Le Journal de Kanoko T1 - Par Ririko Tsujita - Pika

26 octobre 2016 0 commentaire
  • Kanoko a un hobby, celui d'observer et d'analyser les gens qui l'entourent de façon méthodique. Collégienne, elle trouve tout le loisir de pratiquer son art au sein de son milieu scolaire. Une règle d'or s'impose dès lors à elle : la solitude.

En effet, afin d’éviter tout parasitage dans ses réflexions sur la nature humaine qu’elle note soigneusement dans son cahier, Kanoko se refuse à toute forme d’amitié. Le fait de changer régulièrement d’école lui facilite grandement la tâche.

Mais bientôt, celle qui aimait vivre cachée va devenir le centre d’intérêt d’un petit groupe d’élèves intrigués par son comportement atypique. Une situation qui va révéler une autre facette de la personnalité de Kanoko.

Le point fort de ce manga tient dans son héroïne dont le cynisme et la clairvoyance s’avèrent redoutables. Kanoko n’a rien de la fille naïve et innocente régulièrement mise en avant dans les shojo. Ici, les vérités sur les travers de chacun sont lancées au visage sans ménagement sans toutefois sombrer dans le moralisme. Il s’agit juste d’un constat devant lequel Kanoko place ceux qui la cherchent un peu trop. Elle ne se considère jamais comme une justicière ou une donneuse de leçon, mais ses paroles pertinentes et parfois cruelles font toujours mouche. Ce qui peut être assez jouissif pour le lecteur.

Si une telle personne n’a aucune chance de se faire apprécier dans la vie réelle, Kanoko attire pourtant à elle trois camarades qui semblent avoir décelé sa faille. Car la jeune fille n’a pas toujours été aussi dure, mais les expériences passées ont su forger son caractère. À travers ses observations et le prisme de l’école, certaines dérives de la société et les effets parfois vicieux qu’elles engendrent sont dénoncées.

Bien que l’héroïne soit surprenante, nous demeurons dans un shojo et pour le moment, les amis de Kanoko répondent aux critères de base sans offrir de grande originalité. Entre le grand brun ténébreux un peu hautain mais collant, la jolie copine un peu idiote et amoureuse du premier et le petit blond dynamique et jovial, amoureux de la seconde, cela ne vole pas très haut. Bien sûr, on peut aussi voir dans un tel choix une forme de moquerie envers les préceptes du shojo de la part de l’auteur.

Toujours est-il que le mérite de ce trio consiste surtout à accepter Kanoko pour ce qu’elle est, et il sera intéressant de voir leur relation évoluer dans leurs prochaines aventures.

Niveau dessin, là encore, les codes du shojo sont respectés dans ce qu’il a de meilleurs, comme dans ce qu’il y a de pire. Le trait, léger et délicat, permet un panel non négligeable d’expressions souvent amusantes. Toutefois, le style de Ririko Tsujita a peine à se démarquer et parait même désuet. Elle nous épargne néanmoins l’overdose de fleurs, dentelles et autres ornements pompeux propres au genre. Et quand ils apparaissent (en quantité raisonnable) c’est souvent pour servir un effet comique. Certaines pages sont très "bavardes" ce qui a tendance à être pénible surtout quand le texte se révèle répétitif à plusieurs occasions. Cela crée d’ailleurs un contraste assez saisissant avec des planches plus aérées, qui pour le coup gagnent en impact.

Cette série courte, achevée en trois tomes, peut s’adresser aussi bien aux inconditionnels de la School Life qu’à ceux recherchant un peu de nouveauté dans ce domaine, avec une héroïne qui sort des sentiers battus.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?