Le Chat fait la Rumba... et se customise pour ses lecteurs !

30 octobre 2019 0 commentaire
  • Déjà le vingt-deuxième album du Chat ! Et pourtant aucun essoufflement pour le plus célèbre félin de la bande dessinée franco-belge : parfois grivois, souvent artiste, et toujours philosophe. Un album d’un format certes classique, mais que les fans pourront faire particulariser à leurs nom et effigie !

En 2018, les nombreux fans de Philippe Geluck ont eu droit à un caustique Geluck pète les plombs : un troisième (et dernier) recueil de textes où l’auteur, plus engagé que jamais, maniait avec adresse un humour mordant. Ce fut également l’occasion d’un best-of, avec Le Chat pète le feu, histoire de (re-)découvrir quelques pépites issues d’une réserve de 14.000 gags réalisés en près de trente-cinq années de félinerie.

Il a donc fallu attendre deux ans après le vingt-et-unième album intitulé Chacun son chat, pour nous profitions d’un nouveau "Chat". Premier constat, cette Rumba du Chat renoue une fois de plus avec un format classique, qui a d’ailleurs fait ses preuves. En effet, Philippe Geluck, cherchant toujours la nouveauté, n’a eu de cesse depuis près de vingt ans, de jouer avec les diverses présentations pour étonner et amuser ses lecteurs. Jugez-en donc : en 1999, l’auteur salue le passage à l’an deux mille avec un double album dans un coffret ; ce qu’il reproduit, certes différemment, en 2012 avec le Chat Erectus et le Chat Sapiens, ce dernier contenant des DVDs. En 2013, sa Bible du Chat se présente sous la forme de deux livres oblongs. En 2014, Le Chat passe à table contient à nouveaux deux plus petits albums à l’italienne (et un journal). Et Geluck surenchérit en 2015 avec cette fois trois petits albums contenus dans Le Chat fait des petits, sous un emboîtage A4.

Le Chat fait la Rumba... et se customise pour ses lecteurs !

Une recette qui passe de bouche d’auteur à oreille de Chat

Tout comme en 2017, l’auteur a donc décidé de revenir à un format standard de 48 pages, reprenant des gags du Chat et des cartoons. Une formule d’une apparente simplicité, mais à chaque fois réussie. Car Geluck réfléchit savamment la composition de son album, comme un musicien pour une symphonie : il choisit méthodiquement ses gags, écartant ceux qui étaient trop liés à une actualité, maintenant retombée, afin d’éviter les redondances. Cherchant ainsi à composer les différents mouvements de son album, il rapproche certains gags qui sont liés pour en démultiplier les effets, et place ses quelques gags en planches pour jouer sur le rythme de son ouvrage.

On a beau connaître le gugusse et sa façon de procéder, on doit bien avouer qu’on se fait attraper une fois de plus ! Bien sûr, avec les années, on pourrait analyser son évolution, mais cela n’aurait pas vraiment de sens, car Geluck possède surtout l’art d’être à sa place dans son époque. Si l’on relit chacun des précédents albums, on remarque qu’ils recèlent autant de clowneries universelles, que de réflexions offrant un miroir à son temps.

Cette Rumba du Chat ne fait pas exception à la norme. On y parle de réchauffement climatique, de migration, du mouvement #Metoo, et d’intégrisme religieux. De ces sujets incontournables bien qu’acerbes, Geluck parvient à en rire et surtout à faire réfléchir. Ses réflexions se portent aussi sur le sujet de l’art, qui passionne de plus en plus l’humoriste. Puis, ponctué de quelques vannes en-dessous de la ceinture qui préparent la suite, l’album se concentre aussi sur quelques réflexions plus philosophiques, notamment sur le rôle des religions, et (osons !) le rôle de... Dieu. Sans oublier de parler de bande dessinée tout en jouant de ses spécificités.

Résultat : on sourit, et l’on s’offusque parfois mais pour mieux se positionner sur un sujet que l’on n’avait pas toujours entraperçu de cette manière. Puis on rit de bon cœur, en se rendant compte que Le Chat nous avait finalement bien manqué.

Particularisez-moi !

Si nous avons commencé cet article en expliquant que Geluck avait mis de côté les présentations exceptionnelles pour mieux se concentrer sur le fond, avouons que ce n’est pas tout à fait exact. Vous connaissez Philippe Geluck : chassez le félin, il revient au galop !

Il a ainsi imaginé avec l’imprimerie Snel que des exemplaires de son nouvel album du Chat puissent être customisés avec le nom et la photo du lecteur. L’action est valable pour les hommes, les femmes, et les couples : il suffit d’en faire la commande sur le site de l’imprimerie, et pour 26 € (hors frais de livraison), vous recevrez votre propre album individualisé et unique, où l’on retrouvera votre nom cité en début et en fin d’ouvrage par le Chat, ainsi que votre photo en plein gag du félin !

L’album personnalisé

Nous allons encore vous reparler de Philippe Geluck en 2020, car à l’occasion de l’Année de la BD, de gigantesques sculptures seront exposées sur la plus belle avenue du monde, les Champs-Elysées, un événement qui devrait aider à terminer le Musée du Chat dont l’ouverture devrait se faire en 2023 à Bruxelles. En attendant, notre humoristique-peintre-sculpteur peaufine ses impressionnantes statues de bronze pour qu’elles soient prêtes à temps. Sacré Geluck, rien ne l’arrête !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Particularisez votre album de La Rumba du Chat sur le site de l’Imprimerie Snel

A propos de Philippe Geluck, lire :
- Année de la BD 2020 : Geluck et son chat envahissent les Champs Elysées
- En cette fin d’année, Philippe Geluck se la pète
- Philippe Geluck et son Chat reviennent dans la presse
- Le dessinateur Philippe Geluck arrête la publication du Chat dans Le Soir, VSD et L’Illustré et l’interview exclusive de Philippe Geluck concernant cet arrêt en 2013 : "Enfin libre !"
- Le Chat souffle ses 20 bougies dans le journal Le Soir
- Philippe Geluck et Philippe Berthet honorés par le Grand Prix Diagonale - Le Soir 2017
- Avec Philippe Geluck L’Art d’en rire entre au Musée en Herbe
- « Zaï zaï zaï zaï » de Fabcaro, Grand Prix de la Critique ACBD 2016 et... Prix Geluck !
- Philippe Geluck et la nouvelle portée du Chat
- Bon Dieu, la rentrée du Chat !
- Geluck, le bienheureux
- Philippe Geluck Grand Prix Saint-Michel 2013
- Philippe Geluck : "Enfin libre !"
- Geluck Sapiens
- Lâchez le Geluck, et il revient au galop !
- Philippe Geluck : « Je considère le lecteur comme un partenaire de la petite ‘pièce’ que je joue pour lui »
- Le Chat, Acte XVI – Par Philippe Geluck – Casterman
- Philippe Geluck (2/2) : « Le Musée du Chat est en bonne voie »
- Philippe Geluck (1/2) : « J’ai besoin de cette relation avec les autres, jusque dans la mort »
- Philippe Geluck : "Scott Leblanc est une série ’Canada Dry’ !"
- Geluck lâché dans sa nature
- Philippe Geluck va enfin faire de la bande dessinée
- Philippe Geluck : « C’est à ma mort qu’on commencera vraiment à rire ! »

  Un commentaire ?