Le Grand Mort : T1 Larmes d’abeille, par Loisel, Djian & Mallié - Vents d’Ouest

28 novembre 2007 0
  • Annoncé à Angoulême, Loisel nous livre enfin le premier tome de sa nouvelle série, qui louvoie entre poésie et héroïc-fantasy. Sorti conjointement avec le 3° {Magasin Général} et l'attendu 6° opus de la {Quête de l'Oiseau du Temps}, cet album devrait rencontrer le succès qu'il mérite pleinement !

Préparant une maîtrise en sciences-éco, Pauline compte passer une semaine dans la Bretagne reculée pour bûcher ses derniers examens. Mais la ‘deuch’ qu’elle a empruntée tombe en panne d’essence juste devant chez Erwan, à 20 km de tout village. Solitaire, ce dernier est un métis du genre placide, et vit simplement, entouré d’objets étranges qui évoquent le petit peuple. Il prépare en réalité un voyage dans un monde parallèle féerique, où sa venue doit contribuer à rééquilibrer quatre clans qui s’opposent. Ignorant ces détails, Pauline avoue son scepticisme face à ces « sornettes », mais sa curiosité la pousse à transgresser les règles, et à suivre la voie d’Erwan. Elle ignore, alors, que sa témérité sera pour elle le point de départ vers un autre univers, un autre espace-temps, où toute sa vie et ses principes vont basculer...

Le Grand Mort : T1 Larmes d'abeille, par Loisel, Djian & Mallié - Vents d'Ouest

Sans avoir la prétention de se hisser à la hauteur de Peter Pan, Le Grand Mort possède pourtant la plupart de ses attraits principaux : des héros contrastés, mais attachants, une grande part de rêve ancrée dans un réel bien tangible, de la poésie, une quête et de superbes décors. Le début de l’aventure peut sembler lent, mais il s’agit bien d’imprimer un rythme patient au lecteur : on se laisse alors bercer par l’inimitable talent de conteur de Loisel, assisté par JB Djian [1]. Les deux points fort de ce tome introductif sont les différences de caractère entre un Erwan mesuré et une Pauline exubérante qui entraînent de savoureuses situations, ainsi que la découverte de ce monde enchanteur, qui doivent beaucoup aux fantastiques couleurs de François Lapierre.

A tout seigneur, tout honneur, il faut reconnaître le réel talent de Vincent Mallié. Après l’Arche et le succès des Aquanautes, il franchit ici un pas décisif de sa carrière. Malgré des visages trop lisses, ou parfois caricaturaux, il jouit d’une grande inspiration pour nous faire découvrir les arcanes de ce nouveau monde. Bien entendu, la présence et l’expérience de Loisel sont omniprésentes, tant au niveau des décors que des personnages humanoïdes, mais on sent le ’jeune’ auteur prêt à en découdre pour relever les défis de cette série, les premiers pas étant effectivement fort prometteurs. Le tout sera de voir la vitesse à laquelle les prochains tomes sortiront !

Pour ceux qui voudraient s’aventurer plus loin dans cette histoire emplie de fraîcheur, un beau tirage de tête de 80 pages comprend la totalité des planches N&B. Il est augmenté de textes et d’une multitudes de dessins inédits vous expliquant comment est né le projet, quelles ont été les sources d’inspiration, et la manière dont a travaillé le trio …

Tels des collégiens habitués à faire l’école buissonnière, ce groupe d’auteurs, confirmés ou non, a pu se rassembler autour de Loisel pour nous offrir un très joli conte initiatique. D’une grande cohérence artistique, ce premier tome mêle habilement poésie et psychologie dans une œuvre à l’encontre des préjugés et de la xénophobie.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Voir l’interview vidéo de Régis Loisel

Commander le premier tome du Grand Mort sur Internet
Commander le tirage de tête sur Internet

[1Lancé dans le métier de scénariste par Loisel qu’il rencontre en 1987, on lui doit notamment Tard dans la Nuit, Fatal Jack, Galathéa et Fleurs Carnivores.

  Un commentaire ?