Le Débarquement d’Omaha Beach, dans les yeux de Robert Capa

6 juin 2014 0 commentaire
  • Avec "Omaha Beach, 6 juin 1944" la collection Aire-Libre se remet, avec l'agence Magnum, dans les pas du mythique Robert Capa, un des plus grand photo-reporters du XXe Siècle, acteur du Débarquement dont chacune des photos est une histoire. Un petit livre passionnant.

Le Débarquement d'Omaha Beach, dans les yeux de Robert CapaC’est maintenant une évidence : la bande dessinée est un médium capable de traiter l’actualité, même s’il lui faut un nécessaire recul pour qu’un album puisse paraître à point nommé. Mais au milieu de ces projets forcément opportunistes, certains parviennent à se distinguer par leur innovation, par l’implication de leurs auteurs, par la passion qu’ils parviennent à transmettre au lecteur.

On retrouve ces trois qualités dans le petit Omaha Beach, le 6 juin 1944 qui vient de paraître chez Aire Libre/Magnum Photos. D’entrée, l’association entre Dupuis et la fameuse agence de presse étonne. Surprise renforcée quand on s’aperçoit que c’est une figure connue de la presse et de la bande dessinée qui est l’éditeur du projet : Thierry Tinlot. Rappelons que Tinlot avait été le rédacteur-en-chef de Spirou avant de devenir celui de Fluide Glacial, avant de rejoindre la cellule des opérations spéciales du quotidien belge Le Soir. L’occasion était trop belle pour chercher à en savoir plus avec l’homme qui avait rejoint le quotidien Le Soir en 2011 que nous publions en complément de cet article.

Ce pari osé est d’emblée payant. Feroumont & Baudoin avaient déjà cassé le mythique format d’Aire Libre, voilà que la collection passe à l’italienne et en petit format pour cette collaboration avec Magnum Photos ! Même si le livre paraît humble par la taille (la prochaine édition devrait être un peu plus grande selon son éditeur), le contenu est à la hauteur de l’homme (Robert Capa) et de son exceptionnel destin de photographe, témoin privilégié des tragédies de notre monde.

Bertail et Morvan, le 27 mai 2014, lors de la soirée de lancement d’Omaha Beach, le 6 juin 1944 dans les locaux parisiens de l’agence Magnum.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Dans un récit de 52 planches, Jean-David Morvan, passionné de photographie devant l’éternel, et Dominique Bertail nous font découvrir le quotidien du photographe de presse, mais également les coulisses très particulières du Débarquement. En recul par rapport à l’homme et aux événements, les auteurs parviennent à restituer une page de l’histoire au travers des yeux d’un témoin privilégie, mais néanmoins secoué par les événements qu’il rapporte. L’ouvrage commence au premier moment du Débarquement, quand les bateaux alliés foncent vers la plage…

L’intérêt de cette évocation sous cette forme tient sans doute moins à l’opération militaire qu’au portrait du reporter-photographe lui-même. Rapidement, on se faufile dans son quotidien, appréhendant sa façon d’opérer et de voir le monde, dans l’angle même de son objectif.

Une fois le cliché pris, les photographies prises sur la plage d’Omaha Beach ont-elles-mêmes un parcours fascinant, fait de mensonges, de non-dit et de secrets qui rajoute une part de fantastique au récit, que l’on pourrait croire inventée, si ce n’était authentique de bout en bout. On le dit souvent : la réalité dépasse la fiction, une fois encore.

Au-delà de la bande dessinée, l’album prolonge le voyage en (re-)découvrant ces fameuses photos rescapées du Débarquement, mais surtout des reportages photographiques sur Robert Capa, les raisons politiques qui poussent à relayer le Débarquement par voie de presse (sous la pression des Russes), les explications techniques concernant les appareils photo de l’époque, la folle histoire des négatifs, l’enquête pour identifier le soldat photographié, etc. Plus qu’un complément, ce sont de réels voyages dans le temps que l’on réalise pour découvrir les coulisses de l’Histoire.

Mi-album de bande dessinée, mi-reportage documentaire et photographique, ce livre demeure finalement passionnant de bout en bout. Une formule originale qui ouvre, sur les traces du Photographe, décidément un ouvrage marquant du paysage éditorial récent, de nouvelles portes au médium.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?