Le miracle de la vie - Clarke - collection Expresso, éditions Dupuis

30 août 2004 0 commentaire
  • Rien à voir avec le septième tome de Titeuf, ou presque puisque'il s'agit de l'étude ontologique de ce monstre qui va définitivement pourrir la vie de votre couple: le BÉBÉ.

Ah ! Le doux mois de Septembre, celui de la Rentrée où, lesté de ses 8 kilos de fournitures neuves, le petit rejeton est laissé dans une cour d’école comme on a abandonné lâchement le chien et Mémé deux mois plus tôt sur une aire d’autoroute. Dans ce contexte, voici qu’arrive à point nommé un dossier complet et instructif sur cet envahisseur de votre intimité qui court dans vos jambes en baragouinant des babillements stériles. Depuis le temps que vous vous demandiez comment vous en êtes arrivé là, ce livre arrive à temps pour dissuader les jeunes couples qui allaient commettre innocemment l’irréparable.

Faut dire que le chiard vous en aura fait baver avant même sa naissance. Si éduquer un enfant aide votre couple à contribuer à un monde meilleur, il est surtout un acte de normalité envers l’Espèce qui rassurera vos familles respectives. L’auteur analyse l’enfant sous toutes ses aspects : de la procréation (sans une once de plaisir) jusqu’au départ du domicile familial, souvent forcé. Et les arguments font férocement mouche.

Cet ouvrage au titre rose en lettres fleuries est un véritable hymne à la castration, la contraception, l’avortement et l’assassinat infantile voire pré-natal. Un appel à la dénatalité générale qui sera bientôt de lecture obligatoire en Chine et en Inde. Car, comme l’explique ce docte ouvrage, le niard maléfique vous aura été suffisamment pénible bien avant l’âge dit "ingrat". Comment qu’il disait le philosophe ? Ah oui : « Les gosses, 10 mois de bonheur, 20 ans d’emmerdes » [1]

Mais encore...

Si vous vous souvenez de la défunte collection Humour Libre du même éditeur, peut-être vous reviendra-t-il en mémoire une série précédende série de Clarke, les "Histoires à Lunettes", où le dessinateur de Mélusine confectionnait avec talent des histoires nonsense. Cette nouvelle collection est dans le même registre.

Voir un extrait

...

Point.

- C’est tout ?
- Euh oui. Donc Point... comme dans « Point Final ».
- T’as pas l’impression que tu fais un peu court ? Y’a pas de fin.
- Et alors ? C’est la signature du genre nonsense. Tu te souviens des sketches des Monthy Python comme Le Perroquet Mort, Le Ministère des Démarches Stupides, Hitler à Londres ?
- Oui. Et alors ?
- Ben les sketches n’avaient pas de fin. C’est ça qui faisait toute leur signature
- Mais ... c’est nul. ça n’a aucun sens.
- Oui. Justement.

Voir en ligne : Voir un extrait

(par Xavier Mouton-Dubosc)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Note du Rédac’Chef :
Avis à tous : Je veux bien que notre petit camarade Xavier s’amuse de la sorte à bâcler ses articles, mais c’est la dernière fois que je le tolèrerai. L’ensemble de l’équipe est priée désormais de doubler la longueur de ses copies. Des mesures seront prises.

[1Eddy Mitchell bien sûr, et non pas Tom Arnold...

  Un commentaire ?