Le Régulateur - t. 2 Hestia - Corbeyran et Moreno - Delcourt : Néopolis

1er juin 2004 0 commentaire
  • Deux ans et demi après un premier tome flamboyant, Corbeyran et Moreno reviennent avec un second tome du {Régulateur}... Science-fiction et Steam punk sont toujours au rendez-vous.

Aristide Nyx est un Régulateur, c’est-à-dire qu’il est payé par contrats - tout ce qu’il y a de plus légaux - pour éliminer ceux qui gênent ses patrons. Mais voilà que les enjeux de son dernier contrat sont moins clairs qu’il n’y paraît... et qu’Ambrosia, celle qui a trahi Nyx et son frère siamois dans leur enfance, réapparaît pour lui transmettre un mystérieux cylindre qui contient de quoi faire tomber pour corruption toute l’organisation de la régulation !
Voilà pour le premier tome. Dans le second, Nyx tente de survivre à sa connaissance du terrible secret alors que tous autour de lui tombent comme des mouches. Le tout agrémenté de flash-back sur la terrifiante mais heureuse époque de l’enfance, quand son frère et lui étaient encore reliés par ce cœur qu’ils avaient en commun.

On l’aura compris, Le Régulateur n’est pas forcément la série la plus scénaristiquement originale de Corbeyran. Mais le premier tome avait su créer une vraie atmosphère. Malheureusement, le second ne fait pas beaucoup avancer l’intrigue, ou plutôt pas vraiment dans la direction que l’on attendait.
Non, le vrai intérêt de cette série est le dessin de Moreno. Il réalise des décors steam-punk à l’architecture baroque qui portent le récit et enflamme l’imagination. Quant aux personnages, ils sont magnifiques dans leurs costumes inspirés des années trente. On songe au superbe film d’Andrew Niccol Bienvenue à Gattaca. Pourtant là encore, on sent une petite faiblesse dans ce second tome.

Espérons que les auteurs sauront gérer le passage d’une intrigue à l’autre, de la course poursuite policière au drame psychologique... et que cette série qui promettait tant avec Ambrosia, son premier tome, se remettra d’un second album plutôt transitoire.

(par Martin Grillard)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?