Le Blog du petit Nicolin - Par Nicolin- Bamboo

12 mars 2007 0
  • Vous l'avez peut-être croisé sur le web, vous allez maintenant pouvoir apprécier sa verve et son humour sur le papier.

Cet album éponyme est emblématique des "va et vient" effectués par certains auteurs entre les différents supports numériques ou papier en ayant recours aux ressources de la technonogie. Ainsi donc, avant d’être un album "classique" le petit Nicolin a fleuri sur la toile au travers du blog animé par son auteur (www.nicolin.fr).
"Surfant" sur la vogue des Blogs, cette BD n’en est pas la première adaptation en album (on se souvient notamment des réactions provoquées par la publication du fameux Blog de Frantico, chez Albin Michel).

Réalisateur et créateur de site web, ce Marseillais a créé ce Blog en 2005 et a réussi, à raison d’une planche quotidienne, à capter jusqu’à 5000 visiteurs réguliers. L’album proposé est donc directement issu du phénomène Blog, ces sites qui font souvent la part belle au récit intime et au quotidien, une des sources les plus créatives de la bande dessinée actuelle. Au fil des 120 pages de gags, le petit Nicolin, n’échappe pas à la règle de la chronique, sauf qu’ici l’auteur se cache derrière un espiègle petit garçon précoce à tous les niveaux !

De l’avis de son auteur, Nicolin est un "vilain petit connard" (!). On est donc fixé dès le départ et il faut bien avouer que les tribulations scolaires, familiales et quotidiennes de ce cousin de "Titeuf", filleul de Reiser par le trait et l’esprit n’attire pas que la sympathie, loin s’en faut ! Humour trash, anecdotes scatologiques et humour graveleux tendance "cour de récréation", rien ne nous est épargné ! Nicolin est incontestablement un "sale gamin" parfois victime de ses propres mauvaises blagues ! Dans ce journal de bord, présenté sous l’aspect de cahier d’écolier, on découvre les péripéties de ce garnement précoce et particulièrement préoccupé par les copains (bons ou mauvais), les parents, les profs et...les filles , qui d’ailleurs constituent la principale attraction pour cet anti-héros en culotte courte.

Néanmoins cet ouvrage a le mérite de clairement annoncer la couleur et propose au bout du compte une vision de l’enfance qui décape et qui bouscule certains préjugés comme l’a fait le personnage de Zep avant lui.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?