Le Voyage des Pères T 1 : « Jonas » - Par David Ratte – Ed. Paquet

28 septembre 2007 1 commentaire
  • David Ratte, dans son {Voyage des pères} a choisi de prendre un peu de distance avec l’histoire biblique telle qu'elle nous est rapportée par le Nouveau Testament. Mais ici, ce n'est point des Pères de l'Église qu'il s'agit, mais bien de leurs papas.

L’histoire de ce premier tome (sur deux) se situe au début de l’ère chrétienne. Jésus de Nazareth a alors une trentaine d’année et ses actions commencent à se répandre en Orient. Jonas, simple pêcheur, vit heureux de son métier , aidé par ses fils Pierre et André. Mais voilà qu’un jour ce fameux Jésus se pointe, puis se tire avec ses deux fils totalement envoûtés après une partie de pêche miraculeuse. Poussé par une mère folle d’inquiétude de voir ses fils tomber sous le joug d’une éventuelle nouvelle secte, Jonas est plus ou moins contraint de partir à leur recherche. En chemin, il rencontre d’autres pères dans le même bain que lui, dont Alphée père de Matthieu et Simon, le père de Judas. Nos trois hommes se lancent donc sur les traces de Jésus afin de remettre la main sur leurs enfants et les ramener dans leur foyer.

David Ratte nous plonge donc dans une réinterprétation totalement délurée de l’histoire biblique. Cette touche d’absurdité rend son récit d’autant plus amusant. Certaines scènes sont certes un peu clichées, mais restent marrantes, comme la guérison de la belle-mère de Jonas par le Messie. Dans le même ordre d’idée, les collecteurs d’impôts (dont Alphée, le père de Matthieu) sont traités de « collabos » (clin d’œil qui assimile l’occupation romaine de celle de la Seconde Guerre mondiale). On trouve donc un constant et judicieux second degré dans cet album.

Le Voyage des Pères T 1 : « Jonas » - Par David Ratte – Ed. Paquet

D’un point de vue graphique, le trait de crayon de David Ratte tient la route. Mais on regrette parfois un certain vacillement entre dessin réaliste et humoristique. L’auteur verse aussi parfois un peu trop dans la caricature (comme son Jésus, qui apparaît comme un grand escogriffe à barbichette). Pour finir, les planches de David Ratte sont très bien mises en valeur par les couleurs de Sylvie Sabater. Cette dernière s’est judicieusement servi d’une palette de tons clairs, collant bien à l’univers proposé par l’auteur.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • je suis allée samedi à la rencontre de David Ratte au centre culturel de Leclerc à Carcassonne.
    Je ne connaissais pas son travail, j’ai découvert une bande dessinée pleine d’humour, de dérision et je me suis dit que les enfants aimeraient bien découvrir la bible de cette façon....
    j’ai rencontré unn auteur agréable et abordable, qui d’un joli trait d’aquarelle vous fait une jolie dédicace et je vais attendre le numéro 2 de sa bande dessinée " le voyage des pères".
    Je regrette de ne pas en avoir fait dédicacer pour 2 de mes petits-enfants.
    Cordialement

    Répondre à ce message