Le Royaume T1 - Par Benoît Feroumont - Dupuis

18 septembre 2009 23 commentaires
  • Ca n’est pas tous les jours que l’on peut saluer l’arrivée d’une nouvelle série grand public vraiment réussie. Sonnez trompettes, résonnez tambours, voici {Le Royaume}, un grand cru du genre !
Le Royaume T1 - Par Benoît Feroumont - Dupuis
"Wondertown", deux petits albums et puis s’en va
Couverture du tome 1 © Feroumont - Vehlmann - Dupuis

Injustement passée inaperçue, la série Wondertown que Benoît Feroumont anima avec Fabien Vehlmann de 2000 à 2006 ne manquait pourtant pas de qualités… Elle racontait la vie d’une bande d’enfants abandonnés et leur art de la débrouille dans une ville qui évoquait le New York de la prohibition. Pétaradante et dynamique, la série ne connut pourtant que deux albums, faute de succès. Peut-être à cause de couvertures un peu ternes ou des couleurs grisonnantes ? Toujours est-il qu’une poignée de mois plus tard, Feroumont rebondissait en solo, avec un nouveau projet aux couleurs chaudes et lumineuses cette fois : Le Royaume.

Venu du monde du dessin animé, Feroumont en a gardé le goût (et la pratique !) d’un dessin vivant et dynamique. Entre ses planches de bandes dessinées, ce jeune quadragénaire est actif dans le domaine de l’animation (comme réalisateur ou simple animateur). Outre des travaux publicitaires, on lui doit récemment le court-métrage Dji vou veu volti (Je vous vois volontiers, une manière élégante de déclarer sa flamme en patois liégeois), dont l’univers médiéval a inspiré la bande dessinée Le Royaume.

Un extrait du "Royaume"
© Feroumont - Dupuis

Fer de lance de la dernière mouture de Spirou, la série est une grande réussite. Le Royaume a le rythme endiablé des meilleurs créations des studios Pixar. Non seulement on (re)découvre un dessinateur extrêmement expressif, complètement à l’aise dans le mouvement, mais en plus le format album révèle la cohérence des histoires courtes parues dans Spirou. Dans un univers féodal plus proche du sitcom que de Johan & Pirlouit, Feroumont anime une petite brochette de personnages attachants, grâce à des dialogues particulièrement savoureux. Du roi de pacotille, aux oiseaux narrateurs qui répondent en chœur, en passant par la jeune servante éjectée du château par une reine jalouse, tout est en place dès le premier album. C’est généralement la marque des futures grandes séries. A ne pas manquer donc.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
23 Messages :
  • Que d’éloges ! "Le rythme endiablé des meilleurs création des studios Pixar", vous n’y allez pas avec le dos de la cuiellère ! A comprendre donc que cela vaut la nomination à l’Oscar du meilleur scénario comme pour le film "les Indestructibles" ? (un chef d’oeuvre)
    Il faut raison garder ! Les films Pixar dont vous utilisés l’aura dorée pour qualifier cette bd, se traduisent avant tout par une grande qualité d’image.
    Dans cette bd l’auteur use et abuse des copier/coller pour les décors (quand il y en a) et cela fait très mal aux yeux. On se retrouve avec des pages entières sans aucun dynamisme, sans aucune variation de plans.
    Certes il dessine très bien les expressions, mais cela ne suffit pas.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Morgan Di Salvia le 20 septembre 2009 à  17:47 :

      Je ne suis pas d’accord votre idée d’abus de copier/coller des décors. Une bonne bande dessinée n’a jamais eu besoin de décors exceptionnels pour être réussie (l’exemple de Peyo me vient en tête). En ce qui concerne mon rapprochement avec Pixar, je souhaitais attirer l’attention sur le fait que Feroumont (comme ces fameux Studios) allie de grandes qualités graphiques (dans le mouvement, les expressions, le comique visuel) à un talent de scénariste qu’on ne lui connaissait pas encore. Ensuite, il faut faire la part des choses entre le travail en solo d’un auteur de bande dessinées et les réalisations d’un studio d’animation (qui regroupe des dizaines de dessinateurs et scénaristes). Ca n’était visiblement pas clair dans mon propos.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 septembre 2009 à  15:07 :

        Les schtroumpfs vivent dans un univers minuscule, c’est donc normal de ne pas voir des décors prodigieux. L’absence de décors dans une bd ne me choque pas. J’aimais beaucoup Wondertown qui est très vide à ce niveau-là. Néanmoins ce qui me choque dans le copier/coller c’est la répétition des plans. Aucune variation. On peut utiliser l’ordi sans sombrer dans la facilité (appelez cela le talent si cela vous chante), prenez l’exemple de Tamara, dessiné à l’ordi et pourtant ça vit, ça bouge ! Là est le dynamisme, le vrai, dans la variation des plans, pas uniquement dans les mimiques !!!

        Répondre à ce message

        • Répondu le 21 septembre 2009 à  23:16 :

          prenez l’exemple de Tamara, dessiné à l’ordi et pourtant ça vit, ça bouge !

          Pas du tout d’accord avec vous, le trait de Darasse dans manga studio n’a aucun intérêt, il est mort, figé, artificiel, mais le dessin n’est guère plus intéressant.

          L’ordinateur est un outil, à l’artiste de savoir l’utiliser, comme le génial Renaud Collin dans Spirou avec "Le monde selon François", là ça bouge et c’est vivant, somptueux.

          Répondre à ce message

  • Le Royaume T1 - Par Benoît Feroumont - Dupuis
    18 septembre 2009 09:00, par Gill

    Une chose est sûre, Feroumont s’améliore d’albums en albums !

    Je n’étais pas très fan de ce premier tome, dans la prépub Spirou, à cause du dessin une peu "caoutchouc", notamment (malgré une science du mouvement typique des auteurs de cartoons) et de certains décors un peu bâclés parfois (à cette époque) (malgré une méthode intéressante de réutilisation de décors de fond qui accélère le rythme de parution et qui vient, là aussi, du dessin animé). Les couleurs, elles, sont chaudes et agréables.

    Le scénario du premier tome, découpé en chapitres, était encore moyen : plusieurs bonnes trouvailles (les oiseaux, le caractère d’Anne...), mais on sentait que l’auteur se cherchait. Le second tome (à paraître) posera les héros dans leurs caractères définitifs, et le troisième (actuellement en prépublication) commence avec bonheur : un régal !

    Quoi qu’il en soit, c’est bien mieux que "Wondertown" (trop de second degrés et de délires, malgré ce qu’en diront les fans ;-) ) !

    Répondre à ce message

  • Le Royaume T1 - Par Benoît Feroumont - Dupuis
    20 septembre 2009 19:23, par François S

    Je fais partie de ceux qui aiment bien "le Royaume", dès le 1er tome.
    Pourtant, je suis plutôt défenseur de la BD Franco-Belge classique d’habitude... Je suis en train de relire tous les Tif et Tondu par exemple. Je ne pense pas qu’on puisse accuser Will d’avoir bâclé ou copié-collé ses décors !
    Les pratiques de Feroumont issues du dessin animé (réutilisation des décors) ne me posent aucun probléme. Le scénario est alerte, le graphisme est agréable, les personnages sont bien campés. Et les oiseaux bavards sont une excellente trouvaille !

    Répondre à ce message

    • Répondu par horto le 21 septembre 2009 à  09:50 :

      A voir le nombre d’exemplaires déjà vendus chez mon libraire, cela pourrait être un succès de librairie dès le début, et mérité : histoire, personnages, ambiance, couleurs, ... tout concourt à une réussite.
      Et la précision dans les décors semblent aussi s’améliorer (si on peut parler ainsi) avec les histoires suivantes lues dans Spirou. Je suis adepte.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle François, lecteur-découvreur de talents le 21 septembre 2009 à  11:32 :

        J’ai feuilleté cette nouveauté Dupuis chez mon libraire et je dois dire qu’il y a quelque chose : humour sympa et dessin amusant. J’ai un certain flair pour découvrir les nouveaux talents, et je ne peux que vous inciter à jeter un oeil au Royaume (ne vous inquiétez pas, on vous rendra votre précieux organe visuel en bon état une fois la lecture terminée. Eheheheheh !°)

        Répondre à ce message

        • Répondu le 21 septembre 2009 à  14:23 :

          J’ai un certain flair pour découvrir les nouveaux talents

          Venant d’un type qui contrechie les Sfar/Trondheim/Blain et autres David B, la perle d’autosatisfaction est savoureuse.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois : Collectionneur des 20 premiers Lapin de Menu le 21 septembre 2009 à  22:26 :

            "Venant d’un type qui contrechie les Sfar/Trondheim/Blain et autres David B, la perle d’autosatisfaction est savoureuse." Vous savez lire ?? Je n’ai jamais dit du mal de ces auteurs qui sont les fondateurs d’un courant notable de la BD, mais de leur cohorte de suiveurs sans inspiration qui a suivi leurs premiers succès, diluant leur créativité dans un maelstrom de produits de la même mouvance.

            A défaut d’aller vous acheter un nouveau cerveau (ou bulbe rachidien, c’est plus petit, mais moins cher), merci d’aller lire si vous etes radin le livre Plates Bandes de Menu qui dénonce les multiples tentatives de récupération, imitations et contrefaçons dont font l’objet les créateurs historiques de la nouvelle BD française, tous issus de Lapin.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 21 septembre 2009 à  23:54 :

              Oh ! mais c’est que vous vous dégonflez monsieur Pincemi, vous avez beau changer de pseudo, on se souvient de vos écrits.

              Répondre à ce message

        • Répondu le 21 septembre 2009 à  15:11 :

          "J’ai feuilleté cette nouveauté Dupuis chez mon libraire et je dois dire qu’il y a quelque chose : humour sympa et dessin amusant. J’ai un certain flair pour découvrir les nouveaux talents, et je ne peux que vous inciter à jeter un oeil au Royaume (ne vous inquiétez pas, on vous rendra votre précieux organe visuel en bon état une fois la lecture terminée. Eheheheheh !°)"

          0_0 Gné ?

          Je l’ai feuilleté et je l’ai reposé. Je dois dire que j’ai un certain talent pour voir ce qui marche, ne marche pas. En fait je suis un peu le prince de la bd, je fais et défais les carrières.

          Merci pour votre message à caractère publicitaire et aucunement constructif ;)

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois : sympa, mais y’a des limites.... le 21 septembre 2009 à  22:55 :

            Encore un ane onime bien planqué derrière l’absence totale d’identité (peut etre ID 00000009ZERO), beau courage !!
            Sâchez que j’ai acheté les premiers Echo, Fluide, Métal et aussi cela va vous sidérer car je pense que vous n’en avez jamais entendu parlés, les premiers Mormoil, Tousse-Bourrin, Un regard moderne, Havane primesautier, Bananas, Surprise, etc.

            J’ai donc une longue expérience de lecteur de BD ; je n’ai jamais mélangé les torchons aux serviettes, chose que font parfois les éditeurs qui disposent d’une ou deux locomotives à qui ils raccrochent de multiples wagons, et aussi de nombreux journalistes sans parler des multiples attachés de presse, de comm, etc.

            Dans le cas du Royaume, j’ai lu les deux premières pages de ce livre, et je me suis dit : "je l’offrirai à Noêl à un de mes neveux" (aprés l’avoir lu, bien sur !!). Bien sûr, je suis un spirouphile de la première génération, mais je ne suis pas salarié de Dupuis. Donc j’exprime ma simple approbation, ne vous en déplaise, monsieur le défenseur de la pensée unique d’ane onime ?

            Répondre à ce message

            • Répondu par Alex le 22 septembre 2009 à  00:01 :

              Héhé, vous m’amusez Onc’... On a déjà discuté par ailleurs de nos acquisitions qq peu antiques de bd (Mormoil, Surprise, etc...) Mais "Bananas" ?! Inconnu au bataillon pour moi, c’était quoi et qui et quand ?

              Répondre à ce message

              • Répondu par Oncle Francois : Collectionneur expert de BD ! le 22 septembre 2009 à  21:57 :

                Cher Alex, je vois que vous êtes un des rares visiteurs de ce forum à témoigner d’une réelle ouverture d’esprit qui vient trancher avec la vulgaire bétise des commentaires des anes onimes, nombreux sur ce site. Donc je me ferai un plaisir de vous répondre :

                Bananas (première série , car il y en eut trois, toutes très brêves ; de mémoire, l’animateur est un certain Blanchard, Blanchet ou Blanquette. La première salve est sortie en 1981 d’aprés le BDM, on y trouvait entre autres Freddy Lombard (publication presse du premier Freddy Lombard, et oui mes jeunes neveux incultes !!), mais aussi des classiques du comic strip dont le fameux Johnny Hazard de Frank Robbins.

                Répondre à ce message

            • Répondu le 22 septembre 2009 à  01:13 :

              Comment monsieur François Pincemi peut-il penser qu’il est sympathique alors que personne ne peut le blairer, lui et ses avis péremptoires totalement à côté de la plaque. Etonnant d’avoir aussi peu de recul sur soi-même.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Oncle Francois : Collectionneur expert de BD ! le 23 septembre 2009 à  11:45 :

                Libre à vous de me trouver sympa ou pas, je n’essaie pas de faire partie du club des Bisounours !! Actua-BD est un forum où l’on discute de BD : on donne son point de vue en toute courtoisie, on peut aussi donner des compléments d’informations précieuses, ce que je fais lorsque la question est formulée poliment et lorsque ma mémé-moire (clin d’oeil "fredien" pour le neveu Alex qui comprendra !°)me le permet.

                Pour le reste : il y a beaucoup de BD qui sortent, mais il y en a peu d’excellentes. J’ai feuilleté le livre de Feroumont (en lisant ses premières pages), ce que j’ai vu m’a bien plu. Est-ce un mal que de le dire ?? Il me semble normal d’encourager les jeunes auteurs lorsqu’ils montrent du talent et de l’humour, en ces temps de sinistrose et de récession.

                Répondre à ce message

            • Répondu le 22 septembre 2009 à  11:22 :

              Spirouphile qui ne lit pas Spirou ? :D
              Je vois que vous aimez bien lire le début. les premiers numéros de Fluide, Bananas, etc..., les premières pages du Royaume, mais lisez-vous la fin ?
              Sans doute que non, vous vous dites Spirouphile, mais si vous lisiez encore Spirou peut-être auriez-vous déjà lu Le Royaume.
              Vous feuilletez, vous accumulez les avis sans avoir lu. Le syndrome du zapping, l’illusion de tout voir, de tout connaitre sans jamais approfondir ;)

              Répondre à ce message

              • Répondu par Oncle Francois : Collectionneur expert de BD ! le 22 septembre 2009 à  22:11 :

                Spirouphile n’a jamais signifié"lecteur assidu du début à maintenant du journal Spirou", mon jeune ami. Cela veut juste dire que j’ai beaucoup apprécié la lecture de cet hebdo dans ma jeunesse où il est vrai, on était moins sollicité par la télévision, les jeux vidéos et la musique pop rock tekno.

                J’ai profité des revenus de ma vie professionnelle (clerc de notaire, principalement) pour compléter mes collections dans les années soixante, où à la limite, le papier se vendait au prix du kilo (notamment en Belgique), ce qui me permet de disposer d’une collection complète de Spirou de 1938 à 1969 environ. La période Martens est vite apparue comme une régression pour un érudit de la première heure comme moi, habitué à la verve et à la créativité d’un Yvan Delporte (à qui l’on vient enfin de rendre un hommage bien mérité). Et je me suis ensuite plus reconnu dans Pilote et les mensuels adultes qui apparurent à sa suite (l’echo, Fluide, Métal, etc), cela constituait une petite révolution à l’époque, je vous prie de me croire.

                Je terminerai par une dernier conseil amical : allez donc lire (ou relire, mais je me pose la question...) les livres de messieurs Filippini, Moliterni, Gaumer et cie, il s’agit d’excellents ouvrages de références sur la longue histoire de la BD, fort instructifs pour les lecteurs débutants qui n’ont pas vécu vcette période agitée. Votre gentil Oncle François !

                Répondre à ce message

                • Répondu le 23 septembre 2009 à  08:23 :

                  On dirait le discours de Pincemi. C’est navrant. On parle d’une bd qui vient de sortir, il nous parle des titres de sa jeunesse et en profite pour nous dévoiler sa profession. Petit à petit on rentre dans sa vie. C’est ça internet aujourd’hui. C’est n’est plus un débat d’idées, mais de personnalités. Le verbe ne vaut plus. Seules les pseudo argumentations spécieuses concernant la taille (de la collection bien sûr, on rentre dans l’intimité mais pas à ce point-là) prévalent sur tout autre jugement.
                  J’ai lu ça ça et ça donc j’ai la qualité nécessaire pour me permettre d’avoir un jugement sur une oeuvre que je n’ai pas lue. Voilà en gros un résumé de votre discours. Ridicule.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par horto le 23 septembre 2009 à  17:56 :

                    Je crois que le plus navrant, c’est d’utiliser cette fonctionnalité (laiser UN commentaire) pour le transformer en un forum/débat personnel qui n’a plus rien à voir avec le sujet. Nul et non avenu. Si vous pouviez vous en passez la prochaine fois, merci pour le pauvre lecteur qui vient de subir vos échanges.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 23 septembre 2009 à  20:40 :

                      François Pincemi est le vrai nom de Tullius Détritus le romain semeur de zizanie dans l’Astérix du même nom, alors évidemment ça s’envenime...

                      Répondre à ce message