Newsletter ActuaBD

Le Janitor – T1 : L’Ange de Malte – par Sente & Boucq - Dargaud

  • Action, suspense et politique sont au rendez-vous de ce thriller atypique signé par deux auteurs reconnus: Yves Sente et François Boucq.

Assurant la sécurité des émissaires papaux lors de « voyages spéciaux », Vince est récompensé pour son talent et son efficacité en accédant à une cellule très spéciale des services secrets du Vatican. Il devient ainsi un des douze Janitores, les « gardiens » de la survie de l’Église catholique.

Suffisamment fermée pour être secrète, la curie romaine offre un écrin adapté à ce petit bijou qu’est Le Janitor. Le héros imaginé par Yves Sente et François Boucq n’a rien d’un enfant de chœur. Dans la première partie de l’ouvrage consacrée à une mission sur l’île de Malte, il élimine physiquement, sans état d’âme, les adversaires du Père Ornello dont il assure la protection. Vince n’est pas de bois non plus et son col romain ne le freine aucunement à vivre pleinement sa condition humaine…

Est-il séminariste ? Yves Sente nous éclaire dans l’interview accordée à Nicolas Anspach : "Vince n’est pas prêtre. Pour l’heure en tout cas ! C’est un laïc comme il y en a beaucoup au Vatican. Il porte juste le col romain en sortant de cet hôtel à Malte. Mais nous mentionnons bien, dans un dialogue qu’il se déguise. Cet astuce permet de lui éviter les excès de zèle des douaniers. Bon, c’est vrai que nous maintenons un peu le flou. Mais, dans notre esprit, il n’est pas prêtre."

Située à la frontière des cultures européennes et arabes, Malte offre ses riches décors à un excellent François Boucq. Les premières séquences donnent tout de suite le ton : l’intrigue sera captivante et le dessin à la hauteur. La poursuite dans les rues de la Vallette est digne d’un James Bond mais pour ce premier album, les auteurs trouvent l’équilibre entre action et mise en place des fondamentaux de l’histoire.

Les Janitores diffèrent des Gardiens du Sang, imaginés par Didier Convard dans INRI et le Triangle Secret. Pour le moment, la série ne s’aventure pas vers l’ésotérisme et reste plutôt réaliste en adoptant un regard plus géopolitique que théologique. Plutôt, car un zeste de fantastique s’immisce dans le récit sous les traits d’une petite fille, ange gardien de notre barbouze "clergyman".

Premier album donc très prometteur où l’on retrouve aux crayons, avec toujours autant de plaisir, le discret mais talentueux François Boucq.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Voir la bande annonce de Janitor

Commander cet album sur Internet

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Suite à achat, très déçu par la qualité des textes.
    Exemple : page 5 voix off "Leurs regards confirmaient leurs dires. c’est important." !!! ha Bon, ... de plus l’idée de déceler aurait tout aussi bien eu sa place.
    Des phrases trainant en longueur,des infos pas nécessaires au récit "US Navy/Malte", d’autres incomplètes "les Églises se vident ... faces au Mosquées" ? Ce n’est pas plutôt face aux évangélistes ?! Surprenant cet étalages de connaissance et d’innocence, on a l’impression désagréable de lire des textes écrits par un modèle d’ado à la voix en mue. Nous sommes loin des co-réalisation précédentes de Boucq.

    Je déconseille fortement.

    Thomas H

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD