Le Scorpion - T8 : L’Ombre de l’Ange - Par Desberg & Marini - Dargaud

8 janvier 2009 0 commentaire
  • La série n'a rien perdu de sa verve feuilletonesque. Manipulations et jeux de dupes articulent ce huitième opus.

Le pape Trebaldi manque d’argent pour payer ses moines. La révolte est aux portes du Vatican. Trebaldi ne la craint pas. Il attend un coffre d’or du Roi de France qui lui permettra de faire rentrer ses soldats dans le rang et de continuer à régner d’une main de fer sur Rome. Mais autour de lui, chacun complote. Le choc est inévitable…

"Il y a pire derrière Trebaldi" nous confiait Stephen Desberg dans l’interview accordée à notre partenaire France5.fr. Car derrière l’homme devenu pape, se trouvent les neuf familles qui "saignent le monde et s’abreuvent des richesses qu’il produit". Tel un jeu d’échecs, chacun élabore sa stratégie et ce, pour des raisons différentes : soif d’argent et de pouvoir pour les uns ; amour et jalousie pour les autres.

Desberg rend certains personnages secondaires plus charismatiques, comme par exemple Nelio Trebaldi ou Marie-Ange de Sarlat. Parallèlement, il ébranle la certitude acquise lors de l’épisode précédent, à savoir la filiation du Scorpion avec Trebaldi. Le scénariste aime brouiller les pistes dans cette série trépidante.
Le Scorpion - T8 : L'Ombre de l'Ange - Par Desberg & Marini - Dargaud
Avec panache, élégance et sensualité, Enrico Marini illustre les tumultueuses aventures du Scorpion. Très bien documenté, l’auteur nous gratifie de magnifiques décors aux couleurs directes. Superbe !

Que ce soit par le Scorpion à la fin du tome 7 ou par lui-même à la fin de cet opus, l’infâme Trebaldi l’affirme : "il ne trouvera jamais la paix" tant que le conflit entre les deux hommes ne sera pas définitivement réglé.

Ceci n’est pas pour nous déplaire.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?