Le Musée Hergé dresse un autel à Tintin au Tibet

24 juillet 2012 9 commentaires
  • Libérez-vous de vos souffrances et ouvrez-vous à l'éveil en visitant le Musée Hergé cet été. Dans une ambiance orientale apaisée, le temple de la tintinologie vous propose de relire l'un des albums fondamentaux du reporter à la houppe au travers de quelques autels votifs. Un voyage initiatique, pour sûr.

Initiatique car, arrivé à la Gare du Midi à Bruxelles, en dépit d’une frise assez remarquable où Tintin trône en majesté en face d’une vieille locomotive et, un peu plus loin, une publicité assez laide pour le Thalys utilisant les graphismes dégoulinant de jus numérique issus du film de Spielberg, aucune indication précise pour le Musée Hergé, situé à Louvain La Neuve, une ville universitaire située à 40 minutes en train de Bruxelles. Le voyage y est direct de la Gare du Midi - station Louvain La Neuve- ou avec un petit changement en descendant à Ottignies.

Là-bas, le Musée Hergé, dirigé par Fanny Rodwell, la seconde épouse d’Hergé et sa légataire universelle et Nick Rodwell, son second époux, l’un et l’autre très versé dans le bouddhisme tibétain, ayant réussi à intéresser le Dalaï Lama au reporter belge, s’est transformé en lieu de culte où l’œuvre d’Hergé fait l’objet de méditations à travers un dédale d’objets colorés et d’évocations savantes de cet album marquant de la saga tintinienne, dans une succession d’autels votifs parfaitement à leur place dans un musée voué au culte du maître de Bruxelles.

Le Musée Hergé dresse un autel à Tintin au Tibet

C’est comme d’habitude réalisé avec soin, cette exposition temporaire se voulant militante : "Personne ne peut plus ignorer ce qui se passe au Tibet. Les nombreux actes désespérés de Tibétains ces derniers temps témoignent de cet ultime geste de protestation contre le régime chinois" peut-on lire sur Tintin.com.

Une sentence que les visiteurs sont invités à méditer, bien évidemment.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Avec Tintin au Tibet

Au Musée Hergé tout l’été jusqu’au 19 septembre 2012

Plus d’infos sur Tintin.com

Infos pratiques et accès

En médaillon : Dessin d’Hergé issu de Tintin au Tibet

Dessins et photos (c) Moulinsart

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Contrairement à d’autres albums d’Hergé ("Le lotus bleu", "Le sceptre d’Ottokar" ou "Tintin et les Picaros"), "Tintin au Tibet" ne véhicule aucun message politique. Pas une seule fois la Chine ni son invasion du Tibet ne sont citées dans l’album, paru pourtant dix ans seulement après l’évènement. N’est-ce pas trahir un peu ce chef-d’oeuvre, qui est d’abord un hymne à l’amitié, en en faisant une sorte de manifeste pour l’indépendance du Tibet ?

    Pas plus au Tibet qu’ailleurs, la colonisation n’est supportable ni ne se justifie. Mais la fascination qu’exerce le bouddhisme sur certains occidentaux leur fait peut-être idéaliser l’ancien Tibet, dirigé d’une main de fer par le dalaï-lama. Les défenseurs de la laïcité, prompts à s’insurger contre l’islamisme qui menacerait les droits de l’homme à la suite du printemps arabe, ne devraient-ils pas également se souvenir que le Tibet, avant l’invasion chinoise, était une théocratie ? 95% des terres appartenaient au clergé et à l’aristocratie, et le servage était encore légal... En 1950 !

    Répondre à ce message

    • Répondu par lebon le 24 juillet 2012 à  14:26 :

      J’invite toutes personnes à aller visiter ce superbe musée facile d’accès. En dehors de toutes les polémiques stériles et autres fabrications de nouveaux génies paletophiles, le musée Hergé est pour moi une réussite totale et un régal pour l’amateur de planches et dessins originaux.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 25 juillet 2012 à  09:21 :

        Facile d’accès ? C’est à Louvain la Neuve !!!

        Répondre à ce message

        • Répondu par lebon@skynet.be le 25 juillet 2012 à  13:48 :

          Il y a même une gare à Louvain la Neuve

          Répondre à ce message

        • Répondu le 25 juillet 2012 à  14:53 :

          C’est vrai, moi je passais à Bruxelles et j’ai renoncé à aller au musée Hergé, je pensais que c’était dans la banlieue de Bruxelles mais en fait c’est plus loin, c’est pas pratique du tout. C’est comme aller à Cheverny.

          Répondre à ce message

          • Répondu par lebon le 26 juillet 2012 à  13:59 :

            Vous vous perdez facilement, rejoindre Louvain à partir de Bruxelles par le train est un jeu d’enfant, enfin bon, soit, n’y allez pas vous serez moins encombrant.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 26 juillet 2012 à  18:18 :

              Je ne me suis pas perdu, je n’y suis pas allé. Je passais à Bruxelles, je n’avais pas envie d’aller en province pour revenir à Bruxelles prendre mon train. Il aurait dû faire ce musée à Bruxelles ou sa proche banlieue, qu’on puisse y aller en tram ou à vélo.Hergé est né et a vécu à Bruxelles, il n’a aucun lien avec ce coin paumé de province, c’est idiot d’y établir un musée dédié.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Daniel Pesch le 1er août 2012 à  22:41 :

                Vous n’y ètes pas allé et vous avez raté la visité d’un beau musée... Dommage.

                Répondre à ce message

    • Répondu par Flocon le 25 juillet 2012 à  13:06 :

      N’éxagérons rien !
      Ce n’est pas parce que le dalaï Lama avait fait fermer toutes les écoles quitte à réduire à l’ignorance la population ordinaire, avait le droit de vie et de mort et de torture sur tout tibétain et que la misère réduisait l’espérance de vie des tibétains à 35 ans et qu’il dirigeait son petit monde en totalitariste que les tibétains n’étaient pas heureux.
      Le bonheur n’est pas dans l’amassement de biens, de richesses et de santé et de bien être ou de prospérité matérielle mais dans l’adoration de bouddha !

      Répondre à ce message