Le Larousse de la BD - par Patrick Gaumer - Editions Larousse

15 octobre 2004 0 commentaire
  • Alors que près de 2600 BD paraissent chaque année et que les catalogues s'allongent à l'envi, il est nécessaire d'avoir recours à des référents structurants. Les encyclopédies, les dictionnaires et les livres d'histoire sont là pour cela. Dans le domaine de la bande dessinée, le Larousse de Gaumer est un incontournable. Il sort en librairie le 14 octobre.

Avec ses 976 pages, ses 1200 illustrations et ses 2200 entrées, il est une référence indispensable pour quiconque veut se renseigner sur un auteur ou une série de bande dessinée. Ce travail de titan a déjà au moins un adepte : le directeur de la rédaction du Monde, Edwy Plenel. Dans un éditorial faisant suite à une série de dessins en une du quotidien dans laquelle l’équipée du député UMP Didier Julia en Irak prend les traits des Pieds Nickelés, des personnages créés en 1908 par Louis Forton dans L’Epatant et animés ensuite pendant près de cinquante ans par Pellos, Edwy Plenel s’offre « un « Eloge des Pieds Nickelés » (Le Monde 2 du 9 octobre 2004). Non pas les calamiteux francs-tireurs évoqués par Plantu, mais les vrais, le trio de mauvais garçons Croquignol, Ribouldingue et Filochard.

Le Larousse de la BD - par Patrick Gaumer - Editions Larousse
Les Pieds Nickelés par Plantu
(c) Le Monde

Eloge des Pieds Nickelés.

Et Plenel, évoquant Didier Julia, de faire son mea culpa : « Le journalisme doit faire amende honorable : par manque de curiosité, il loupe des personnages ». Julia en est un : « inamovible député de Seine-et-Marne », « agrégé en philosophie » (c’est un spécialiste de Fichte), passionné d’archéologie et d’Orient. Au fond, son équipée calamiteuse en Irak, c’est le fruit d’une passion. Ce qui le rend finalement, comme les Pieds Nickelés, ces escrocs qui se retrouvent toujours sans le sou, presque sympathique. Le rapport avec Julia ? C’est que le bisaïeul du député n’est autre que...Pierre Larousse, le militant républicain et libre penseur qui entreprit de faire une encyclopédie aujourd’hui synonyme de dictionnaire.

Patrick Gaumer
L’encyclopédiste de la BD. Photo : (c) D. Pasamonik

Eloge du Gaumer.

Patrick Gaumer a dû être particulièrement ravi de cet hommage indirect. Car c’est dans son dictionnaire à lui, Le Larousse de la BD, où les personnages ne manquent pas, que le directeur du Monde est allé chercher ses renseignements sur les loubards de papier. Il y a trouvé toutes les références nécessaires. Pourtant, cette nouvelle édition diffère notablement de la dernière. Intitulé « Dictionnaire Mondial de la Bande Dessinée », la précédente livraison de Patrick Gaumer mentionnait la « collaboration » de Claude Moliterni. Les deux hommes ne s’entendant plus guère et l’ancien directeur éditorial de Dargaud et fondateur du Festival d’Angoulême étant allé faire chez la concurrence un ouvrage comparable (le « BD Guide » dont nous reparlerons sans doute), le divorce s’est traduit par un changement de titre et une réécriture des entrées, peu nombreuses il est vrai, que l’ancien président de la SOCERLID s’était réservées. Coup de pied de l’âne : la notice concernant le « scénariste-journaliste-éditeur » Claude Moliterni, né le 21 novembre 1932, a disparu dans la nouvelle édition, sans doute parce qu’il a fallu faire un choix...

Il reste que ce qu’il convient d’appeler désormais « le Gaumer » est une référence de premier ordre, un outil remarquable d’érudition et de précision, pourvu d’un très intéressant supplément sur la BD étrangère (on espère cependant que les quelques contrées importantes, comme la Chine ou la Russie actuellement manquantes, seront présentes dans la prochaine édition), un ouvrage dans lequel on picore sans cesse avec une curiosité gourmande.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?