Le Retour de la bondrée - Par A. de Jongh - Dargaud

2 mars 2016 0 commentaire
  • Un roman graphique sur la culpabilité et la résurgence de démons enfantins que l’on croyait enfouis. Une vraie réussite graphique.

Simon a hérité de son père une librairie, mais elle se porte extrêmement mal. La logique voudrait qu’il la vende, mais il ne peut s’y résoudre, ne voulant pas liquider l’héritage paternel. Un soir, Simon assiste, impuissant, au suicide d’une femme qui se jette sous les roues d’un train. Cela fait ressurgir un drame survenu dans son enfance. Son meilleur ami, Raoul, était victime de harcèlement de la part de petits caïds de l’école. Un jour, Raoul vint avec un pistolet, emprunté à son frère militaire, pour tuer ses agresseurs. Simon essaya de l’en dissuader, mais au cours de la dispute, Raoul tomba du toit et se tua. La police conclut au suicide et Simon ne dit pas ce qu’il avait vu, dans le but de renforcer la culpabilité des harceleurs de Raoul.

Le Retour de la bondrée - Par A. de Jongh - Dargaud

Le choc du suicide auquel il a assisté fait revenir à la surface le traumatisme enfantin, une culpabilité en appelant l’autre : aurait-il pu sauver la femme sur les rails ? Aurait-il dû innocenter les deux caïds et leur enlever un poids qui les a probablement poursuivis toute leur vie ? Une jeune fille, Regina, apparaît de manière étrange et va aider le libraire à retrouver une certaine sérénité, en dépassant la culpabilité dans laquelle il s’était emmuré.

La construction narrative, alternant les scènes d’enfance et d’âge adulte, est parfaitement maitrisée. Le propos, à la fois onirique et émouvant, est très bien traité. Mais la force de cet album réside surtout dans son graphisme. Le dessin est extrêmement précis et réussi et le noir et blanc d’une grande élégance.

L’ensemble retranscrit de manière très sensible des atmosphères intimistes, et ce sont surtout ces paysages et ces ambiances que l’on retiendra de cet album, notamment ses passages muets consacrés au vol des oiseaux, la passion de Simon.

La jeune dessinatrice Aimée de Jongh a reçu pour cet album le prix Saint-Michel de la meilleure bande dessinée néerlandophone, et l’on attend avec impatience sa prochaine œuvre, qui mariera son talent graphique et la maîtrise scénaristique de Zidrou.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?