucune envergure, sans aucune idée, mais avec beaucoup de sang et d’anti-héros s’adonnant à quelques poses et répliques leur donnant un faux côté cool et un vrai côté stupide. A oublier très vite.

    Répondre à ce message