Le Photographe - T3 - Par Guibert, Lefèvre et Lemercier - Dupuis

25 février 2006 1 commentaire
  • Ce troisième album du {Photographe} témoigne de la qualité d'une œuvre exemplaire. {{Emmanuel Guibert}} a traduit, grâce au langage narratif propre à la bande dessinée, les souvenirs et impressions du photographe {{Didier Lefèvre}} lors de l'un de ses voyages. Et pas n'importe lequel : celui où il a couvert une mission de Médecins Sans Frontières chargée de se rendre dans une région reculée de l'Afghanistan, en 1986, alors que ce pays était en guerre avec les Soviétiques.

Le dessinateur nous a confié dans une interview que le triptyque du Photographe contenait la substance d’un documentaire et que le vécu de Didier Lefèvre était un vecteur de compréhension pour le lecteur. Ces deux éléments résument parfaitement la richesse d’un récit qui n’omet aucun détail, des plus flatteurs aux plus fâcheux.

Dans ce troisième album, le photographe quitte la mission pour rejoindre la frontière, et retourner en France. Il apprend à s’assumer, avec hésitation, malgré la fatigue et la maladie, dans ce pays si différent du sien.
Il s’en va accompagné par des guides peu fiables, qui n’hésiteront d’ailleurs pas à le racketter, puis l’abandonneront. Le photographe franchira seul un col. Il restera bloqué dans cette ascension, réalisée en solitaire, par la neige et la perte constante de ses bagages [1]. Il y restera immobilisé, la nuit, abandonné de tous. Le photographe pensera voir ses dernières heures arrivées. N’hésitant pas à photographier, en contre-plongée, son cheval ou la montagne. Histoire de donner un ultime témoignage sur ses conditions s’il venait à trépasser.

Cette scène, sans doute la plus forte de l’album, est judicieusement mise en images, en ombres chinoises, par Emmanuel Guibert. Les couleurs grisâtres et simples de Frédéric Lemercier sont en parfaite osmose avec le style du dessinateur et permettent d’amener avec finesse et intensité les photographies de Didier Lefèvre.

Ce témoignage est bien plus qu’une simple bande dessinée, tellement le sujet est traitée avec subtilité, simplicité et élégance. Ce livre, qui doit faire partie des bibliothèques idéales, est à conseiller à tous ceux qui n’ont pas encore pris conscience que la BD peut parfois fournir autant d’émotions, de sensibilités, d’apports culturels et d’invitations à la réflexion que des romans ou des films réussis. Une œuvre majeure que l’on regrette de quitter en refermant l’album.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lien vers le site officiel du Photographe

Commander ce livre sur Internet

[1On n’apprend pas en un tour de main à fixer correctement ses bagages sur des mules ou des chevaux.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Un album fort, comme les deux précédents... A faire lire à ceux qui croient encore que la BD se résume à des histoires d’héroïc fantasy pour ados attardés, ou à des gags de "gros nez" !
    Je le rangerais à côté de Maus et de Persepolis si les formats n’étaient pas aussi différents !

    Il y a dans ce récit un accent de vérité que le plus chevronné des scénaristes ne pourrait pas rendre. Et pour cause : il y a des évènements qui ne s’inventent pas. Et n’oublions pas l’humour qui permet de temps en temps de faire retomber la tension.

    J’ai refermé ce 3ème album avec regret, comme quand on quitte des amis que l’on ne reverra pas avant longtemps.

    Répondre à ce message