« Le Chant du monde » de Giono interprété par Jacques Ferrandez

2 décembre 2019 0 commentaire
  • Après les « Carnets d’Orient » (dix albums) et ses formidables adaptations de Camus (« L’Hôte », « L’Étranger » et « Le Premier Homme »), Jacques Ferrandez s’attaque à l’épopée lyrique de Jean Giono, véritable chant d’amour pour l’arrière-pays de la Provence : « Le Chant du monde » (1934). Un tour de force.

Né en 1955 à Alger, Jacques Ferrandez quitte l’année suivante son lieu de naissance pour Nice où sa famille s’est installée à la suite des « événements » d’Algérie. Ce déchirement fondateur sera à l’origine de la part la plus conséquente de son œuvre. Ses Carnets d’Orient (Casterman) d’abord qui content la terrible et fabuleuse histoire de la présence française en Algérie ; la trilogie des adaptations de son compatriote Albert Camus : L’Hôte , L’Étranger et Le Premier Homme, un écrivain qui vécut à quelques mètres de la maison de son enfance à Alger.

Mais avec Le Chant du monde (Gallimard BD) adapté du chef d’œuvre de Jean Giono, c’est vers l’autre versant de la Méditerranée que Ferrandez se tourne cette fois : vers la Provence de sa jeunesse et surtout son arrière-pays méconnu qui s’étend jusqu’aux Alpes.

« Le Chant du monde » de Giono interprété par Jacques Ferrandez

Le Chant du monde n’est pas une œuvre anodine, y compris dans l’histoire de la bande dessinée. Le texte de Giono a séduit plus d’un lecteur par sa langue particulière, poétique et inventive, à nulle autre pareille pour évoquer cette Provence rugueuse, minérale et organique d’avant la machine.

Giono, le traducteur de Moby Dick, avait su y retrouver le souffle de l’épopée, inspirée comme pour son prédécesseur Ulysses de James Joyce par l’œuvre d’Homère. Ce « paradis perdu » à la Fenimore Cooper impressionna jusqu’à Claude Auclair qui eut la naïveté de s’en inspirer d’un peu trop près pour Simon du Fleuve (1973), une des premières séries d’ « Après la Bombe » de la bande dessinée. Même le Jeremiah de Hermann lui rend un écho lointain.

Pour adapter cette œuvre avec l’accord de Gallimard et des ayants droits de Giono, Ferrandez s’est pour ainsi dire assis dans le fauteuil de l’écrivain, parcourant les paysages où il a vécu, visitant sa maison à Manosque. Il s’est surtout inspiré du scénario de film inédit que Giono avait écrit en 1942 pour adapter son œuvre à l’écran, suivant, sans s’y soumettre absolument, les choix de coupe faits par l’écrivain. Il s’est aussi nourri de son écriture très descriptive où la nature est un acteur majeur, le verbe image.

L’aquarelle de Ferrandez est méthodique et appliquée. Les grands paysages dans lesquels s’insèrent l’intrigue opposent leur sérénité inébranlable à des personnages parfaitement caractérisés : le Matelot, Antonio, le Besson, Maudru, Toussaint le guérisseur, Clara l’aveugle accouchée... et à une intrigue simple de chasse à l’homme. En 140 planches, le résultat impressionne.

Sur ses aquarelles de paysages, Ferrandez insère littéralement son récit.
Capture d’écran du "Chant du Monse", le film de Michel Viotte. © France 3 PACA / Ma Drogue à Moi / Museum TV - Michel Viotte
Le Chant du monde de Jacques Ferrandez d’après Jean Giono

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Le cinéaste Michel Viotte a accompagné Jacques Ferrandez tout au long de l’élaboration de cet ouvrage. [On eut en voie un extrait ICI-https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/emissions/qui-sommes-nous-2/premiere-france-3-manosque-decouvrez-comment-roman-giono-chant-du-monde-ete-adapte-bd-1718439.html]

  Un commentaire ?