Le cinéma fantomatique de Cyril Bonin

28 avril 2012 0 commentaire
  • Conte urbain et moderne autant qu'hommage à la magie du cinéma romanesque, cet album est aussi une belle leçon d'humanisme.

Seul dans son salon. Au travail comme développeur de site web. Seul dans la rue. Seul au cinéma. Ah, le cinéma... Pour Leonid, un havre de bien-être, une immersion dans le rêve, la majesté.... Jusqu’au jour ou, à force de vivre en solitaire, il disparaît bel et bien. Tout s’enchaine alors : plus de travail, plus d’appartement, plus aucun contact. Que faire alors ? Le cinéma, encore et toujours ! Leonid (désormais invisible donc) s’invite à un tournage, et s’intéresse à l’actrice principale. Si belle, si juste, et pourtant bien sombre... Et notre cinéphile de vouloir l’aider. Mais comment établir le contact ?

Il fallait bien cette grande culture cinématographique de Cyril Bonin pour tisser une si jolie fable. Ce anti-héros seul et presque misanthrope finit par mettre sa passion au service de quelqu’un. Au passage, l’auteur distille des références en pagaille : La garçonnière, de Billy Wilder, Chantons sous la pluie (Stanley Donen et Gene Kelly), Hitchcock, la Cinémathèque de Paris... Mais c’est bien l’ombre de Capra et Lubitsch qui règne sur un scénario parfaitement maîtrisé.

Avec de belles couleurs décalées, l’ambiance onirique s’installe confortablement, tandis que sa magnétique actrice bénéficie d’un soin graphique de tous les instants. Un visage et des moues délicieuses qui auraient bien pu inspirer Bastien Vivès d’ailleurs....

L’homme qui n’existait pas, belle réussite de cette année 2012, pourra aussi aider à convaincre les amoureux du 7ème art que le 9ème vaut aussi le détour...

Le cinéma fantomatique de Cyril Bonin
©Futuropolis 2012 Bonin

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’homme qui n’existait pas - Par Cyril Bonin - Futuropolis

Commander ce livre sur Amazon.fr ou sur fnac.com

Lire également les chroniques de :
- Chambre obscure
- La belle image

  Un commentaire ?