Newsletter ActuaBD

Le Passeur – T1 : Les Orphelins du Reich – Par Verelst & Bingono – Paquet

2 juillet 2008 0 Albums par Olivier Wurlod
🛒 Acheter
  • Se déroulant durant la Deuxième Guerre mondiale, {Le Passeur} de Pierre-Paul Verelst se consacre à la Suisse et ses rapports ambigus avec l'Allemagne nazie. Une belle histoire qui redore un peu le blason de la nation à la croix blanche.

Acculé financièrement, le pilote suisse Richard Stoltz parvient toutefois à négocier avec sa banque et gagne un sursis de six mois avant de se faire saisir son avion, sa seule source de revenus. Mais comment gagner de l’argent en 1940, en pleine guerre mondiale et dans un pays encerclé par l’ennemi ? La solution est aussi simple que risquée : transporter l’or des généraux nazis vers les banques suisses. Mais le pilote helvète profite de ces voyages pour remplir ses cales d’une marchandise bien plus précieuse que n’importe quel lingot d’or !

Le Passeur – T1 : Les Orphelins du Reich – Par Verelst & Bingono – Paquet

Le sujet de la fuite des capitaux allemands volés aux juifs et transportés vers les banques suisses durant la guerre de 39-45 a été maintes et maintes fois traité. Le Passeur aurait donc pu être une Xème histoire, passablement rébarbative sur cette thématique. Mais c’était sans compter le talent scénaristique de Pierre-Paul Verelst qui est parvenu à nous concocter un beau récit historique sur cette période bien sombre de l’histoire suisse. Son personnage, Richard Stoltz, est particulièrement intéressant, car il est l’image de la Suisse de cette époque : collaboratrice sur certains aspects, mais dissidente sur bien d’autres.

Au dessin, on trouve le jeune dessinateur Brice Bingono. Dans l’ensemble, il nous offre un trait de grande qualité et des planches au découpage réussi (surtout ses scènes de bataille aérienne au-dessus de la Manche). Malheureusement, on doit émettre un bémol sur son travail, car on sent un véritable relâchement dans les dernières pages et cela principalement sur les personnages de second plan.

Malgré cette sensation désagréable de travail bâclé sur la fin, on ne peut remettre en cause la grande qualité de ces Orphelins du Reich et on attend avec grande impatience le prochain tome, conclusion de cette belle histoire.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet

À noter l’existence d’une édition collector en noir et blanc, tirée à 1500 exemplaires par les éditions Paquet.

 
Newsletter ActuaBD