Le Guide du Mauvais père, T3 - Par Guy Delisle - Delcourt Shampooing

10 janvier 2015 0 commentaire
  • Alors qu'il vient de publier le troisième tome de son "Guide du Mauvais père" (en constante progression), le fauve d'or d'Angoulême 2012 réagit à sa façon à l'attentat Charlie Hebdo, lui qui a vécu dans des pays sous régime totalitaire, et dont le projet de film a été annulé à cause des pressions exercées.

C’est dans cette actualité troublée que vient de sortir ce mercredi le troisième du Guide du Mauvais Père de Guy Delisle. Après son Fauve d’or en 2012 pour le dernier de ses voyages d’immersion en pays en guerre ou soumis à l’oppression, l’auteur canadien avait étonné en se concentrant sur la chronique douce-amère d’un père qui montre le mauvais exemple à ses deux enfants.

Le troisième tome de cette compilation de sketches familiaux vient de paraître. Et si Delisle tombait parfois dans la caricature dans le premier opus, il est parvenu à affiner son ton pour viser juste à chaque fois. Les scènes paraissent très authentiques, voire autobiographiques, mais délivrent également à chaque fois un message destiné autant aux parents qu’aux enfants lecteurs. Le format de deux dessins par page, le style épuré et la fausse naïveté qui s’en dégage permettent à un très large public d’aborder et de s’intéresser ce livre drôle, le rendant aussi universel qu’intéressant.

Le Guide du Mauvais père, T3 - Par Guy Delisle - Delcourt Shampooing

Les lecteurs qui découvriront Guy Delisle par le biais de ces dernières nouveautés s’étonneront peut-être d’une série de quatre albums qu’il y a réalisés précédemment, et dont le dernier lui a permis de recevoir le convoité Fauve d’or au FIBD d’Angoulême 2012. Cette récompense, il la devait à son analyse des pays traités dans ses livres (La Corée du Nord, le Myanmar, la Chine et Israël), le ton décalé et son dessin aussi abordable que sensible.

L’adaptation cinématographique du premier de ces "voyages", Pyongyang, a récemment fait l’actualité car la production a définitivement jeté l’éponge face aux pressions exercées sur le film L’Interview, traitant également de la Corée du Nord.

Habitué à travailler ce sujet des pressions psychologiques sur des populations, on pouvait s’attendre à une réaction de Guy Delisle après le massacre perpétré à la rédaction de Charlie Hedbo, celle-là même qui l’avait accueillie quelques années plus tôt.

Son dessin est à son image : sobre, dans la narration et l’opposition à toute pression exercée. Ne pas s’arrêter, jamais.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?