Le grand retour des Pieds Nickelés

13 novembre 2011 10 commentaires
  • La relance des Pieds Nickelés par Richard Malka, Ptiluc et Luz (Vents d’ouest) est complètement dans l’air du temps. Nos escrocs s’attaquent désormais à des filouteries au niveau mondial. C’est réjouissant et « hénaurme ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que les lecteurs ne sont pas volés.

Les auteurs de ce nouveau Pieds Nickelés ont au moins intégré deux choses : c’est que l’image que nous renvoie la politique d’aujourd’hui est celle d’un spectacle pathétique qui montre le plus souvent la petitesse des grands de ce monde : Ici le grand argentier de la planète, promis à la présidence de la République, qui tombe pour un excès de testostérone ; là un Mussolini des médias confondu par ses propres mensonges ; là encore, un agité cynique en train de composer la potion magique de sa réélection.

L’habileté de Malka, Ptitluc et Luz est de filer, dans cet album, la métaphore sur des choses que nous comprenons très bien, au quart de tour, tout en gardant le quant à soi qui fera que cette histoire sera lisible avec la même saveur dans dix ans car, foncièrement, rien n’est plus inusable que le spectacle politique.

L’autre réussite de cet album est la dynamique que ses auteurs ont su y installer et qui est l’essence même des Pieds Nickelés : Fauchés en début d’épisode, nos héros se retrouvent irrémédiablement fauchés à la fin, mais libres de nous offrir d’autres drolatiques filouteries.

Le grand retour des Pieds Nickelés
Les Pieds Nickelés de Malka, Ptiluc et Luz
Éditions Vents d’Ouest

Le renouveau des Pieds Nickelés

Le duo de scénariste Malka-Ptiluc est une réussite éditoriale : les auteurs s’étaient trouvés sur La Pire Espèce (Ptiluc au dessin, Agathe André et Malka au scénario, Vents d’Ouest), un album de qualité mais trop riche au point d’en devenir cryptique. Les intrigues farces imaginées par l’avocat de Charlie Hebdo et de Clearstream, tiennent debout parce que la réalité est plus invraisemblable que jamais et que le cynisme politique est aujourd’hui élevé au rang des Beaux-arts.

Ces idées-là ne seraient rien sans la saveur, le punch et sans doute la petite réflexion philosophique que Ptitluc insuffle à ses dialogues. Le duo est étonnant de vigueur. On n’a pas fini de rire.

Cette fois Ptiluc a cédé le dessin à Luz : autre grande trouvaille. D’abord par que le dessinateur-star de Charlie Hebdo renoue avec le dynamisme d’un trait tout au pinceau qui était celui de Pellos. Considéré avec son créateur Louis Forton comme le meilleur animateur graphique d’une série qu’il a assurée plus soixante ans durant. Pellos, né avec le siècle en 1900, est mort à 98 ans dans une forme remarquable : à quatre-vingt-ans passés, il pratiquait encore le karaté.

Pellos et Luz ont en commun de savoir porter les coups car ce sont d’excellents caricaturistes. L’album profite de ce talent pas seulement parce qu’on reconnaît en sous-texte les hommes politiques qui y sont dessinés (l’ancien secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant et actuel ministre de l’intérieur y est croqué avec férocité) mais parce que les caractères, les « tronches » à tout dire, y sont traduits avec une vérité sans équivalent.

Même si Luz confesse que l’expérience de la bande dessinée lui a été bien plus dure que la pratique quotidienne de la caricature, qu’il a difficilement vécu le passage du trait à la séquence narrative, son dessin déborde d’un dynamisme rare, d’autant qu’il a le chic pour ajouter dans un coin d’une case le petit détail qui tue, à la manière du grand Franquin.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Les Pieds Nickelés de Malka, Ptitluc et Luz » sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Le grand retour des Pieds Nickelés
    13 novembre 2011 11:52

    Il existe combien de nouvelles reprises des Pieds Nickelés ? Je n’arrive plus à suivre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 13 novembre 2011 à  15:11 :

      Ben oui " le grand retour " ?!... C’est pas sympa pour les 2 autres versions sorties il y a quelques mois et d’ailleurs chroniquées dans vos colonnes. En cette journée de la gentillesse...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 13 novembre 2011 à  22:27 :

        Cet album semble plutôt sympathique, j’y jetterai un oeil (pas comme ce pauvre Filochard ! arf arf !°)

        Sinon, puisque l’on parle de grand retour, à quand celui du fameux François Pincemi sur ce site ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Alex le 14 novembre 2011 à  00:19 :

          Moi ce qui me plait à la vue de la page reproduite ici c’est la grande liberté d’interprétation. Mais c’est inhérent à la série, cette anarchie. Mais j’ai une grande faiblesse pour les Pieds Nickelés, des personnages qui ont bercés mon enfance - plus qu’Astérix car les albums/fascicules "Jeunesse Joyeuse" étaient bon marché (tout comme "Bibi Fricotin" chez le même éditeur). Plus tard, lors amateur de bd je découvris l’oeuvre de Forton. Hénaurme, est le mot ! Ce sont nos super-héros à nous. Rabelaisiens. Et... une question que j’ai déjà posée sur ce site : qq’un sait-il ce qu’il est advenu des strips quotidiens de Pellos sur les P-N ? Des rééditions ?

          ps : Je suis complètement pour le retour de Pincemi sur ce site. Vu les avatars sans humour (ils ne se reconnaitront pas d’ailleurs) qu’il a engendré. Il est temps que notre Onc’ préféré nous revienne et nous fasse partager ses a-priori rédhibitoires et ses conquêtes féminines. Je ne croyais jamais écrire ces lignes... Mais Pincemi est fichtrement sympathique en fait comparé aux imitations qu’il a engendré. C’est nôtre Dr Frankenstein. Respect !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 14 novembre 2011 à  21:15 :

            Moi ce que j’aimerai, c’est une reprise des gags en une planche parues dans une revue éditée par la SPE à partir de 1970 (il s’agissait des couvertures je pense).

            Sinon, cher Alex, je suis sensible à votre compliment (quel dommage que vous ne vous appeliez pas Alexandra ou Alexia...). Sachez que j’ai arrété de poster des messages sous le nom de François Pincemi en raison des multiples messages de haine qui fleurissaient sur le net, et aussi à cause de son utilisation frauduleuse, quelques trolls ayant cru malin de poster des posts à ma place (dont celui de cette nuit,ici vers 2 heures du matin). J’ai subi en son temps des menaces d’exclusion d’un site dont le nom ressemble à BD Test(-icule ?), auquel j’ai renoncé à contribuer , de mon plein chef. Quant à un autre site dont le nom commence comme Bobo (pas le petit forçat sympa de Spirou !), il y a eu tellement d’usurpations de mon patronyme que j’ai du pratiquer une contre-pèterie facile, en signant pendant plusieurs mois mes posts de Francis Pincemoi(il était impossible de signer Francois Pincemi)

            Je n’ai rien à redire sur actuabd, qui a toujours accueilli avec tolérance mes messages (au moins dans 95% des cas). Mais je me suis aperçu que mes messages spontanés venus du fond du coeur suscitaient haine et aigreur, c’est la raison pour laquelle j’ai fait une cure de tisane avant de revenir ici sous le nom, plus affectueux, d’Oncle Francois, avec des opinions plus nuancées (effet apaisant de la tisane !!)

            Je n’aime pas me répéter, car je ne veux pas donner l’impression de radoter. Dans tous les cas, les BD modernes qui suscitaient l’enthousiasme il y a quelques années sont passées de mode, que ce soit dans l’indé ou dans le genre-blog. Le public a tranché, les éditeurs ont compris qu’il y avait une forte demande pour des rééditions de BD anciennes, ou des créations à la manière d’antan. D’autres lecteurs (que je ne connais pas !!)d’actuabd ont exprimé à ma suite leur ras le bol de certaines productions récentes, et leur grande nostalgie pour la BD du siècle précèdent. On ne tire pas sur les ambulances ! C’est ainsi que va la vie, et cela me convient tout à fait ! Très cordialement !

            Répondre à ce message

        • Répondu par François Pincemi le 14 novembre 2011 à  02:13 :

          Mais je ne suis jamais parti !

          Répondre à ce message

  • Le grand retour des Pieds Nickelés
    13 novembre 2011 21:53, par Ostap78

    Que de version des pieds nickelés ! Est ce un renouveau ou un chant du signe ? La question est de savoir surtout la qu’elle version redonnera ses lettres de noblesse a cette bd. Pellos avait un Montaubert juge à Versailles pour ses meilleurs scénario, avec un avocat on peut espérer que la relève soit maintenant bien assurée. Les pieds nickelés Delcourt était très moyens, celui de Riche était déjà mieux, mais le format 48 page était court et nous laissait sur notre faim.
    J’ai entendu dire qu’il y avait des anciens de Pif Gadjet qui avait commencé un pieds nickelés ?
    Il serait bien que le lecteur et surtout l’acheteur sache à quel sein (saint) ou plutôt pied se vouer !

    Répondre à ce message

  • Le grand retour des Pieds Nickelés
    14 novembre 2011 04:56, par Richard Foin

    Une autre reprise est prévue chez François Cortégianni, ancien de Pif mais aussi scénariste de la jeunesse de Blueberry. Quant à Guéant, il n’est pas ministre de la justice mais de l’intérieur (police).
    Un mot enfin sur Malka, à propos de Clearstream : les baffes qu’il prend dans la série de Denis Robert (l’affaire des affaires, 4 tomes chez Dargaud) montrent que ce triste sire est moins Pieds Nickelés qu’il n’y parait dans la légende de Charlie hebdo.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 14 novembre 2011 à  07:29 :

      Quant à Guéant, il n’est pas ministre de la justice mais de l’intérieur (police).

      C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 17 novembre 2011 à  17:14 :

      Pif, Blueberry... Entre autres, son oeuvre est foisonnante. Sur cette reprise (à paraitre dans quelques semaines) Corteggiani est au scénar et Herlé au dessin.

      Répondre à ce message