Le Maître de Benson Gate – T1 : Adieu Cadler – Par Fabien Nury & Renaud Garreta – Dargaud

13 avril 2007 0 commentaire
  • Le scénariste {{Fabien Nury}} nous avait surpris en signant {[Je Suis Légion->3219]} aux Humanoïdes Associés. Il publie aujourd’hui {le Maître de Benson Gate}, un récit se déroulant au début du siècle dernier, aux USA, et mettant en scène les deux héritiers d’un empire pétrolier. Deux hommes aux caractères différents dont les destins sont, semble-t-il, fortement liés.

Richard Benson, l’enfant prodige, fraîchement nommé avocat au barreau du Massachusetts, rentre à la maison. Ce jeune homme, qui souffre d’une légère infirmité à une jambe, est accueilli par le domestique à la gare de Boston. Sa famille a réglé les moindres détails de son arrivée : fête grandiose, et surtout une proposition en or, rejoindre le cabinet d’avocat qui travaille exclusivement pour les intérêts des Benson. Richard a pris d’autres dispositions et souhaite être libre de sa destinée. Cadler, son frère turbulant, va inciter Richard à s’encanailler avec lui, le soir même, dans une maison close. Rien de bien dérangeant, me direz-vous. Mais Richard mettra le pied dans un engrenage qui le poussera à tuer un homme.

Fabien Nury, co-scénariste du film et de la BD Les Brigades du Tigre, nous offre un récit qui fait office d’introduction à une trame que l’on imagine riche. On assiste au fil des pages à une montée en puissance vers le drame, sans pour autant posséder les éléments clefs qui nous permettraient d’avoir une idée de l’intrigue globale du Maître de Benson Gate. Aussi habile que rigoureux, Renaud Garreta avait déjà convaincu avec ses albums d’Insiders et « Opération Opium », une des nouvelles aventures de Tanguy et Laverdure. Son trait réaliste, légèrement plus noir et fouillé que dans ses précédents albums, convainc d’entrée de jeu. Garreta ne se ménage pas, et dessine, avec la même aisance et audace, les décors extérieurs et intérieurs. Le Maître de Benson Gate a de bonnes chances de devenir une des séries marquantes des éditions Dargaud. Le potentiel y est !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?