Newsletter ActuaBD

Le Chevalier d’Éon se dévoile sous la plume d’Agnès Maupré

  • Après son brillant diptyque consacré à Milady de Winter, Agnès Maupré s'attaque à une autre figure de notre histoire : le célèbre agent secret androgyne de Louis XV.

Fine lame, à l’intelligence brillante et habile orateur, Charles de Beaumont dit le Chevalier d’Éon, est bombardé agent secret suite à une apparition remarquée lors d’un bal à Versailles. Envoyé par le roi Louis XV en mission à Saint-Pétersbourg afin de convaincre la tsarine de signer un pacte avec la France plutôt qu’avec les Anglais, Charles voit l’autorité russe se révéler bien imprévisible, et surtout une insatiable mangeuse d’hommes…

Déjà remarquée sur sa précédente série Milady de Winter, la sensibilité d’Agnès Maupré s’exprime cette fois-ci par des couleurs étonnamment très saturées, dressant un portrait des intrigues de palais toutes en touches de pinceau numérique : sa technique apporte une délicatesse et une expressivité, et insuffle de la vie à un monde impitoyable et ultracodifé.

Surtout en recherche de sensualité, l’auteure se moque complètement des batailles et des scènes d’épée et préfère faire ressentir le frottement des costumes, le vent froid sur la peau des voyageurs dans la campagne russe, la volupté du repos dans les draps, le contact des pieds nus dans les appartements de la cour...

Le Chevalier d'Éon se dévoile sous la plume d'Agnès Maupré
©Maupré/Ankama Editions

Par ailleurs, Maupré entreprend la même attitude de dépoussiérage que sur Milady de Winter : elle fuit les lieux communs et dresse un portrait d’un personnage qui subit plus qu’il ne choisit : après la prédatrice sexuelle par obligation de survie, voici à présent l’androgyne obéissant aux ordres de la couronne.

Il s’agit en l’occurrence d’une victime des intrigues de palais, présentée comme un gentil garçon, une sorte de poupée Barbie (les autres personnages passent leur temps à le toucher, à glisser leur main sous ses habits) dont l’ambigüité sexuelle fascine les deux bords : quelques scènes de nudité sont bien présentes mais aucune érection n’est représentée, ce qui empêche sa masculinité de trop imprégner les yeux du lecteur.

©Maupré/Ankama Editions

D’après les récits historiques, le Chevalier poursuivit son ascension en ourdissant un plan d’invasion de l’Angleterre pour le compte de Louis XV. Il mena une vie de luxe et fera chanter deux rois, pour terminer sa vie dans la misère après une trentaine d’années passées à tromper son entourage en portant des habits de femme. Tout cela pour finir enterré en Angleterre dans le comté du... Middlesex !

Un sacré programme en perspective à travers le traitement coloré d’Agnès Maupré.

Sans contrefaçon, Le Chevalier d’Éon se révèle une bande dessinée sensuelle et délicate, à feuilleter à l’envi.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
Newsletter ActuaBD