Le Chien dans la vallée de Chambara – Par Hugues Micol – Futuropolis

25 janvier 2011 0 commentaire
  • Le Chien dans la vallée de Chambara nous plonge le Japon médiéval, le temps d’un conte aussi étrange que subjuguant.

Maraki Zatu est l’héritière d’un important clan. Mais ses frêles épaules d’enfant ne sont pas préparées à la lutte de succession qui risque de s’engager suite au décès de son père. Au cours d’une partie de chasse, elle est le témoin d’un duel au sabre qui la laisse apeurée. En fuite, la gamine tombe dans un lac gelé, et est engloutie par les flots glacés. Trois couards, Ishi, Ni et San, vont laisser la fillette couler à pic, pour mieux se positionner dans les palabres qui devraient suivre la vacance du pouvoir. Mais la jeune fille va survivre...
Après de longues années d’apprentissage de l’art ninja auprès du maître Ukifune, Maraki va revenir en ville assoiffée de vengeance...

Vengeance et traîtrise dans une mise en scène délicieusement théâtrale : Le Chien dans la vallée de Chambara est un album particulièrement savoureux. Hugues Micol, qui avait déjà réalisé plusieurs histoires dans l’univers du Japon médiéval [1], réussit une pépite kitsch, qui respecte scrupuleusement l’esthétique du cinéma de samouraï, dans toute son exubérance.

Signalons que Micol fait paraître ces jours-ci un album érotique très premier degré dans la collection BD Cul des Requins Marteaux. Levé de rideau (et plus si affinités [2]) à Angoulême.

Le Chien dans la vallée de Chambara – Par Hugues Micol – Futuropolis
Un extrait du "Chien dans la vallée de Chambara"
© Micol - Futuropolis

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

A propos de Hugues Micol, sur ActuaBD :

> Terre de feu

> Prestige de l’uniforme

[1La série des Contes du Septième Souffle, parue jadis chez Vents d’Ouest

[2Ces coquins d’éditeurs annoncent carrément une "Partouze Géante" sur leur stand le vendredi 28 janvier. "Sous réserve de disponibilités des auteurs à coucher avec des individus qu’ils ne connaissent qu’à peine".

  Un commentaire ?