Le Festival de BD de Québec sur le point de déménager ?

1er décembre 2004 0 commentaire
  • Doyen des événements BD au Québec, sinon au Canada, le {{Festival de la BD francophone de Québec (FBDF)}} serait sur le point de conclure une alliance avec le {{Salon International du livre de Québec (SILQ)}}.


Le Festival de BD de Québec sur le point de déménager ?Il faut rappeler que le premier festival, en 1988, fut l’idée de Réal Fillion, alors publiciste pour un centre commercial de Québec, et que son objectif était de donner à l’événement une tribune grand public en organisant l’événement dans un tel lieu.

Malgré quelques soubresauts inhérents à la succession de Réal Fillion, décédé en 2001, le FBDF conserva sa réputation d’un festival convivial où les plus grands noms de la BD franco-belge et québécoise sont passés, et bénéficie maintenant d’une bonne réputation et d’une solide base d’amateurs qui le fréquente. Cependant, quelques aléas récents, dont un changement obligé de lieu, ont rendu la vie difficile aux organisateurs.

Il est donc fort possible que la 18e édition du FBDF se tienne conjointement avec la Salon International du livre de Québec, soit du 6 au 10 avril 2005, au Centre des congrès de cette ville, brisant ainsi avec la tradition de tenir l’événement dans un centre d’achat. L’organisation du FBDF nous assure qu’elle conserverait son entière autonomie par rapport à celle du SILQ, et que toutes les activités habituelles (dédicaces, boutiques...) seront présentes, ainsi que les tables destinées aux jeunes auteurs et aux fanzines. La remise des Prix Bedeis causa ne serait pas non plus compromise. De plus, les amateurs de BD québécois pourraient jouir, en plus de la présence d’auteurs invités du FBDF, de celle de ceux habituellement invités par les grands distributeurs de BD et dont les stands seront à proximité. Un autre bris avec la tradition : les amateurs de BD devront cependant débourser un droit d’entrée de deux dollars pour pénétrer dans l’enceinte du Centre des congrès de Québec.

Il y a évidemment disproportion entre l’organisation du SILQ et celle du FBDF et le risque demeure que cette dernière se fasse absorber. Encore une fois, les organisateurs se veulent rassurants en rappelant qu’il s’agit moins d’un mariage de raison que d’une opération de synergie pour les deux organismes. Nul doute également que la tenue du Festival dans une enceinte publique et culturelle facilitera l’injection de deniers publics pour assurer sa pérennité. Par conséquent, la pression sur les organisateurs, tous bénévoles, devrait être moindre et la logistique devrait s’en trouver améliorée. À ce sujet, le FBDF sera doté en 2005 d’une permanence (pignon sur rue avec un responsable).

À suivre....

Voir en ligne : Festival de la BD francophone de Québec

(par Le Bédénaute)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?